Tableau de bord stratégique de l’IRES Entre résilience et nécessité de monter en gamme dans la transformation structurelle


Comme chaque année, à la même période depuis une décennie, l’Institut Royal d’Etudes Stratégiques (IRES) a publié son rapport relatif à l’évolution du positionnement stratégique du Maroc. Il s’agit de la 10eme édition. Plus de 200 indicateurs sont scrutés avec rigueur et exhaustivité pour fournir des données quantitatives et qualitatives sur la situation des principales composantes du développement du Maroc.



Taoufiq Boudchiche

Le lecteur peut ainsi se faire une idée précise documentée sur les dynamiques socioéconomiques traitant de la durabilité, de « l’inclusivité », de la souveraineté, du développement humain, de la transformation structurelle de l’économie, du développement territorial, de l’innovation, de la compétitivité, de la mobilité et la migration, du lien social…

L’intérêt est non seulement d’avoir une photographie du niveau et de la qualité des évolutions observées sur ces différentes catégories, au plan national, mais aussi au plan international (classement du Maroc de la richesse globale par habitant, du capital immatériel, taux de dépendance alimentaire et énergétique, niveau atteint dans la lutte contre le changement climatique, gouvernance politique et institutionnelle…).

Le tableau de bord, est en effet riche de données détaillées,  commentées et illustrées par des graphiques synthétiques. Il est accessible autant aux institutions concernées qu’aux citoyens souhaitant disposer d’une information objective aux standards scientifiques internationaux. En comparant avec le rapport de l’année 2021, l’évolution du positionnement international du Maroc en 2022, dégage de manière générale, une situation qui appelle à accélérer les réformes structurelles. Il y a des secteurs où la résilience du pays bien que mise à l’épreuve (contexte de la Covid-19, sécheresse, déficit budgétaire…) a néanmoins été consolidée.

C’est le cas des indicateurs relatifs au système financier, à la gestion de la crise de la Covid-19, à la lutte contre les effets du changement climatique, à la réduction de l'empreinte écologique, à la gestion migratoire, à la connectivité aérienne et maritime, à l’Open data, à la contribution à la paix et à la sécurité internationales et à la lutte contre la cybercriminalité.

Mais plusieurs indicateurs essentiels au décollage économique signalent des difficultés structurelles. Par exemple,  ceux de la richesse globale par habitant, de la souveraineté alimentaire, hydrique et énergétique, de la gestion des ressources en eau, de l’état de dégradation de la biodiversité, du bien-être de la mère, de la qualité du système éducatif, du modèle de financement de la santé, de l’encadrement médical, du développement de villes intelligentes, de préparation aux nouvelles technologies de l'information et de la communication, du lien politique, des inégalités de genre, de la mobilité sociale et des perspectives d’avenir de la jeunesse. Une montée en gamme stratégique en matière de politiques publiques dans ces domaines s’avère indispensable. 

De même, s’agissant de certains retards dans les réformes à caractère constitutionnel qui impactent négativement le classement du Maroc. Les cas sont illustrés sur les indicateurs inhérents à l’Etat de droit, à la gouvernance, à l'efficacité des institutions publiques, au développement humain et au bien-être social, aux libertés publiques, à la confiance institutionnelle, à la solidarité institutionnelle, à la lutte contre la corruption et l'opacité financière. Il est aussi indiqué un recul dans la mise en œuvre des stratégies sectorielles censées portées les réformes dans certains secteurs à vocation socioéconomique (logistique, emploi, lutte contre la pauvreté et les inégalités…).

 

En revanche,   il y a des situations plus favorables qui atténuent ces déficits comme les indicateurs relatifs aux secteurs régaliens. Ils transparaissent dans  l’attachement aux constances de la Nation et aux facteurs stabilisateurs tels que ceux de la  famille et de la solidarité traditionnelle. Concernant le volet économique, l’insertion du Maroc dans la compétition économique mondiale montre des valeurs plutôt moyennes notamment celles liées la compétitivité économique, à l’attractivité des investissements directs étrangers, à la transition énergétique, à l'attractivité du secteur touristique, au Soft Power, à la marque-pays, à l’inclusion numérique, à l’innovation, ainsi qu’à la paix intérieure, la sécurité/défense, la lutte contre le terrorisme et la sécurité sanitaire. 

Pour plusieurs des composantes étudiées, il est noté que la faible progression des indicateurs sont causés par des facteurs transversaux tels que la persistance des inégalités sociales, avec en tête les inégalités de genre et les disparités spatiales entre milieu urbain et rural. L’absence de progrès dans la lutte contre la corruption est évoquée  également comme étant un facteur de régression d’une part, au niveau de  la confiance dans les institutions publiques et de l’action gouvernementale, et d’autre part, au niveau de la fragilisation du lien social. Elle n’est pas étrangère non plus dans la perception négative que les jeunes expriment à l’égard de leur avenir. 

Selon l’IRES, Les insuffisances constatées, sont en mesure d’être corrigées si des avancées sont enregistrées à l’avenir dans l’utilisation optimale et efficiente du plein potentiel du capital matériel et, surtout, immatériel. A cette fin, le lecteur trouvera dans le  rapport des suggestions d’amélioration pour chaque composante et/ou indicateur étudiés. 


Rédigé par Taoufiq Boudchiche, économiste

https://www.ires.ma/fr/publications/rapports-g%C3%A9n%C3%A9raux/7968-tableau-de-bord-strat%C3%A9gique,-evolution-du-positionnement-international-du-maroc-dixi%C3%A8me-%C3%A9dition.html



Dimanche 20 Novembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.