Menu

Suprémacie blanche et terrorisme local




Dr Samir Belahsen

« Le racisme est une manière de déléguer à l'autre le dégoût qu'on a de soi-même. »
Robert Sabatier
 
« Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. »
Guy Bedos


Dans tout terrorisme, il y a une certaine idée de suprémacie idéologique, ethnique religieuse ou pseudo-scientifique.
                             La notion de « suprématie blanche », comme les théories suprémacistes en général, est une notion enracinée dans l'ethnocentrisme et le désir d'hégémonie.

D’habitude, on en parle plus lorsqu’elle conduit à des violences contre les individus considérés comme « non blancs ». Aujourd’hui, on en parle suite à l’assaut du capitole. La conception racialiste est née avec le développement des États hégémoniques coloniaux et de théories pseudo-scientifiques. Le racisme s’est nourri du colonialisme et l’a nourri. Le racisme et la discrimination ethnique aux États-Unis constituent le phénomène social, économique et politique majeur depuis l'époque coloniale et l'époque de l'esclavage.
Le racisme « légal » aux USA accordait aux Américains Blancs des droits et privilèges refusés aux Amérindiens, Afro-Américains, Asio-Américains et aux Latino-Américains. Ces privilèges concernaient l’accès à des droits comme l'éducation, l'immigration, le droit de vote, de citoyenneté, le droit d'acquisition de terres et même le droit pénal.

Cette situation a duré légalement du XVIIe siècle aux années 1960.

Il a fallu des années de souffrances et de luttes pour arriver au discours de « I have a dream … » de Martin Luther King en 1963 devant le Lincoln Memorial, à Washington, D.C., durant la Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté. MLK revendiquait l'égalité des droits civiques et économiques entre Blancs et Afro-Américains.

Ce n’est qu’en 1964 que la ségrégation de jure est abolie sous l’effet du mouvement des droits civiques. Le Civil Rights Act, signé par le président Lyndon B. Johnson le 2 juillet 1964, marque la fin de la ségrégation. Toute discrimination reposant sur la race, la religion, le sexe dans tout le territoire américain y est interdite et toute loi contraire est devenue contraire à la constitution.

Les États-Unis sont restés empreints de discriminations de Facto, ravivées par des mouvements d’extrême droite. Si dans ce pays, de nombreux actes terroristes leurs sont imputés, ils sévissent aussi à l’étranger comme à Christchurch en Nouvelle-Zélande. Un « homme » s’est introduit dans une mosquée et a tué 50 personnes au fusil, tout en filmant et partageant la scène.

Selon le Southern Poverty Law Center, spécialisé dans la surveillance des groupuscules d’extrême-droite aux États-Unis, 1 020 groupes haineux seraient actifs dans le pays.

Le racisme se reflète toujours dans les inégalités socio-économiques et prend des formes plus modernes et indirectes, la plus dangereuse et la plus insidieuse étant le racisme symbolique.

Plusieurs groupes structurés défendent la « suprématie blanche », on les rencontre dans de nombreux pays et régions où la population est à prédominance « blanche », dont l'Amérique du Nord, l'Europe, la Russie, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et l'Amérique latine.
Le Ku Klux Klan (KKK) est le plus célèbre groupe associé au mouvement suprémaciste aux Etats unis, mais il y en a d’autres que l’on qualifie de néo-nazis. Certains se réclament ouvertement du national-socialisme « historique ».

L’ultra-droite a le vent dans les voiles, ces groupes extrémistes qui carburent à la haine des juifs et des musulmans, et qui agissent au nom de la protection de la « race blanche », se multiplient dans tout l’occident. Les Etats –unis viennent de comprendre jusqu’à quel point ces mouvements peuvent constituer un risque pour la pérennité du modèle Américain, mais aussi pour la démocratie et l’économie Américaine.

L’administration Biden pourrait-elle s’attaquer à ces mouvements ?

L’Europe comprendrait-elle le risque majeur qu’ils représentent ?

Le Canada vient d’inscrire le fameux groupe d’extrême droite Proud Boys impliqué dans le crime du capitole à sa liste d’entités terroristes.
La stratification raciale silencieuse se faufile dans les secteurs de l'emploi, du logement, de l'éducation et de la politique. Elle se réveille un jour et devient violente.

C’est pourquoi, je pense qu’il faut être vigilant, il ne faut pas attendre que le racisme se banalise en silence et sous silence.

La conclusion, permettez- moi de la laisser à Rosa Parks, la femme du bus (dans Docteur Who) chantée par Obispo (Rosa), l’auteure de Quiet Strength (ses mémoires) et racontée merveilleusement par The legacy of Rosa (court métrage de Robert Houston) :
« Les gens racontent que j'ai refusé de céder mon siège parce que j'étais fatiguée, mais ce n'est pas vrai. Je n'étais pas fatiguée physiquement, ou pas plus que d'habitude à la fin d'une journée de travail. Je n'étais pas vieille, alors que certains donnent de moi l'image d'une vieille. J'avais 42 ans.Non, la seule fatigue que j'avais était celle de céder. »

« Jusqu'à présent, je crois que nous sommes sur la planète Terre pour vivre, nous épanouir et faire notre possible pour rendre ce monde meilleur afin que tout le monde puisse jouir de la liberté. »

Dr Samir Belahsen


 



Dr Samir Belahsen


Rédigé par Dr Samir Belahsen le Mardi 9 Février 2021


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site