Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Un gouvernement de paradoxes




A lire ou à écouter en podcast :

Un gouvernement de paradoxes
un_gouvernement_de_paradoxes.mp3 mp3  (2.02 Mo)

La soirée du lundi 21 décembre fut stressante et pleine d’interrogations pour les Marocains qui, une fois de plus, ont été pris de court par la décision gouvernementale instaurant un couvre-feu généralisé à l’ensemble du Royaume pour une durée de trois semaines. Bien qu’il s’agisse d’une mesure facilement justifiable, nos dirigeants ont choisi de camper dans le mutisme, laissant de nombreuses questions légitimes sans réponses : sur quels critères épidémiologiques cette décision a été prise ? Cette mesure est-elle liée à l’apparition d’une nouvelle souche du Coronavirus en Grande-Bretagne puis dans plusieurs autres pays, dont l’Italie qui est, pour rappel, la source du premier cas Covid entré au Maroc ?

Et, surtout, quels sont les dispositifs qui seront mis en place pour accompagner les multiples opérateurs économiques qui seront sinistrés par ce bouclage ? En effet, ces mesures drastiques porteront un coup fatal aux activités festives, commerciales et touristiques, déjà mal en point, en cette période des fêtes de fin d’année, et en restant laconique, la majorité gouvernementale dans sa globalité dégage l’impression qu’elle n’est pas consciente de la véritable portée de cette conjoncture et qu’elle n’est pas soucieuse du sort des millions de professionnels qui peinent toujours à retrouver le chemin de la reprise. 

Pire, la posture du gouvernement montre qu’il ne maîtrise pas les tenants et aboutissants de la crise actuelle, du fait qu’il n’y a aucun fil conducteur entre les différentes mesures qu’il a prises ces derniers mois. Pour prendre l’exemple le plus évident, cela fait des mois que le Maroc est engagé dans une campagne de communication d’envergure afin d’attirer les touristes internationaux et remplir les «fameux» hôtels de la Cité Ocre et de la Perle du Sud, pour ensuite mettre les mêmes villes en «lockdown» !

On l’aura bien compris, la communication de crise et la planification stratégique ne sont pas les points forts du gouvernement... Mais, le Royaume passe par les pires moments de la pandémie, donc pas question de laisser place au paradoxe.


Rédigé par Saâd JAFRI le Mercredi 23 Décembre 2020 sur https://www.lopinion.ma/



Vendredi 25 Décembre 2020

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.