Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





Restrictions : L'Inde, deuxième producteur mondial, interdit ses exportations de blé

Le marché mondial des céréales se resserre et le G7 désapprouve


Est ce le chacun pour soi ? Est ce le début de la fin du multilatéralisme en tant que mode d'organisation des relations inter-étatiques et de base d'instauration de règles communes servant, toute proportion gardée, les intérêts des uns et des autres. Le justif de ce propos émane de la toute dernière décision des autorités indiennes annonçant, samedi 14 mai, l'interdiction des exportations de son blé



Protectionnisme à l'indienne

A en juger par une dépêche AFP, datée le même jour de New Delhi, cette décision est motivée par un certain nombre de considérations


D'abord, une baisse de la production indienne due à des vagues extrêmes de chaleur. A ce titre, l'Inde aurait connu le mois de mars, le mois le plus chaud de son histoire, et ces dernières semaines, la canicule aurait, parfois, dépassé les 45 degrés. 

 

Ensuite, le fait que, sauf autorisation spéciale du gouvernement, l'Inde, deuxième producteur mondial, privilégie son marché domestique et  compte assurer la "sécurité alimentaire" de sa population chiffrée à 1,4 milliard d'individus. Avec, toutefois une petite précision.


Aussi, est-il précisé, de même source, que les contrats d'exportation conclus avant cette décision, pourront toujours être honorés, ce qui n'est le cas pour les exportations futures auxquelles l'Inde réserve un traitement spécial. C'est  le cas par cas.


Mécontentement du G7

La même dépêche indique que, réunis à Stuttgart, en Allemagne, les ministre de l'Agriculture du G7 ont, aussitôt, mal réagi à cette décision  qui intervient à un moment ou le marché mondial du blé est déjà sous forte tension du fait du conflit ukrainien et des conséquences qui en découlent en termes d'approvisionnement en céréales.


En témoigne, à cet effet, les propos tenus par le ministre allemand de l'Agriculture, Cem Özdemir, à l'issue d'une réunion avec ses homologues.
Des propos dans lesquels il a mis l'accent sur le fait que "si tout le monde commence à imposer de telles restrictions à l'exportation ou même à fermer les marchés, cela ne fera qu'aggraver la crise et cela nuira aussi à l'Inde et à ses agriculteurs". Et ce, au moment ou, toujours de même source, les autres ministres de l'Agriculture réunis à Stuttgart avaient "recommandé" d'évoquer la décision indienne lors de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement du G7 en juin, où l'Inde sera présente en tant qu'invitée.


En attendant, c'est tout un changement   dans les relations commerciales entre pays exportateurs et Etats importateurs de céréales  qui s'opère et bien des équilibres alimentaires risquent d'être, momentanément, rompus.






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 15 Mai 2022

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 25 Juin 2022 - 07:40 Le prix du blé a (enfin) chuté

Mercredi 22 Juin 2022 - 12:36 Le tournant africain

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.