L'ODJ Média




Sahara marocain : le mythe séparatiste est définitivement discrédité


La soi-disant RASD est une excroissance géopolitique anormale qui n’a aucun avenir. L’initiative d’autonomie en tant que troisième voie, procède de la légalité internationale incarnée par le Conseil de Sécurité des Nations-unies qui recommande une solution politique mutuellement acceptable, basée sur le réalisme et l’esprit de compromis. Elle procède de deux exigences : le respect du droit international et la prise en considération de la réalité politique.



Entretien avec Ali El Mhamdi

Question 1 : lors  de la cérémonie célébrant le 67eme anniversaire de la création du Ministère des Affaires Etrangères, vous avez évoqué les repères historiques ayant marqué l’évolution de la cause nationale. Pouvez-vous les rappeler succinctement ?

En guise d’introduction, permettez-moi de préciser que le regard que je porte aujourd’hui sur la cause nationale s’appuie essentiellement sur une expérience professionnelle accumulée  durant plus de quatre décennies dans les  différentes fonctions au sein du ministère des affaires étrangères et de la coopération en  tant que diplomate. Étant à la retraite, il s’agit des remarques et réflexions strictement personnelles. Elles n’engagent que ma personne.

Le territoire  de nos provinces du sud  a été occupé par l’Espagne en 1884. Depuis son indépendance, le Maroc n’a cessé d’en revendiquer la réintégration à la mère-patrie, dans le prolongement de la rétrocession  de Tarfaya et de Sidi Ifni, comme en témoignent les discours annuels à l’Assemblée générale de l’ONU des ministres des affaires étrangères successifs depuis 1957. Lorsque le gouvernement espagnol a envisagé, en septembre 1973, de modifier unilatéralement le statut du territoire dans une démarche qui tranche  avec celle  retenue d’un commun accord pour la rétrocession de Tarfaya et de  Sidi Ifni, le Maroc a déclenché  une offensive diplomatique pour faire connaître la question du Sahara atlantique  dans le monde entier. La saisine de l’ONU a conduit l’Assemblée générale à consulter  la Cour Internationale de Justice dont l’avis, rendu le 16 octobre 1975, a conclu que le territoire, objet du litige, n’était pas un territoire sans maître avant son occupation par l’Espagne en 1884 et a reconnu l’existence de «liens d’allégeance entre diverses tribus du Sahara et les Sultans du Maroc ».

En confirmant la marocanité du Sahara, l’avis de la Cour Internationale de Justice (CIJ) a ouvert la voie à l’organisation de la marche verte et à l’ouverture des  négociations qui ont débouché sur l’accord tripartite de Madrid en 1975 aux termes duquel  l’Espagne a rétrocédé  l’administration  du  territoire de nos provinces du sud  au Maroc et à la Mauritanie. Pour des motivations géostratégiques, l’Algérie s’est opposée à la récupération du territoire par le Maroc et par la Mauritanie. A cette fin, elle a crée un groupe armé nommé Front populaire pour la libération de la Saguía-el-Hamra et du Río de Oro, dit Front POLISARIO  qu’elle a   érigé  en un  Etat fantomatique dénommé la RASD qu’elle arme, finance, encadre et abrite à Tindouf en territoire algérien.

Le retrait de l´Espagne du territoire en 1976 a généré  des incursions des éléments de l’armée algérienne  dans le territoire et a provoqué et des incidents militaires à répétition entre le Maroc et le Polisario. La Mauritanie a, quant à elle, renoncé à toute prétention sur le Sahara atlantique en 1979.

