L'ODJ Média




Sahara marocain au conseil de sécurité, le 16 avril


Jeudi 4 avril courant, l'envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU, Staffan de Mistura, s'est entretenu à Rabat avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. Le communiqué officiel publié par ce département précise que cet entretien s'est déroulé dans "une atmosphère empreinte de franchise et un esprit positif et constructif".



A lire ou à écouter en podcast :


Par Mustapha Sehimi

Le ministre a rappelé à cette occasion les constantes de la position du Royaume sur la question nationale, à savoir: le format de négociation avec les quatre parties dans le cadre des tables rondes; l'exclusion de toute solution en dehors de l'Initiative marocaine d'avril 2007; enfin, du "sérieux", les milices armées du mouvement séparatiste violant pratiquement quotidiennement le cessez-le - feu.

Deux exposés

Ce déplacement de l'émissaire onusien s'inscrit dans un agenda qui est une réunion d'information à huis clos du Conseil de sécurité, dans une semaine, le 16 avril. Les quinze membres de cette haute instance de 1'Organisation mondiale vont prendre connaissance de deux exposés, le premier de Staffan de Mistura et le second du Représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU et chef de la Minurso, le Russe Alexander Ivanko.

La résolution 2703 du Conseil de sécurité, en date du 30 octobre 2023, avait prévu dans son point 11, ces deux exposés" dans les six mois sur l'état d'avancement des négociations tenues sous les auspices des Nations-Unies, l'application de la résolution, présente l'évaluation des opérations de la Minurso et les mesures prises pour surmonter les difficultés rencontrées".

 

Binôme d’hostilité

A Rabat, jeudi dernier, M. De Mistura n'a pas bénéficié d'une disposition d'esprit très favorable de la part de M. Bourita : tant s'en faut. Il a été ainsi fait référence expressément à de la "franchise" - dans le vocabulaire diplomatique, le terme est fort... Nul doute que le ministre a interpellé son interlocuteur onusien sur le sens de son déplacement en Afrique du Sud, le 31 janvier dernier, et son entretien avec la ministre des Affaires étrangères de ce pays, Naledi Pandor. Est-ce là un acte de défiance au Maroc de la part de l'émissaire onusien ?

En tout état de cause, le Maroc ne saurait laisser ce pays hostile instrumentaliser la question nationale sur le terrain de manœuvres diplomatiques. Une énième opération de Pretoria à laquelle s'est prêté cet émissaire de l'ONU et qui a été dénoncée par M. Bourita, lors d'une conférence de presse à Rabat, le 6 février dernier.

L'Afrique du Sud est et reste un adversaire du Royaume et ce depuis des décennies: à l'ONU, à l'UA aussi où elle s'était opposée à la réadmission du Maroc en janvier 2017, ailleurs enfin où elle forme un binôme avec l'Algérie. Elle ne propose rien de bien constructif...

C'est le mandat confié à M. De Mistura qui reste, par bien des aspects désormais, problématique. Il est un facilitateur, devant œuvrer à nouer et à consolider le dialogue entre les quatre parties. Il doit veiller strictement à observer une neutralité et ne pas en sortir comme l'avait fait l'un de ses prédécesseurs, Christopher Ross. Qu'avait-il à parler avec la ministre sud africaine des Affaires étrangères et à effectuer un déplacement spécial à cet effet ?

Il aurait dû se cantonner à par poursuivre sa méthode des années 2022 et 2023. Avec de nombreux déplacements dans des capitales européennes. Il a également contacté, dans ce même registre, le "Groupe des amis du Sahara occidental "( États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Espagne") à la fin mars 2023 A chacun de ces pays, il a expliqué le sens de son initiative : "Discuter des enseignements tirés du processus politique, approfondir l'examen des positions, et continuer à chercher des formules mutuellement acceptables pour faire avancer le processus politique. 

Le mois dernier, le 11 mars, M. de Mistura s'est rendu à Moscou pour y rencontrer le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov. Ce pays sétait absetenu lors du vote de la résolution 2703 en octobre dernier. Que pouvait-il donc attendre de bien nouveau de ce pays ? Le 22 mars, il s'est rendu à Londres, pour être reçu par Lord Tarik Ahmed, ministre des Affaires étrangères d'un pays qui, lui, soutient les résolutions de la haute instance onusienne.

Alors ? Comment se présente la prochaine réunion de celle-ci le 16 avril prochain. L'Algérie est membre non permanent ; ses positions sont connues et n'impriment pas. La tension dans la région n'a pas baissé : radicalisation de ce pays voisin de l'est, la tentative d'isoler le Maroc avec une initiative maghrébine récusée par la Libye et la Mauritanie, la multiplication des violations du cessez-le-feu par les milices séparatistes, etc...

Tous ces paramètres seront évoqués lors la réunion du Conseil de sécurité lesquels sont marqués du sceau de l'impasse par suite de l'obstruction de l'Algérie et de son proxy séparatiste. Le mandat de M. De Mistura pose problème : il appelle un recadrage. Il faut qu’il sorte de l'ambigüité qui l'accompagne et qu'il reste dans " les clous" des principes et des processus consacrés par le Conseil de sécurité.

Rédigé par Mustapha Sehimi sur Quid 



Lundi 15 Avril 2024


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Mai 2024 - 02:36 Les chaussettes trouées de M. OUAHBI

Lundi 20 Mai 2024 - 15:54 Embrasser n’est pas tromper !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse