Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Quand la pensée disparaît de l'esprit universel ou, pourquoi sommes nous dirigés par des politiciens sans empreinte ?


Qu'est-ce qui fait que les dirigeants qui nous gouvernent aujourd'hui manquent de profondeur de pensée et de prévoyance stratégique ? Comment le monde s'est-il vidé des grands leaders qui ont marqué l'histoire de l'humanité ici et là ? Comment le monde qui nous entoure s'est-il vidé de ces dirigeants politiques qui créaient des mythes chaleureux pour leur peuple ? Est-ce le vide intellectuel dans un monde où tout est devenu plat, sans panache ?



Par Abdelaziz Gougas

Où sont Charles de Gaulle, Churchill, Lénine, Guevara, Mao, Ho Chi Minh, Nehru, Gandhi, Jamal Abdennasser et Hassan II ? Où sont les politiciens d'aujourd'hui issus de la profondeur d'Allal El Fassi, de l’esprit de stratégie de Bouabid, de la constance d'Abdallah Ibrahim, de la sagesse de Boucetta et de lla fougue de Ben Barka… qui ont fait rêver les générations successives et fait notre profondeur intellectuelle, notre imagination créatrice et notre mysticisme premier… ?

Interrogé sur la première chose qu'il ferait s'il arrivait au pouvoir, Confucius répondit simplement : « Je changerai de langue. » A l'étonnement de ses interlocuteurs, il ajouta : « Parce que quand tu change de langue, tu changeras le monde". La suite de l'explication de Confucius restera obscure pour vous, comment nous pouvons changer le monde avec un changement de langue ?
 
Je ne vous ramènerai pas à ce que Heidegger décrivait la langue comme un abri pour l'être humain, ou comme Foucault la considérait comme une institution comme la famille, la mosquée, la prison... Cela ressemblerait à une démonstration de « muscles » cognitifs ou à l'usage d'un langage hautement savant et puissant dans la justification...
 
Laissons tout cela de côté et venez jouer à un célèbre jeu socratique qui s'appelle : multiplier les questions ou les générer à partir de l’ interlocuteur même, à moins que vous ne soyez des sophistes capables de justifier la chose et son contraire !

Quel est le problème du monde aujourd'hui ?
 
Vous répondrez selon les possibilités suivantes :
 
1- Nous n'avons plus de dirigeants politiques dont la compétence inspire la confiance .

Nous avons des politiciens techniciens qui comprennent les chiffres froids plus qu'ils ne comprennent les sentiments de ceux qui les surveillent. Par conséquent, nous ne croyons pas les promesses qu'ils font, même sans raison parfois. Ils mentent et mentent et mentent.
 
2- Nous avons raté l'enthousiasme des grands dirigeants visionnaires qui auraient pu nous guider et nous transformer en « charbon » pour leurs locomotives. Rien dans les discours des politiciens aujourd'hui ne crée de grandes illusions ou mythes qui nous rendent capables de faire aveuglément confiance à leurs politiques, programmes et promesses.
 
3- Les politiciens d'aujourd'hui sont devenus vides de sens, les technocrates qui pensent que le monde est comme un jeu de chiffres secs, les économistes qui maîtrisent par l'argent leurs organisations partisanes et imposent leurs noms dans les médias et amènent l'opinion publique à eux.. ils sont sans empreinte , de sens ou d'impact.. leurs discours sont secs, et parfois quand ils veulent se rapprocher notre langue, ils deviennent des acrobates pathétiques plutôt que ridicules...
 
D’accord, tout ce que vous avez dit est acceptable, donc je ne dis pas raisonnable, mais la politique, à part cela, était-elle maîtresse de l'argent, du prestige et du pouvoir... à travers l'histoire ?
 
Je m'attends à ce que vous répondiez de suite:
 
Non, nous avions des hommes politiques autoritaires, comme Charles de Gaulle, et à côté de lui de grands intellectuels comme Jean-Paul Sartre, qui était très critique à son égard, et même un de ses plus grands adversaires.
 
Le général patriote était resté sourd aux recommandations de son entourage, d'emprisonner le philosophe existentiel.

D'emprisonner le « Voltaire de la France d'aujourd'hui ». De Gaulle, constamment ridiculisé par "Le Canard Enchaîné", était le même qui répondait lorsqu'on l'interrogeait sur le sens de la dictature pour lui, et dit : « C'est la France sans Le Canard Enchaîné. »
 
Nous avions un héros de guerre nommé Winston Churchill, lorsqu'il fut accusé par un journaliste anglais, la légende de la Seconde Guerre mondiale le convoqua à une soirée privée, et lui chuchota à l'oreille : « Je vous remercie en particulier, d'avoir libéré les langues des Britanniques, par vos critiques je connaîtrai mes lacunes dans ma pratique politique. »
 
Vous citerez également Roosevelt quand aucun journal ne le critiquait, il demanda une réunion urgente de ses conseillers seniors, et lorsqu'il leur a posé des questions sur l'absence de toute critique de sa nouvelle politique pendant la crise mondiale de 1929 qui a éclaté le jeudi noir depuis Wall Street, il leur a répondu fermement :
« L'absence de critique de la part des médias, signifie que quelque chose ne va pas. La critique est la preuve de la santé et du bien-être du corps Social. »
 
Vous irez même jusqu'à déduire que même les modèles de politiciens qui ne vous plaisent pas comme les putchistes et les révolutionnaires, Hitler, tyrannique et hautement éduqué, ou encore les mouvements révolutionnaires qui inquiétaient le monde que vous preniez pour acquis, de Lénine et Trotsky dans le mouvement bolchevique en Russie à Ernesto Che Guevara, Mao Tse-tung, et Ho Chi Minh... Il serait le plus proche de vous référer à des dirigeants politiques marocains plus proches de la « prophétie » comme Allal El Fassi ou Abderrahim Bouabid et Abdullah Ibrahim, et la liste est longue..