Dans le souci de préserver les relations de bon voisinage avec l’Algérie,  le  Maroc   a  décidé de solliciter  la  médiation  de l’OUA. Le Royaume  considérait à l’époque  l’organisation panafricaine comme étant  le cadre idoine pour le règlement pacifique du différend artificiel. Toutefois, les revendications divergentes des trois pays de la région, à savoir le Maroc, la Mauritanie  ainsi que l’Algérie et ses protégés n’ont  pas facilité la médiation. Pour en relancer le processus, l’OUA  n’a pas  eu recours  aux  mécanismes juridiques  habituels de décolonisation à  travers la commission de médiation de conciliation et de l’arbitrage, prévues  par l’article 19 de sa charte constitutive.  Elle a préféré une voie politique en créant  un comité  ad hoc. Ce dernier a été  remplacé par le comité de mise en œuvre lors de la 18èmesession ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, tenue à Nairobi du 24 au 27 juin 1981. Convaincu des droits historiques et légitimes du Maroc, Feu Hassan II a surpris l’OUA en annonçant le 26 juin 1981 à Nairobi devant le 18e sommet africain, l’acceptation par le Royaume  d’organiser un référendum d’autodétermination dans les provinces du Sud.

La médiation de l’OUA a été interrompue quand l’organisation  panafricaine a admis  les séparatistes en tant qu’État membre, en violation flagrante des dispositions pertinentes de sa charte constitutive. L’admission illégale de la soi-disant RASD  au sein  l’OUA et la  non réponse  à la question préjudicielle présentée par le Royaume  au sujet des critères d’admissibilité, ont  généré une  double conséquence :  l’enterrement de  la médiation africaine  et le départ  du Maroc de l’OUA  le 12 juin 1984. L’échec de la médiation de l’OUA a conduit le Maroc en 1985,  à se tourner vers la médiation  du Secrétaire Général de l’ONU dont les  bons offices ont  abouti  à l’adoption  d’un plan de  règlement et la création de la MINURSO qui  a été mandatée pour le  maintien du cessez-le feu et pour l’organisation d’un référendum. Les profondes divergences au sujet de l’identification du corps électoral ont conduit le Secrétaire Général de l’ONU à suspendre les opérations d’identification et par voie de conséquence, le processus référendaire.   Les deux décisions ont impacté la teneur initiale du mandat de la  MINURSO qui s’est  limité, depuis, au  maintien du cessez le feu.

En juillet 2000, l’Union africaine  a remplacé l’OUA. La nouvelle organisation  a dans un premier temps affiché son  appui aux efforts à l’ONU. A partir 2012, elle a changé de posture en décidant d’interférer dans   le processus onusien sous la   double pression de  l’Afrique du Sud   et de l’Algérie  dont  le lobbying anti-marocain était facilité par l’absence du Royaume de l’organisation panafricaine.

Pour contrecarrer l’influence de l’Algérie et  de ses complices  et introduire des éléments d’équilibre dans  les  décisions de l’organisation panafricaine,  le Maroc  se devait  de reconsidérer  la politique de la chaise vide  adoptée en 1984 qui s’est avérée  avec le temps préjudiciable aux intérêts supérieurs de notre pays. C’est dans ce contexte que Sa Majesté le Roi a annoncé le 30 Janvier 2017,  le retour à  l’Union africaine en s’adressant lors du 28e sommet annuel à Addis-Abeba aux chefs d’Etat et de Gouvernements par un discours historique où le Souverain a déclaré notamment :

« Il est l’heure de rentrer à la maison : au moment où le Royaume compte parmi les nations africaines les plus développées et où une majorité de pays-membres aspirent à notre retour, nous avons choisi de retrouver la famille. Une famille que nous n’avions pas véritablement quittée »

Les circonstances qui ont conduit le Maroc à quitter l’organisation sont toujours présentes et rien n’a changé fondamentalement à ce sujet depuis 1984. Malgré le bricolage statutaire introduit subrepticement dans  la  charte  de l’UA  pour   légitimer  à postériori l’admission par effraction de la soi-disant RASD, le péché originel  dont est entachée cette entité est ineffaçable. Pour autant,   Sa Majesté le Roi a estimé qu’il n’y avait  pas d’empêchement  rédhibitoire pour réintégrer la famille institutionnelle.   Si le Maroc a   dû quitter l’OUA pour protester contre l’admission en son sein d’une entité ne remplissant pas les conditions d’un Etat membre,  l’absence  prolongée du Royaume a donné à l’Algérie toute l’attitude  pour   amener l’UA  à  adopter  une posture systématiquement  hostile à notre pays dont le retour s’est imposé  pour  réfuter par lui-même le récit fallacieux  développé au  sein de l’organisation  par les adversaires de notre intégrité territoriale .

