Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Plaidoyer pour les étudiants marocains d'Ukraine


Ils sont venus, ils sont tous là - ou presque puisque sur les 8.233 étudiants en Ukraine, quelque 5.000 sont revenus au Maroc depuis la fin février. Et après ? Les voilà sans "statut" : rien n'est encore décidé pour leur offrir un cadre et des options alternatives :



Par Mustapha Sehimi

Attendre la fin du conflit Ukraine - Russie ? C'est souhaitable, mais qui peut fixer un calendrier et puis même, sur place, leurs universités de rattachement sont-elles en état ? Les intégrer alors dans le système universitaire national ? L'on en parle. Sans rien de bien concret. 

Voici un mois le département de l'enseignement supérieur a bien créé une " plateforme en ligne dédiée au recensement des étudiants rapatriés au Maroc ainsi que leurs spécialités et le niveaux d'études". Pour quoi faire ? Tout le monde l'ignore encore même si ce responsable a promis publiquement leur intégration. Il serait question d’un examen des dossiers, "au cas par cas". Combien de temps va durer cette opération? Silence radio, là aussi. Des réunions ont été organisées la semaine dernière, avec les facultés de médecine surtout. Vont-elles arriver à des propositions concrètes ? On verra bien. 

Détresse
C'est que se trouve en discussion cette question : comment valider le régime applicable marocain relatif à des normes pédagogiques de médecine avec celles des diplômes délivrés par les facultés d'Ukraine? Un collectif de ces étudiants a pris le dossier en main. Il a travaillé et fait état, entre autres, à la qualité du diplôme de médecine de ce  pays, "reconnu partout et considéré comme équivalent au... Maroc "...

Alors ? D'aucuns évoquent la question linguistique - l'ukrainien ou le russe - pour tenter de justifier l'irrecevabilité de quelque forme d'intégration. Un argument discutable puisque ces étudiants ont un cursus de bacheliers marocains des établissements secondaires.

Aujourd'hui, ils sont en situation de détresse. Profonde. Le traumatisme des conditions de leur retour, les affres du voyage, le saut dans l'inconnu et l'angoisse de leur avenir. Ils ont tout quitté. En catastrophe. Et maintenant, c'est la phase posttraumatique. Les parents ne sont pas préservés : tant s'en faut. Que d'efforts et de sacrifices pour en arriver là. Les voilà qui se mobilisent ; un sit-in a eu lieu devant le ministère de l'enseignement supérieur. Personne ne les a reçus...

Comme pour ajouter à cette situation, ces "réfugiés" d'Ukraine se voient confrontés au rejet par les étudiants des facultés marocaines de médecine. La commission nationale de cette communauté a pris position, publiquement, contre leur intégration. Et de faire état d'éléments surprenants :

Consternant ! Ce sont ces mêmes étudiants qui, au vu d'un tout récent sondage, ont répondu à 70 %, qu'ils envisageaient de pied ferme de s'installer à l'étranger à la fin de leur cursus - 400 d'entre eux ont déjà quitté le Maroc en 2021. Exit la solidarité et la citoyenneté !

En tout état de cause, l'on ne saurait abandonner les 5.000 étudiants d'Ukraine à leur sort actuel. Faire jouer des équivalences avec des facultés étrangères ? Les faire inscrire dans les pays limitrophes de l'Ukraine ou ailleurs ? Les intégrer dans les facultés marocaines ? Autant de pistes à examiner au plus tôt. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : un requis de bonne gouvernance, non ?

Rédigé par Mustapha Sehimi sur Quid

Réécouter le podcast :




Lundi 4 Avril 2022

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.