Mais la question demeure :
Pourquoi avons-nous eu de grands politiciens qui ont gouverné le monde, qu'ils soient démocrates, nazis, révolutionnaires ou même autoritaires ?

Contrairement au jour où les discours de tous les politiciens se valent ? Est-ce une technique généralisée ? Est-ce l'absence de la guerre qui a fait de De Gaulle, Churchill, Roosevelt, voire Hitler, Che Guevara, Mao Tse Tung et Ho Chi Minh des héros nationaux légendaires, et a fait leurs semblables dans le tiers-monde pendant la phase d'occupation impérialiste, Abdennasser en Égypte, Mohammed V au Maroc, Yasser Arafat en Palestine, Bourguiba en Tunisie, Patrice Lumumba au Congo et Mandela en Afrique du Sud ?

Dès lors, l'absence d'une motivation patriotique, nationaliste ou internationaliste qui masque les contradictions internes et aligne les rangs de l'État national face à ses ennemis extérieurs ?
 
Vous direz:
 
Non, la guerre américaine n'a pas fait de W Bush un héros dans l’opération « Renard du désert », tout comme Tony Blair n'est pas devenu Churchill après avoir combattu à ses côtés ? Et en dehors de François Mitterrand, aucun président français n'a fait le consensus autour de lui dans toutes les guerres que la France a menées hors de ses terres, dans ses anciennes colonies, et la guerre contre le terrorisme n'a fait d'aucun chef ou dirigeant une légende dans l'esprit du peuple.
 
Au contraire, tous les présidents et dirigeants mondiaux qui sont venus après eux, on se souvient à peine de leurs noms, comme s'ils étaient un nuage d'été sans relief ni pluie, ils n'ont pas ressenti la mémoire de la nation qu'ils ont dirigé, même par mandats successifs ...
 
Où est le problème , alors ?
 
Vous direz que la politique elle-même s'est transformée et que de nouvelles vedettes s'y sont introduites sans arrière-plan ni dossier, ou qu'elle est devenue sans gardiens et tous ceux qui s'y précipitent sans avoir besoin de formation, de sacrifices , de lutte ou de hiérarchie organisationnelle, ils surgissent comme des bulles de savon puis s'éteignent rapidement.

Je pense que le problème n'est pas dans la politique, mais dans la pensée qui accompagne la politique, c'est-à-dire l'esprit qui nourrit les responsables politiques qui ne partent pas du vide, comment direz-vous ?
 
Remontons un peu en arrière, et suivons le parcours des héros qui ont marqué l'histoire humaine, qu'ils aient été militaires, dirigeants politiques, ou opposants. Nous découvrirons qu'Alexandre le Grand était un disciple d'Aristote, et le calife abbasside al-Ma' mun était lui-même un penseur, et c'est pourquoi il a soutenu les Mu'tazila. dans le mouvement de la Grande Renaissance intellectuelle, tout en encourageant la traduction de la pensée grecque.
 
Hitler était un bon lecteur de Nietzsche et écoutait d'une oreille aimante Wagner, derrière lui était un penseur de la taille de Heidegger, et Che Guevara faisait de la poésie au cœur de la révolution, et Lénine et Trotsky, les chefs de la révolution bolchevique, étaient ensemble des lecteurs rêveurs, digérant Hegel Feuerbach et Marx, et ils dévoraient les romans de Dostoïevski, Tolstoï et Gogol, et se lient d'amitié avec Maxime Gorki avant que leurs voies ne divergent, et alors même qu'il est exilé en Amérique latine, Trotsky, rêveur du communisme, reste amoureux de la poésie de cette artiste mexicaine Frida Kahlo…

Feu SM Hassan II était un bon lecteur et se distinguait par son intelligence, et à ses côtés se trouvaient les grands d'Allal El Fassi, Belhassan El Wazzani, Mahdi Ben Baraka et Abdullah Ibrahim... Tous ces poètes, penseurs et théoriciens avec un haute formation, pensée pénétrante et préoccupations nationales indubitables, chacun d'eux était une encyclopédie mobile, qui a servi la pensée et la politique.
 
Ensemble, et parce qu'ils ont également été éduqués par des aînés tels que Abu Chouaib Addoukkali, Mohammad Belarbi Alaoui, Chakib Arslan, Jamaladdine Al-Afghani et Mohammad Abdou, en plus des maîtres de la pensée occidentale…

Lorsque la pensée est absente de l'esprit du politicien, elle tombe dans le superficiel, car elle devient comme un navire perdu dans la mer des ténèbres, sans phares intellectuels pour la guider au nom du développement, de la patrie et de l’amour..



Mardi 8 Février 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.