Pour réactiver la médiation onusienne, le Secrétaire Général a eu recours aux bons offices des différents envoyés personnels. Par ailleurs, le Conseil de sécurité (CS) a appelé les parties et les États de la région à « continuer de coopérer pleinement avec l’ONU pour mettre fin à l’impasse et progresser  vers  une solution politique ». En réponse à l’appel du CS, le Royaume a soumis en 2007 une initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara, dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son unité nationale. Grâce à la sagesse et  à la clairvoyance de SM le Roi,   la  cause nationale a enregistré    au  sein  du Conseil de sécurité une évolution  substantielle consécutive  à la présentation de l’initiative marocaine  d’autonomie.  En se félicitant   des efforts sérieux et crédibles  du Maroc  dans sa résolution du 30 avril 2007,   le CS  a changé la donne de la  médiation en  obligent   toutes les parties – au premier rang desquelles l’Algérie – à en respecter les paramètres.

S’agissant des bons offices des envoyés personnels, les efforts qu’ils ont déployés n’ont pas débouché  sur les résultats escomptés. Après un gel de six années,  les pourparlers ont  repris en 2018 , grâce aux efforts   de M. Kohler  qui a  pu relancer le processus de négociation en  amenant  les quatre parties  à accepter  le  choix  d’une “Table ronde”  dont la pertinence  vient d’être confirmée à nouveau  par le Conseil de sécurité lors  des consultations  tenues à huis clos sur la question du Sahara marocain le 19  avril  2023. Au lieu de s’associer à la dynamique de paix  initiée par  M. Kohler, l’Algérie, au mépris de la légalité internationale, vient de l’entraver  en rejetant le format des tables rondes après en avoir accepté  dans un premier temps le principe.

Quant au retour à l’Union africaine, il avait été anticipé de longue date par  le Souverain qui a effectué depuis l’an 2000, une quarantaine de visites officielles dans différentes régions du continent. Le Royaume est devenu le deuxième investisseur africain dans le continent et le premier dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Il a conclu plus de 1000 accords conférant  ainsi un contenu concret au nouveau modèle de   relations  Sud-Sud  qui se caractérise  notamment  par  une coopération tripartite avec la participation  des  partenaires du Nord. La réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine a rejailli positivement sur  le différend artificiel  relatif  à  nos provinces du sud :

Au plan bilatéral, l’initiative marocaine a  engrangé   de nouveaux   soutiens majeurs  à travers le monde dont notamment ceux des USA et  de plusieurs  pays d’Europe,  d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes;
Au niveau de nos provinces du sud, la consolidation de la marocanité du territoire,    grâce à  l’ouverture par une trentaine de pays, de consulats  à Laâyoune et Dakhla
Au plan multilatéral, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie a été reconnue pour la 18ème fois depuis 2007 par le Conseil de sécurité du 27 octobre 2022 relative à la question du Sahara, qui  a  en même cité  pour la première fois de manière directe et claire, l’Algérie comme partie concernée par ce conflit artificiel.

 

Question 2 : Vous avez dirigé le département juridique du Ministère pendant plusieurs années. Quelle est la lecture juridique à retenir concernant le dossier saharien au niveau du droit international et des Nations unies ?

La souveraineté du Royaume  sur nos provinces du Sud est : légitime, légale et effective.

L’échec de la médiation de l’OUA a conduit le Maroc en 1985,  à se tourner vers la médiation   du Secrétaire Général  de l’ONU dont les  bons offices ont  abouti  à l’adoption  d’un plan de  règlement et la création de la MINURSO qui  a été mandatée pour le  maintien du cessez-le feu et pour l’organisation d’un référendum. Les profondes divergences au sujet de l’identification  du corps électoral ont conduit le Secrétaire Général de l’ONU à suspendre les opérations d’identification et par voie de conséquence, le processus référendaire.   Les deux décisions ont impacté la teneur initiale du mandat de la  MINURSO qui s’est  limité depuis,  au  maintien du cessez-le feu.

