Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Nostalgie : Le 26 juin 1977 , Dire Straits donnait son premier concert


Il y a 45 ans , Dire Straits , l'emblématique groupe de rock , donnait son premier concert Retour sur un groupe mythique qui fait partie des légendes de l'histoire de la musique



Nostalgie : Le 26 juin 1977 , Dire Straits donnait son premier concert
Le 26 juin 1977, Dire Straits jouait derrière Farrer House à Deptford, quartier du sud-est de Londres. Le tout premier concert d’une très longue série à venir sur les 15 années suivantes.

"Dire Straits" tire son nom de la même manière que Led Zeppelin d'un commentaire plaisant d'un collègue musicien. Plutôt que de simplement s'écraser comme un ballon de plomb, "Dire Straits" était en déficit financier lorsqu'ils ont commencé à jouer.

Mark Knopler a formé le groupe à la fin des années 1970 à Londres pendant l'ère post-punk en tant que groupe de pub rock. Ils jouaient un rock mélancolique dans un style dépouillé et minimaliste lié au renouveau du roots rock qui s'amorçait à cette époque.

La formation originale du groupe était Mark Knopfler à la guitare et au chant, son frère David à la guitare rythmique, John Illsley à la basse et Pick Withers à la batterie. Ils ont produit six albums studio pendant qu'ils étaient ensemble à deux périodes différentes. Le premier de 1977 à 1988 et le second de 1990 à 1995.

Une date imprécise et un nom de groupe provisoire

Les souvenirs des différents protagonistes ne s’accordent pas de façon précise sur la date. Le livre écrit par Michael Oldfield (paru en 1985) évoque juillet 1977.
Le livret de la tournée Brothers in arms précisait le 9 juillet. Mais il semble que ce soit bien le 26 juin, date du premier festival ‘Crossfields’ dont le show était clôturé par le groupe Squeeze, formé lui aussi à Deptford quelques années auparavant.

Récemment, David Knopfler a retrouvé son ancien journal qui mentionne la date du 18 juin, soit une semaine avant. Était-ce la date prévue à l’origine et le festival a-t-il été reporté ?

On peut raisonnablement se fier au flyer du concert daté au 26.

Quant au concert de juillet évoqué dans le livre, il y a de fortes chances qu’il soit confondu avec celui au Albany Empire le 28 juillet, là encore juste avant Squeeze (ce deuxième concert de Dire Straits est pourtant également cité dans le livre la page suivante).

Mais si le 28 juillet, le groupe se nomme enfin Dire Straits, ce 26 juin c’est encore le nom de l’ancienne formation de Mark Knopfler qui est utilisé : les Café Racers. David fait même imprimer des T-Shirts à cette effigie pour l’occasion.
Mark a joué avec les Café Racers entre 1976 et 1977. Il les retrouvera le temps d’une jam impromptue durant l’année 1980, où se joint également Pick Withers 

Contrairement aux années qui vont suivre, ce concert du 26 juin 1977 n’emballe pas le public. Il faut dire que Dire Straits est plutôt à contre-courant de la mode punk du moment.

John Illsley raconte : « il y avait une trentaine de groupes punk ce jour-là. Certains jouaient sur des guitares n’ayant que trois cordes. Ils chantaient , le tout complément faux. tout ça était tordant ». David Knopfler aussi se souvient : « C’était un super-concert, très marrant ».

La seule photo qui reste de ce tout premier concert est étrange : les personnes accoudées ou sur la barrière n’ont pas la bonne proportion en regard du groupe sur la scène. Certains fans ont évoqué la possibilité de mannequins ou poupées.

Il s’agit plutôt d’un mélange de deux photos par inadvertance. Soit le négatif s’est mal enclenché dans l’appareil et la prise de vue a créé une surimpression de deux clichés  soit c’est au tirage que deux négatifs ont été malencontreusement superposés.

On n’aura jamais le fin mot de l’histoire mais cette photo  apporte quelques indications sur les instruments utilisés et donc la façon dont ont pu être joués les morceaux.
 

Nostalgie : Le 26 juin 1977 , Dire Straits donnait son premier concert
Des arrangements inédits

Mark joue sur sa  " Les Paul Special ", sa guitare de prédilection au sein de Café Racers. En ce mois de juin 1977, a-t-il déjà fait l’acquisition de sa première Stratocaster de 1961 ?

Difficile d’en avoir la certitude. Sur cette photo on distingue la guitare National, et ce qui semble être la Telecaster Custom de 1968. David joue sur la Telecaster Thinline. Mais a priori pas de Strato à l’horizon.


Ce qui est sûr c’est qu’elle sera là au concert du 2 août 77 à Tramshed Woolwich comme on peut le voir  (à noter que le corps est encore en finition naturelle, il ne sera repeint en rouge par Steve Phillips que l’été suivant).

Par ailleurs, il est clair que les démos du 27 juillet sont enregistrées avec une Stratocaster. Donc même si Mark ne l’avait pas encore ce 26 juin, il l’a achetée au plus tard courant du mois de juillet 77.

Ce qui est sûr c’est que pour leur première prestation, les Dire Straits qui s’appellent encore les Café Racers jouent durant une demi-heure une setlist comprenant les morceaux suivants :  .Sultans of swing , Down to the waterline, Southbound again , In the gallery , Wild west end (d’après le livre de Michael Oldfiel ).

Il est intéressant de noter que Mark joue Wild West End sur la guitare National. Cette partie rythmique caractéristique en open tuning se retrouvera sur la démo quelques semaines plus tard, ainsi que sur la version album, enregistré en février-mars 78.

Mais assez rapidement, Mark va abandonner cette idée en live, et pour les concerts suivants il optera pour la partie lead à la Strato, tandis que David jouera la rythmique sur la Telecaster Thinline (elle aussi accordée en Open de Sol).

C’est d’ailleurs dans cette configuration qu’ils miment le clip de la chanson, filmé en juillet 78. Mark joue sur sa deuxième Stratocaster de 1962 avec touche en érable, acquise très probablement à l’automne 77, et l’autre Strat de 1961 avec la touche en palissandre est en train d’être repeinte à cette période :

 

Sur cette même tournée 1985-86 figure aux percussions un certain Joop de Korte. Ce néerlandais a rejoint le groupe sur la tournée précédente (1982-1983) en tant que technicien batterie et percussionniste occasionnel et discret : sa timidité le pousse à jouer d’abord derrière le rideau, il ne se montrera sur scène qu’en 1985. On peut notamment le voir sur la scène du Live Aid, aux côtés de Terry Williams (par exemple à 8:45) :

Les tubes s'enchaînent et les albums qui frisent la perfection rencontrent un succès planétaire : Making movies , Alchemy , Love over Gold ,  Communique , Brother in arms .
Aujourd'hui encore, même si le groupe n'existe plus des dizaines de chansons du répertoire du groupe figurent en bonne place dans le hit parade des morceaux de légende.

On peut citer entre autres : .Sultans of swing , Down to the waterline, Southbound again , In the gallery , Wild west end , Thé Telegraph road , Private Investigations , Expresso love , Skateway , Portobello Belle , Less boys ! Après la séparation du groupe en 1993 , Mark Knopfler a poursuivi sa carrière en solo et produit plusieurs albums dont Golden Heart , Sailing to Philadelphia ,Shangri-La , Tracker , Privateering , et Down the Road wherever .   

Hafid FASSI FIHRI  avec Rock-n-rol .com



Dimanche 3 Juillet 2022

Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 6 Août 2022 - 02:53 Qui sommes nous

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.