Menu

Nabilla condamnée à 20 000 euros d'amende pour un placement de produit


Mauvaise nouvelle pour Nabilla. L'influenceuse et star de la réalité vient d'être condamnée pour pratiques commerciales trompeuses sur les réseaux sociaux. Elle avait fait la promotion de "services de formation au trading", sans indiquer qu'il s'agissait d'un partenariat rémunéré.



La loi est la même pour tous. Et ce n’est certainement pas Nabilla Benattia qui viendra dire le contraire. Star des réseaux sociaux, la maman de Milann a enchaîné les mésaventures ces dernières semaines. Après le cambriolage de sa chambre d’hôtel le soir de son mariage, la femme de Thomas Vergara a été rattrapée par la répression des fraudes ce 28 juillet comme l’a révélé l’AFP. 

L’ancienne star de la télé-réalité a été condamnée à verser une amende “transactionnelle d’un montant de 20 000 euros” pour la promotion de services de formation au trading pour l’achat et la vente du Bitcoin, en 2018. Dans une story sur le réseau social Snapchat, la vedette de téléréalité mettait en avant la gratuité d’un service proposé par un site boursier et des perspectives de gains importants, ce que la DGCCRF a assimilé à des « pratiques commerciales trompeuses », selon un communiqué de la répression des fraudes publié mercredi. En 2018, l’ex-star des « Anges de la téléréalité » s’était déjà montrée particulièrement enthousiaste pour le bitcoin.

Cette « monnaie du futur » est « grave en train de se développer », lançait-elle dans une vidéo. Ce qui lui avait déjà valu une mise en garde de l’Autorité des marchés financiers (AMF).
 «Or, le défaut d’indication du caractère publicitaire de sa publication (par un logo ou une mention orale ou écrite par exemple) constitue une pratique commerciale trompeuse à l’encontre de ses abonnés qui peuvent croire à tort que la promotion de l’influenceuse résulte d’une expérience personnelle positive désintéressée», explique la DGCCRF.
« Je ne suis pas au-dessus des lois et j’assume les conséquences de mes actes », a réagi, mercredi, l’influenceuse sur Twitter , déclarant qu’elle espérait que « cet accord permettra d’éveiller les consciences » et la nécessité d’encadrer l’activité d’influenceur, un métier « nouveau » et « sans réglementation stricte ».
 
L'odj avec Gala
Jeudi 29 Juillet 2021









Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html




L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution

Voir aussi nos Packs - Partenariat - Annuel - L'ODJ







Magazine créé avec Madmagz.















L'ODJ WEB MAG

Partager ce site