La légitimité procède des liens historiques, culturels et cultuels  entretenus depuis les temps immémoriaux par les  populations du  territoire en tant  que partie intégrante du Maroc Etat-nation. L’existence de ces liens a été confirmée par la Cour Internationale de Justice dans son avis consultatif,  rendu le 16 octobre 1975 qui  a conclu que  le territoire, objet du litige, n’était pas un territoire sans maître avant son occupation par l’Espagne en 1884 et a reconnu l’existence de  «liens d’allégeance entre diverses tribus du Sahara et les Sultans du Maroc».

A travers les liens d’allégeance, l’Etat marocain exerçait une autorité politique sur le Sahara, en tant qu’autorité suprême, n’ayant pas d’égal sur le plan interne, ni de supérieur sur le plan international et donc équivalente à la souveraineté classique telle qu’elle se définit par le droit occidental gréco-romain. L’exercice de la souveraineté par l’Etat marocain au cours de son histoire est caractérisé par des spécificités reconnues par la Cour Internationale de Justice dans son avis consultatif du 16/10/75 sur le Sahara  atlantique.

Le pouvoir central est exercé par le Sultan « Commandeur des Croyants ». L’acceptation de la personne du Sultan par la communauté des croyants s’effectue par la « Beyâ » ou allégeance. L’exercice de cette souveraineté sur le territoire du Sahara  apparaît à plusieurs niveaux, concernant aussi bien la nomination de responsables locaux (gouverneurs, juges et chefs militaires) que la définition de la mission qui leur était impartie. Ainsi, pour ne citer que la période précédant le protectorat, Hassan 1er avait effectué en 1882 et 1886 deux expéditions en vue de mettre fin aux visées étrangères sur ce territoire et d’installer officiellement différents caïds et cadis.

La légalité puise son fondement dans plusieurs sources dont  notamment des conventions passées par l’Empire Chérifien avec des Etats étrangers. Ces conventions démontrent que les puissances étrangères ont eu recours en permanence au Sultan du Maroc pour protéger les activités de leurs intérêts nationaux au Sahara occidental. Il s’agit notamment  de traités conclus avec l’Espagne en 1861, avec les Etats-Unis d’Amérique en 1786 et 1836 et avec la Grande Bretagne en 1856. La régularité du processus de décolonisation basé sur l’avis consultatif de la CIJ l’accord tripartite de Madrid  et la Résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU n°3458/B du 10/12/1975 qui  en a  pris acte  et les résolutions pertinentes du CS. Un nombre sans cesse croissant de pays  étant précisé qu’à  ce jour 165 pays ne reconnaissent pas la RASD. Il y a aussi la reconnaissance  implicite  à travers les accords  bilatéraux conclus avec l’Espagne, l’ex-URSS, le Japon, la Fédération de Russie, l’Union Européenne et plusieurs pays arabes et africains.  Ces accords s’appliquent à tout le territoire national  y compris les provinces du sud. Ils portent essentiellement sur la pêche, l’exploitation des ressources halieutiques au large des côtes sahariennes, sur lesquelles, les Etats concernés reconnaissent la souveraineté marocaine.

La reconnaissance par l’ONU à travers le plan de règlement objet du rapport du Secrétaire Général du 18 juin 1990, qui prévoit pour la question référendaire, le choix entre l’indépendance et l’intégration au Maroc. Ce qui signifie  que le Maroc a des droits légitimes sur le territoire et qu’il s’agit essentiellement d’un problème d’intégrité territoriale. A travers la solution politique : objet du rapport du Secrétaire Général du 20 juin 2001, qui porte en elle, sans équivoque, une reconnaissance onusienne des droits historiques du Maroc sur le Sahara. Le Conseiller juridique de l’ONU a conclu, dans son avis au Conseil de sécurité en date du 12 février 2001 que les contrats de prospection signés par le Maroc aux larges des provinces du sud ne sont pas illégaux  ainsi que l’exploitation des ressources naturelles du Sahara par le Maroc est conforme au droit international si elle se fait au bénéfice des populations, en leur nom ou en consultation avec leurs représentants .

