L'ODJ Média




Ssi Allal Rahimahou Allah…




Par Rachid Boufous

Aujourd’hui on fête les 50 ans de la disparition du leader nationaliste Allal Al Fassi. On raconte qu’il était décédé un jour de Mai 1974 alors qu’il était dans le bureau du dictateur roumain Causescu à qui il rendait visite. On a raconté beaucoup de choses sur Ssi Allal, sur son combat pour l’arabisation, sur son prétendu « fascisme refoulé » envers les ruraux et les amazighs, portant l’étendard des élites bourgeoises et urbaines d’origines fassies.
 
Mais on oublie souvent qu’il fut parmi les tous premiers jeunes marocains à prendre conscience de la nécessité de l’indépendance du Maroc, et cela, très tôt dès les années 30, moins de vingt ans après l’instauration du double protectorat franco-espagnol sur le pays en Mars et Novembre 1912.
 
On oublie surtout, qu’il fut le premier à lever l’étendard du Grand Maroc, en publiant en 1958 dans la journal de son parti, la fameuse carte de 1882 où l’on voit le Maroc avec des frontières allant du Sénégal à l’ouest Algérien, avec une demande insistante pour récupérer nos territoires spoliés du Sahara, du Tidikelt, Gourara, Tindouf, Bechar, Touât, Ain Salah et de Mauritanie…
 
L’histoire doit rendre justice à ces jeunes dont Allal Fassi, Abou Bakr Kadiri, Hassan Ouazzani, Sbihi, Said Hajji, Abdelkhalek Torres et plus tard Mehdi Benbarka, Abdallah Ibrahim, Mbarek Bekkay-Lahbil, Fquih Basri, Ahmed Balafrej, Ahmed Boucetta, Moulay Ahmed Alaoui, Abdelkrim Khatib, Mahjoubi Ahardane, Cheikh Al Islam Bellarbi Alaoui, Ahmed Bensouda, BenAbdeljalil, Abderrahim Bouabid, Mahjoub Benseddik, Mohamed Zerktouni, Allal BenAbdallah, Houmane Fetouaki, Abbas Messaadi, Brahim Roudani, Hansali et tant d’autres moins connus, d’avoir conduit la lutte pour l’indépendance au côtés du Sultan Mohammed V et de son fils le prince Moulay Hassan.
 
Avant eux, ce furent Moha Ouhammou Zaiani et ses fils, Mohamed Ben Abdelkrim Khattabi, Assou ou Basalam, Moha ou Saïd, Ouskounti, qui levèrent l’étendard de la guerre de libération.
 
Des héros qui ont le droit d’être connus et reconnus par la nation, à leur justes valeurs. Certes ils ne combattaient pas pour les mêmes idées, chaque groupe ayant eu un agenda divergent après l’indépendance.
 
On imagine encore mal ce que furent les luttes de pouvoir, les guerres de tranchées et de position de tous ces nationalistes, une fois l’indépendance acquise, de haute lutte.
 
Ces jeunes ont fait de la prison ou même été tués pour leur combat pour l’indépendance du pays. Combien de gens et surtout de jeunes les connaissent aujourd’hui ?
 
Nous avons beaucoup pêché par manque d’intérêt pour leurs vies et les leurs parcours.
 
Nous aurions dû bâtir un panthéon dédié ces véritables héros de la nation, afin de transmettre leurs aspirations et leurs espoirs, aux générations futures. C’est ainsi que l’on bâtit une nation attachée à ses valeurs fondatrices, multiseculaires…
 
C’est toujours facile de juger, après coup, les agissements des uns et des autres, comme si on leur enlevait leur condition première d’êtres humains faillibles.
 
Juger les comportements, voire les compromissions, des uns et des autres, reste un mauvais procès que nous leurs faisons et que nous faisons à nous-mêmes, par ricochet.
 
Beaucoup, parmi ces héros portent la responsabilité d’une régression de notre pays, à cause de prises de positions malheureuses. Les luttes pour le pouvoir post indépendance ont été terribles. Des gens sont morts, ont été emprisonnés durant de longues années et même torturés, juste parce qu’ils défendaient leurs idéaux.
 
Mais tous ces combats n’ont pas été vains, mêmes s’ils ont été porteurs d’une violence, somme toute, inutile.
 
Les pires ont été les dogmatiques et les sectaires qui n’ont rien compris au Maroc, à ses hommes et à ses femmes, à l’essence de sa civilisation triplement millénaires et qui ont été chercher des références en orient, chez Nasser, les wahabites ou même chez Mao ou Che Guevara, pour les imposer avec violence à des gens habitants au Maroc.

 

C’était incompatible et inconciliable avec ce que nous sommes, nous les marocains.
 
On oublie que ces mêmes idées ont produit des débuts de guérillas et même des attentas terroristes au Maroc, avec des morts innocentes à la clé…
 
Mais fallait-il leur jeter la pierre pour autant ?
 
Tant que le combat des idées et le débat public restent sereins et sans violence, il faut les permettre. C’est ainsi que l’on avance. Vouloir imposer ses idées par la force et la violence et contre les idées des autres, c’est la chose à combattre, de la façon la plus impitoyable qui soit !
 
On a longtemps reproché à Ssi Allal d’avoir été le chantre de l’arabisation à outrance du pays à travers son parti l’istiqlal, en cherchant à envoyer les fils des notables dans les écoles de l’élite française et ceux du peuple vers l’armée ou les basses formations.
 
Sauf que l’on oublie que l’élite qui commande le pays actuellement, est justement issue de ces classes précaires de la société, et ce, dans tous les domaines. Les fils et filles de notables ne représentent pas la majorité de la gouvernance actuelle. La preuve : notre pays vit sereinement ses identités multiples : amazigh, arabe, musulmane, Hassani, juive, andalouse inscrites de manière indélébile dans la constitution de 2011. Et aucun domaine de la vie en société n’est un monopole d’une élite ou d’une catégorie sociale en particulier.

Cela nous change des élites du 19eme siècle qui se partageaient le pouvoir, quitte à acheter ou monnayer leurs charges…
 
Et cela n’aurait pas été possible s’il n’y avait pas eu une prise de conscience collective que nous devons former une seule nation, solidaire et unie.
 
Et cela n’a été permis que par la monarchie et surtout grâce aux rois exceptionnels que nous avons depuis moins d’un siècle, Mohammed V, Hassan II et Sa Majesté Mohammed VI, qui ont su instaurer une stabilité et une paix sociale bénéfiques, à tous et à toutes.
 
Et ce n’est pas un hasard si les marocains ont opté depuis l’époque et de l’empereur Romain Auguste à qui nous devons le choix de notre premier grand roi Juba II.
 
Depuis, les marocains n’ont pu vivre et cohabiter ensemble que sous un système monarchique. C’est unique dans l’histoire de l’humanité...
 
L’essentiel étant, après une très longue histoire tumultueuse et pleine de soubresauts, est de rester unis, tous ensemble, marocains et marocaines que nous sommes et que nous ne cesserons jamais d’être, au-delà des idées, des idéaux et surtout de l’idéal, voulus par tous, afin de bâtir une meilleure société.
 
Quant aux héros de la nation et à Ssi Allal, que Dieu les ait en Sa Sainte Miséricorde et surtout, qu’ils nous pardonnent d’avoir ignoré leurs combats…!
 
Rédigé par Rachid Boufous



Dimanche 26 Mai 2024


Dans la même rubrique :
< >

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse