Menu



Mesure impopulaire, mais nécessaire !




Mesure impopulaire, mais nécessaire !
mesure_impopulaire,_mais_necessaire_!.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (2.25 Mo)

En 2018, la Cour des Comptes a publié un rapport exhaustif qui épingle les mille et une lacunes de la politique d’éducation nationale et plus particulièrement le programme d’urgence qui n’a pas réussi à remettre sur les rails l’enseignement public.

Trois ans plus tard, le rapport sur le Nouveau Modèle de Développement a dressé un état des lieux plus ou moins similaire, soulignant l’impératif de la réhabilitation en urgence de l’école publique, en rehaussant, entre autres, les compétences des enseignants. C’est dans cette perspective que le ministère de l’Education nationale a lancé la réforme de ce secteur, en commençant par la mise à jour des paramètres de recrutement des enseignants, qui, désormais, doivent être âgés de moins de 30 ans pour pouvoir intégrer les centres de formation.

A priori, la décision de Chakib Benmoussa a tout pour déplaire, et il est vrai qu’elle va susciter l’ire d’une bonne partie de candidats qui attendaient de pied ferme l’ouverture du concours de recrutement, surtout dans un contexte pandémique où les opportunités se font de plus en plus rares. Mais il n’en demeure pas moins que c’est la première fois en cinquante ans que l’intérêt des élèves prime au lieu qu’il soit sacrifié sur l’autel de la paix sociale et la création d’emplois.

Car oui, depuis bien longtemps, les projets de budgets sectoriels du ministère de tutelle avaient pour objectif premier de combler les besoins en ressources humaines, avantageant l’aspect quantitatif sur tout le reste. Raison pour laquelle la Cour des Comptes avait appelé, il y a 3 ans, à réviser les critères de recrutement et d'évaluation. Aujourd’hui, cette nouvelle mesure, bien qu’elle soit impopulaire, fait rupture avec ces pratiques du passé, de sorte à garantir un enseignement de qualité aux générations futures, à travers la recherche de profils compétents ayant une vocation pour l’enseignement.

S’agissant de l’âge maximum de recrutement, il faut revenir à l’évidence, qu’avec une CMR à bout de souffle, une telle décision s’impose pour alléger, ne serait-ce qu’en partie, la pression sur les réserves de cotisations, dont l’épuisement total est estimé dans 10 ans maximum. D’autant que l’Education nationale a besoin d’une cure de jouvence, non seulement pour assurer un engagement durable des enseignants, mais également pour booster l’attractivité d’un métier sous-coté.

Rédigé par Saâd JAFRI sur https://lopinion.ma



Lundi 22 Novembre 2021







Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.