L’effectivité car Le Maroc exerce effectivement et pleinement sa souveraineté sur le territoire depuis sa rétrocession par l’Espagne, sachant que le droit international public insiste sur l’effectivité de l’occupation comme condition de la constitution du titre territorial. Les pouvoirs étatiques, avec leurs implications politiques, juridiques, administratives, économiques et sociales sont assurés et assumées dans nos provinces du Sud dans les mêmes conditions que pour le reste du Royaume. Il en est de même pour le maintien et la garantie de l’ordre public sur l’ensemble du territoire avec ses trois dimensions : la sécurité, la salubrité et la tranquillité.

Depuis la réintégration des provinces du Sud à la mère patrie en 1975, le gouvernement du Royaume a procédé au déploiement de tout un programme de structures administratives et d’institutions politiques accompagné de mesures de développement économique et social en faveur des populations locales.

Question 3 : Quelles seraient les perspectives à court et moyen terme du dossier saharien pour un règlement définitif et ancrer au niveau international  l’option de l’autonomie des provinces du Sud sous souveraineté marocaine ?

La recherche d’une solution  au différend artificiel autour de nos provinces du Sud a fait l’objet de  deux  médiations. La première sous l’égide de l’OUA qui  n’a pas abouti. La seconde, supervisée  par l’ONU,  est toujours en cours. Après avoir tenté l’organisation d’un référendum, le Conseil de sécurité  recommande,  depuis la suspension  des opérations d’identification en  mai 1996,  une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable.

La solution politique recommandée par le Conseil  de sécurité nécessite la   négociation entre les parties au conflit.  Comme chacun sait, les divergences entre le Maroc et l’Algérie  sont pour le moment indépassables.  Elles se résument comme suit : Les frontières entre les deux pays  sont fermées depuis 1994  et  les relations diplomatiques ont été rompues  depuis le 24 août 2021. L’Algérie persiste à s’opposer à l’intégrité territoriale du Maroc  et continue à s’investir diplomatiquement, financièrement  et militairement pour bloquer  toute solution  politique.

L’Algérie  a toujours présenté  le Polisario  comme «  le seul  et légitime représentant du peuple sahraoui ». Elle  traite le Maroc  de « puissance occupante » ou de « puissance coloniale »  de « pays envahisseur »  et milite pour la décolonisation  de ce qu’elle considère comme  « la dernière colonie en Afrique ». Elle plaide  pour  l’application  du principe de l’autodétermination  basé sur  une option unique, celle de l’indépendance  qui est synonyme d’atteinte  à l’intégrité territoriale du Maroc. Elle  continue à rejeter  les deux autres options à savoir : l’intégration à un État existant  ou l’association à un État existant  et persiste dans son refus  d’endosser  la  partie de la résolution 1514 qui  énonce « Que toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l’unité régionale et l’intégrité territoriale d’un pays est incompatible avec les buts  et les principes de la  Nations unies. »

En fonction des circonstances et des moments  la diplomatie algérienne confère  aux séparatistes  deux statuts  distincts et  diamétralement opposés.   Tantôt  comme  État souverain et indépendant, la soi- disant  RASD  autoproclamé en  territoire algérien et dont les populations se sont autodéterminés. Tantôt comme  un mouvement de libération qui lutte pour  l’application  du principe de l’autodétermination à  option unique celle  l’indépendance. L’Algérie  plaide pour  des négociations  directes entre le Maroc et le Polisario exclusivement au motif  qu’elle  se  considère comme un État voisin jouant le rôle d’un simple observateur dans le processus de  médiation. Une telle posture n’est pas recevable pour les raisons suivantes : L’Algérie avait dûment  revendiqué le statut de partie « concernée » et « intéressée »  au début du différend durant les années 1975 et 1976, l’Algérie a proposé à James Backer,  alors représentant personnel du secrétaire général des Nations Unies un plan  de partage  du territoire. L’Algérie s’est toujours trouvée  en première ligne  pour critiquer  et rejeter toutes  différentes propositions de règlement avancées par l’ONU  depuis 1990. La diplomatie  algérienne   demeure   mobilisée aux côtés des séparatistes et prend   souvent la  parole en leur  nom  lors des réunions de l’Union africaine et du Mouvement des non-alignés et lors des débats au sein des instances onusiennes.

