L'ODJ Média




Mon voisin rêve de la mort de quelqu’un !


Dans les tréfonds de ses nuits sans étoiles,
La mort danse, silhouette dans le voile.
Chaque rêve un cri, l'écho de mes batailles,
Ombres qui s'entremêlent, en lui s'entaille.

Sous la lune, les songes sont des armures,
Cachant des vérités trop dures à murmurer.
Dans le silence, ses peurs s'assurent,
Un refrain mélancolique pour pleurer.



Par Adnane Benchakroun

Dans l'ombre épaisse de son lit, mon voisin,
Tourmenté, s'éveille au cœur de la nuit noire,
Son esprit hanté par un lugubre avoir,
Rêve de la mort, ce spectre assassin.

Lorsque l'aube efface les peurs anciennes,
Il reste captif d'un songe effroyable,
Qui le tient éveillé, inapaisable,
Perdu dans les limbes de pensées lointaines.

« Ce n'est qu'un rêve », dit-je à voix basse,
En cherchant du calme, un répit dans l'air frais,
Mais les visions reviennent, impitoyables,
Chaque nuit plus fortes, plus tenaces.

Il me demande alors ce que veut cette mort,
Quelle est la clé de ce mystère absorbant ?
Est-ce un avertissement ou un châtiment,
Ou un simple mirage au confin du port ?

Sous le poids des ombres, il griffonne,
Sur des pages blanches, ses visions nocturnes,
Espérant déchiffrer les contours taciturnes,
Les échos d'un subconscient qui résonne.

Il parle, partage ses peurs avec un autre ami,
Cherchant à démêler ce nœud complexe,
Une conversation pour alléger l'annexe,
De ce rêve qui le suit, qu'il subit.

Mais le cauchemar persiste, sans cesse,
Hantant ses jours comme il tourmente ses nuits,
Une aide plus forte alors il requiert,
Espoir d'apaiser ce mal qui presse.

Il va voir un sage, un guide en ces terres,
Un professionnel de l'âme, du cœur,
Espérant comprendre l'origine de sa peur,
Et calmer la tempête, et calmer l'éther.

Le sage écoute, son regard profond,
Et parle enfin : « La mort en songe est un symbole,
Une métaphore de changements, pas une idole,
Pas un présage obscur, mais un horizon. »

Ainsi guidé, mon voisin trouve un peu de paix,
Apprenant que la mort n'annonce pas la fin,
Mais une transformation, un nouveau chemin,
Où peurs et ombres se dissolvent, faits.

Car la vie est un tissu de rêves et d'éveils,
Où chaque ombre rencontrée, chaque peur surmontée,
Nous enseigne, nous façonne, parfois nous éprouve,
Dans ce grand théâtre où chacun joue son rôle, sans pareil.

Ce poème nous parle de poésie, mélancolie, rêve, mort, nuit, peur, transformation, songe, spectacle




Mardi 7 Mai 2024


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Mai 2024 - 17:05 Ssi Allal Rahimahou Allah…

Vendredi 24 Mai 2024 - 02:44 Tribune

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse