Menu



The subtle art of moving on

L'art subtil de passer à autre chose: Traduction en Français de cet article disponible dans le second paragraphe


Waking up to the windy empty side of the bed, the cold neatly folded laundry that hasn't been touched in days. Those moments make you realize that order is not always a delight, nor a welcomed guest in our lives; but rather an intruder that we found throughout finding our way back into our bubble.



Othmane El Jadid

Waking up to the windy empty side of the bed, the cold neatly folded laundry that hasn't been touched in days. Those moments make you realize that order is not always a delight, nor a welcomed guest in our lives; but rather an intruder that we found throughout finding our way back into our bubble.

We all being there, in a way or another, we visited the bubble and we lived in the grief of a ghost. We all tried to fill up the shoes left, and we got stopped by the fact that nothing can fill them at the moment. Yes, as you may guess, it's the feeling of separation or as people refer to it " breakups", or as I like to call it " the subtle art of moving on".

The common misconception may be that moving on goes hand in hand with the concept of time, but what we often miss is all the other deep variables that we can't skip or ignore. Moving on can be as difficult as escaping a prison; a prison built with our own fears of living in the reality where we are lonely and vulnerable to the world by ourselves. Scientifically our brains are adapted to keep us as social as possible to stay out of danger, and the sheer concept of that loneliness sometimes is the safer choice, makes our brains doubt our all understanding of reality. Moreover, the fight or flight part of our brains gets triggered by depression and anxiety by the same people that once calmed it, which can be quite difficult for our systems to process.

Our psychology and neurological system can be quite challenging to understand and master, and that's why moving on or feeling better can be an art of its own. Especially that well-being is necessary for our survival as humans, but also very beautiful to see a rose come back from the ashes to flourish once more and fill life with its blossom. 

Flourishing again can be as challenging as related to planning and hard work. We've all heard the 7 stages of grief, and we tried to fast forward to the 7th stage of moving on. But as a behavior scientist I'd like to come with the approach of the great Antonio Pascual-Leone; 

He explains how one must go through 3 main steps to " FEEL BETTER", and it seems too easy to be true, but his research paper did not only get the attention of psychological legends around the globe but helped thousands if not millions. His concept involves 3 main steps: 

1- Realizing you're upset, and voicing over what you're missing and the worst part of it. 

2- Realize that you're bent out of shape and you're not the same person as you walked into the relationship. And also realize what you truly need.

3- After realizing what you missed and need and obviously what you are, all you've got left is grief and anger. 


His concept goes over the simple steps of sympathy and empathy within ourselves. We understand interior and exterior factors, and try to label them and give them their own perspective. We often fall into a mixed feeling of sadness and anger, and they have two opposite reactions which make it difficult for our system to process. Delivering separate emotions, and realizing that it's okay to be vulnerable and griefing the end of an era might make it easier for the system to let go. 

His way not only makes it easier to move on but also makes us feel okay of not forgiving but moving on. Sometimes relationships filled with abuse, manipulation, and lies are not always worthy of reconciliation nor forgiveness but rather a feeling of peace. 

However, an emotional wound is like any other wound in our other systems; it hurts, and if not properly treated it may leak into fatal consequences or even ... Death. 

The wound may hurt and may take longer for you personally to heal and even ruin some other good aspects of your life, but that's what makes us humans. We're 7 billion individuals circling in a globe around one of the craziest concepts out there called a universe. It's pretty hard to face life, and our own existence on itself, let alone things that hit us to our core. It's painful, sad, heartbreaking, but it's what makes us humans. We have feelings and senses, and we survive as a bunch, and that's what makes us beautiful creatures because we make art of our own misery.

So maybe you'll cringe inside at the sight of folded laundry because it reminds you of certain memories, and you'll cry looking from the window of a bakery, or even fall apart in the bathroom mirror one morning, but believe in the process of healing, because one day you'll look back, smile, and realize " what was I worried about?" Don't close the door for newcomers, and stay strong pal. Life isn't the easiest nor the most hell-like, we survive together. After all, who said wounds aren't artistically beautiful?

Redigé par Othmane El Jadid sur Moroccan writers   

"L'art subtil de passer à autre chose" à lire ou écouter en podcast

chose.mp3 L'art subtil de passer à autre chose  (2.26 Mo)

Se réveiller avec le côté vide et venteux du lit, le linge froid et soigneusement plié qui n'a pas été touché depuis des jours. Ces moments vous font réaliser que l'ordre n'est pas toujours un plaisir, ni un invité bienvenu dans nos vies, mais plutôt un intrus que nous avons trouvé en retrouvant le chemin de notre bulle.

Nous avons tous été là, d'une manière ou d'une autre, nous avons visité la bulle et nous avons vécu dans le chagrin d'un fantôme. Nous avons tous essayé de remplir les chaussures laissées, et nous avons été arrêtés par le fait que rien ne peut les remplir pour le moment. Oui, comme vous pouvez le deviner, c'est le sentiment de séparation ou, comme les gens l'appellent, de "rupture", ou comme j'aime l'appeler "l'art subtil de passer à autre chose".

L'idée fausse la plus répandue est que le passage à autre chose va de pair avec le concept de temps, mais ce qui nous échappe souvent, ce sont toutes les autres variables profondes que nous ne pouvons pas ignorer. Aller de l'avant peut être aussi difficile que de s'échapper d'une prison, une prison construite avec nos propres peurs de vivre dans une réalité où nous sommes seuls et vulnérables face au monde. Scientifiquement, notre cerveau est adapté pour nous garder aussi sociaux que possible afin de rester hors de danger, et le simple concept que la solitude est parfois le choix le plus sûr, fait que notre cerveau doute de notre compréhension de la réalité. De plus, la partie combat ou fuite de notre cerveau est déclenchée par la dépression et l'anxiété par les mêmes personnes qui l'ont autrefois calmée, ce qui peut être assez difficile à traiter pour notre système.

Notre psychologie et notre système neurologique peuvent être assez difficiles à comprendre et à maîtriser, et c'est pourquoi aller de l'avant ou se sentir mieux peut être un art en soi. Surtout que le bien-être est nécessaire à notre survie en tant qu'êtres humains, mais aussi très beau de voir une rose renaître de ses cendres pour s'épanouir à nouveau et remplir la vie de sa fleur. 

S'épanouir à nouveau peut être aussi difficile que lié à la planification et au travail acharné. Nous avons tous entendu parler des sept étapes du deuil, et nous avons essayé d'avancer rapidement jusqu'à la septième étape qui consiste à passer à autre chose. Mais en tant que spécialiste des sciences du comportement, j'aimerais proposer l'approche du grand Antonio Pascual-Leone ; 

Il explique qu'il faut passer par trois étapes principales pour se sentir mieux, et cela semble trop facile pour être vrai, mais son article de recherche n'a pas seulement attiré l'attention des légendes de la psychologie du monde entier, mais a aidé des milliers, voire des millions de personnes. Son concept implique 3 étapes principales : 

1- Réaliser que vous êtes contrarié, et exprimer ce qui vous manque et ce qu'il y a de pire. 

2- Réalisez que vous n'êtes pas dans votre assiette et que vous n'êtes pas la même personne que lorsque vous êtes entré dans la relation. Réalisez également ce dont vous avez vraiment besoin.

3- Après avoir réalisé ce qui vous a manqué et ce dont vous avez besoin, et évidemment ce que vous êtes, il ne vous reste que le chagrin et la colère. 


Son concept passe en revue les étapes simples de la sympathie et de l'empathie en nous-mêmes. Nous comprenons les facteurs intérieurs et extérieurs, et nous essayons de les étiqueter et de leur donner leur propre perspective. Nous tombons souvent dans un sentiment mixte de tristesse et de colère, et ils ont deux réactions opposées qui rendent difficile le traitement par notre système. En exprimant des émotions distinctes, et en réalisant qu'il est normal d'être vulnérable et de faire le deuil de la fin d'une époque, il peut être plus facile pour le système de lâcher prise. 

Sa façon de faire permet non seulement de passer plus facilement à autre chose, mais aussi de se sentir à l'aise de ne pas pardonner mais de passer à autre chose. Parfois, les relations remplies d'abus, de manipulation et de mensonges ne sont pas toujours dignes de réconciliation ou de pardon, mais plutôt d'un sentiment de paix. 

Cependant, une blessure émotionnelle est comme toute autre blessure dans nos autres systèmes ; elle fait mal, et si elle n'est pas traitée correctement, elle peut avoir des conséquences fatales ou même ... la mort. la mort. 

La blessure peut faire mal et peut prendre plus de temps à guérir pour vous personnellement et même ruiner certains autres aspects positifs de votre vie, mais c'est ce qui fait de nous des humains. Nous sommes 7 milliards d'individus qui tournent dans un globe autour d'un des concepts les plus fous qui existent, l'univers. Il est assez difficile d'affronter la vie et notre propre existence, sans parler des choses qui nous touchent au plus profond de nous-mêmes.

C'est douloureux, triste, déchirant, mais c'est ce qui fait de nous des humains. Nous avons des sentiments et des sens, et nous survivons en tant que groupe, et c'est ce qui fait de nous de belles créatures parce que nous faisons de l'art de notre propre misère. Alors peut-être que vous grimacerez intérieurement à la vue du linge plié parce qu'il vous rappelle certains souvenirs, et que vous pleurerez en regardant par la fenêtre d'une boulangerie, ou même que vous vous effondrerez devant le miroir de la salle de bains un matin, mais croyez au processus de guérison, parce qu'un jour vous regarderez en arrière, sourirez, et réaliserez "pourquoi je m'inquiétais ?". Ne fermez pas la porte aux nouveaux venus, et restez fort mon pote. La vie n'est pas la plus facile ni la plus infernale, nous survivons ensemble. Après tout, qui a dit que les blessures ne sont pas artistiquement belles ?

Traduit par la rédaction de L'ODJ /Salma Chaoui


 



Mercredi 26 Janvier 2022


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Juin 2022 - 01:36 Si je pouvais !

Mercredi 22 Juin 2022 - 13:01 Le "Nouveau monde"

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.