Au lieu  de faire une fixation sur le Royaume  en l’accusant   de tous les maux  et de s’ évertuer à  maintenir un  différend  artificiel en  contestant,  depuis  plus de quatre décennies, le  droit  légitime du Maroc à  parachever  son intégrité territoriale, l’Algérie   rendra des services inestimables à elle-même et au  peuple algérien frère en saisissant une réalité simple : le mythe séparatiste est définitivement discrédité. L’Algérie  doit  assumer ses responsabilités en participant comme partie au conflit aux négociations directes sous l’égide de  l’ONU pour élaborer  une solution de compromis  mutuellement acceptable. La soi-disant RASD est une excroissance géopolitique anormale qui  n’a aucun avenir.   Elle doit disparaitre. Car, continuer à défendre   contre  vents et marées  les séparatistes du Polisario ,  c’est admettre un regain de tension  au Maghreb  et  prendre  le risque   de déstabiliser toute  la région  sahélo-saharienne déjà  modérément sinistrée et sur laquelle souffle des mauvais vents de tous les côtés.

Pour le Maroc, nos provinces du sud, font  partie intégrante du territoire national.  Comme l’a souvent rappelé Sa Majesté le Roi, le Sahara  marocain constitue la clé de voute de l’unité nationale  « c’est une question d’existence et non une question de frontières. ». Par conséquent, les négociations ne peuvent porter que sur la proposition d’autonomie du territoire  dans le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale  du Maroc. L’initiative d’autonomie en tant que troisième voie, procède de la légalité internationale incarnée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies qui recommande  une solution politique  mutuellement acceptable, basée sur le réalisme et l’esprit de compromis. En d’autres termes, la  solution politique  préconisée par le Conseil de sécurité demeure la seule voie possible pour parvenir à un règlement juste et durable  du différend. Elle procède de deux exigences : le respect du droit international et la prise en considération de la réalité politique. Elle constitue, selon SM le Roi « le maximum que le Maroc puisse offrir dans le cadre de la négociation pour trouver  une solution définitive à  ce différend régional »

Le Souverain l’a rappelé à plusieurs reprises « Il se leurre, celui qui attend du Maroc qu’il fasse une toute autre concession. Car Le Maroc a tout donné…La souveraineté du Maroc sur l’ensemble de son territoire est  immuable,  inaliénable et non négociable. »  (Discours  Du 6. 11, 2015). Pour promouvoir la solution politique, la diplomatie marocaine  dispose   désormais d’une feuille de route dont les paramètres  se déclinent comme suit :  La prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine et le rejet de toute autre solution ; Une solution politique négociée, durable, réaliste et mutuellement acceptable ; L’enregistrement des populations dans les camps de Tindouf ; La supervision exclusive de la négociation par le Conseil de sécurité ;     L’ouverture des négociations avec les parties à l’origine du différend.

Les déterminants  précités ont été rappelé  dans plusieurs discours  du Souverain  dont  le plus signifiant   est celui adressé à la 70ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU l 30/09/2015 à New York  où  le Souverain a déclaré :« Le Maroc continuera à travailler de manière constructive avec l’envoyé spécial « dans le cadre des références du Conseil de sécurité et dans le cadre des déterminants et lignes rouges du Royaume, que ce soit à l’égard des parties concernées par le conflit, ou pour parvenir à une solution, ou en ce qui concerne les déterminants de cette solution »,  Aussi, le Maroc refusera -il  toute aventure irresponsable concernant le différend régional autour du Sahara marocain. »

Rédigé par Taoufiq Boudchiche sur Maroc diplomatique 



Jeudi 11 Mai 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Juin 2024 - 10:44 Le repli nationaliste….

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse