L'ODJ Média




Soft power à la marocaine


Le soft power ? Une notion qui a désormais sa place dans les relations internationales. Elle désigne la capacité d'un acteur politique (Etat, firme multinationale, ONG, réseau de citoyens,...) d'influencer indirectement le comportement d'un autre acteur ou la définition par cet autre acteur de ses propres intérêts et ce tout à travers des moyens structurels, culturels ou idéologiques. Elle fait ainsi référence à des ressources particulières.



Écouter le podcast en entier :


Par Mustapha Sehimi

Qu'en est-il au Maroc ? Bien des traits marquent cette politique du soft power. L'IRES en a dressé un tableau significatif dans plusieurs rapports annuels. Il conclut dans celui de l'année 2022 que le Royaume a une image, une réputation globalement positive. Cela regarde de nombreux aspects de la politique, en interne et à l'international.Il vaut ici d'en relever deux en particulier liés à l'actualité.

Le premier intéresse la culture et plus précisément la 15ème édition du Festival de Fès de la Culture Soufie qui se tient cette semaine dans la capitale spirituelle du Royaume.

"Le Maroc, terre du soufisme" : c'est SM le Roi qui le souligne dans un message à la 1ère rencontre internationale Sidi Chiker des affiliés du Soufisme. Le Souverain a insisté sur le fait que "les Marocains ont bien intériorisé, depuis l'évènement de l'Islam, que l'essence de la religion consiste à purifier l'âme de l'égoïsme, de la haine et de l'extrémisme".

Il s'agit de s'élever " à travers le retenue et le contrôle de soi, dans une quête du couronnement spirituel connu sous le terme de "Soufisme". Des valeurs de tolérance, de a solidarité, d'altruisme et de rejet des égoïsmes les plus farouches".

Science et conscience

L'homme n'est pas que raison, il n'est pas fait que de raison: c'est aussi un être de désir, de vie intérieure : la spiritualité en général et le soufisme en particulier se sont penchés sur la réalité de celle-ci. Ce festival de Fès a un thème central: "SCIENCE ET CONSCIENCE".

Un débat qui a traversé nos civilisations et qui a marqué aussi la civilisation musulmane avec Ghazali, Ibn Rochd ou encore Ibn Arabi. Il y a là un patrimoine marocain qu'il faut rendre accessible au plus grand nombre en même temps qu'il faut œuvrer pour le valoriser. Il doit être une source d'inspiration pour notre intelligence collective. Le soufisme y a sa place, assurément.

Et ce festival s'articule autour d'un programme flamboyant, fastueux : créations artistiques, concerts, Master class, projections cinématographiques, grandes voix de samaa des confréries soufies marocaines, et un nouvel humanisme spirituel servi par les NTTC.

 

Le Maroc tel qu'en lui-même. Dans un monde anxiogène, crisogène avec la montée de gros périls, le Royaume ne sacrifie pas la culture ; il continue à la valoriser et à faire entendre sa voix.

Autre voix du Maroc celle aussi d'une styliste, Fadila El Gadi. Elle vient d'exposer, du 10 au 16 octobre. C’est aussi une autre expression du soft power. Raffinement de la broderie, fluidité des découpes, les étoffes les plus précieuses : cette styliste apporte ainsi son touché, son savoir-faire.

Le legs des traditions les plus ancestrales de l'artisanat qui se conjugue avec la sobriété et la modernité. Une clientèle cosmopolite est séduite depuis des lustres (Ivanka Trump, Barbra Streisand, ...) ; ses modèles ont défilé sur les catwarks de plusieurs capitales mondiales (Paris, Rome, Madrid, Amsterdam...). Des ateliers d'artisans de Salé à Washington !

Un parcours et un saut dans l'univers de la "Couture à porter" : du chic de tous les jours ; des modèles contemporains mais avec la main marocaine.

Quel pays dans la région ou dans le continent peut exciper de telles expressions d'un soft power culturel ? Les indicateurs économiques actuels sont préoccupants, au Maroc et dans le monde. Mais le soft power, lui, se porte bien - il faut continuer, plus et mieux encore...


Rédigé par Mustapha Sehimi sur Quid 



Jeudi 27 Octobre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2024 - 10:16 Deux ministres PAM sous les projecteurs

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse