Mondial 2022 : Maintenant, le Sénégal doit marquer


Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. Sans Sadio Mané, le Sénégal est resté muet contre les Pays-Bas (2-0), mais face à la fragile défense du Qatar, les "Lions" peuvent espérer trouver la cible, vendredi (14h00).



 "L'animation offensive est un chantier pour cette Coupe du monde" a admis Aliou Cissé. Le sélectionneur a vu ses attaquants buter sur le gardien néerlandais, Andries Noppert, titulaire surprise et brillant pour sa première sélection dans les cages des Pays-Bas.

Cissé a pourtant presque lancé toutes ses flèches contre les Orange, sans succès. Bamba Dieng et Nicolas Jackson sont entrés en jeu, pour relayer Krépin Diatta et Boulaye Dia et assister Ismaïla Sarr, qui a hérité du difficile rôle de meneur de jeu après le forfait de Mané.

Le sélectionneur sénégalais a encore Iliman Ndiaye et Famara Diédhiou en réserve, pour essayer de débloquer son équipe, mais contre les Pays-Bas, ses Lions ont tourné autour de la défense sans marquer.

Ils sont à sec, eux qui avaient marqué dès leur premier match en 2002 (sept buts en tout) et en 2018 (quatre buts).
"Le football, c'est l’efficacité", affirme Cissé, "quand on ne marque pas on ne peut pas gagner. Nous allons y travailler".
 
"On a eu beaucoup de situations de frappes où on aurait pu faire mieux", admet Boulaye Dia, aligné en pointe et pas assez servi.

L'ancien international Henri Camara a été plus critique dans le journal sénégalais L'Obs.
"Les attaquants ne m’ont pas donné satisfaction", écrit l'auteur des deux buts contre la Suède en 8e de finale en 2002, le plus grand résultat du Sénégal avant la victoire à la CAN en février dernier en finale contre l’Égypte (0-0, 4 t.a.b. à 2).

Prendre des risques
"Avec l’absence de Sadio Mané, je m’attendais à ce que quelqu’un d’entre eux, notamment Ismaïla Sarr, puisse monter pour guider les siens, mais rien", a ajouté l'ancien buteur de Sedan, dans le nord-est de la France (2001-2003).
 
"De tout temps, il y eu ce sursaut d'orgueil dans la tanière en l’absence du leader. Quand (El-Hadji) Diouf n’était pas là, je prenais mes responsabilités. Pour ce premier match de Coupe du monde, je n’ai vu personne prendre de risques", insiste Camara. Or, il faut "malheureusement" jouer sans Mané "et ne pas tout le temps pleurer sur son absence".
 
"Ismaïla doit prendre plus de confiance et de responsabilité. Il a aussi besoin d’être aidé par son staff. Un leader, on le prépare. On l’installe dans son costume, dans un confort psychologique", conclut Camara.

Les Lions ont tout de même des raisons d'espérer un avenir proche plus radieux. Le Qatar a montré ses faiblesses contre l’Équateur (2-0), en défendant fébrilement et en ne se créant qu'une occasion, même si les "Annabi" (Grenats) ont promis que le monde n'avait pas vu leur vrai niveau lors du match d'ouverture.
"Le match contre le Qatar sera un tournant pour le Sénégal", assure Aliou Cissé, et son capitaine Kalidou Koulibaly attend "une finale contre le Qatar pour jouer une autre finale contre l’Équateur". Mais pour gagner une finale, il faudra marquer.


LODJ avec AFP


Jeudi 24 Novembre 2022



Lu 118 fois

Salma Labtar
Journaliste junior à lodj.ma, lauréate de l'ISIC En savoir plus sur cet auteur

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.