Menu

Une tartufferie foireuse : L’Espagne en sort petite...




une_tartufferie_foireuse.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (4.64 Mo)

Une Espagne tombée du haut...de nos espérances 

Quelle chute ! Le show espagnol tombe les rideaux sur une note roulée dans la fange. 

 

Une clôture piteuse, sans attrait. 

 

En ressort un calcul mauvais marchand,  oui l’Espagne a tout faux ! 

 

Une foi mijotée dans tout ce qui se fait de pernicieux. 

 

Ça mijote fort...mal. L’Espagne ne semble s’être servi que d’immondices...de quoi exercer  votre répulsion naturelle. S’exercer à exécrer..

 

Alors que le Maroc lui fit grief de ses accointances au traître relent ... roulant-choyant  dans ses « graces  » le dissident-tortionnaire. 

 

Alors que le Maroc osait espérer, à minima, une note d’information... bien que malheureuse : la réception-catastrophe du chef dissident.

 

Sur le tard, Une note tombe,  retournée et mal avisée ...un coup en dessous de la ceinture : Ghali rentre en Algérie 


L’Espagne, cet apprenti sorcier 
 

Le jeu de  la bête ingénue n’amuse personne: à présent nous avons vent de  l’objet de discorde, vous informons par canaux officiels, que le tortionnaire quitte l’Espagne pour l’Algérie-mère: le donneur d’ordre. 

 

 

 

Quel crédule faut-il être pour donner dans ce cirque de non-sens?  

 

Colmater  une  entaille à jamais ouverte ? Par vos mauvais offices ? De qui se joue-t-on ? 

 

Les masques étaient par terre , compromis une fois que cet allumeur de mèches « Ghali »  mit pied et opprobre sur base militaire espagnole.

 

Une roublardise consentie par les hauts-lieux, faux-papiers en poche, et « Alger » en sponsor. 

 

Bien sûr, l’Espagne, comme apprenti sorcier,  mauvais joueur d’échecs, croyait  fignoler   ses coups en amont... 

 

N’est-ce pas qu’elle mit ses tartufferies réunies  à  discréditer ce qui tient lieu d’identité volée? C’est raté...

 

Oui car Benbattouch, le vrai, existe et circule ! Clin d’œil à l’ingéniosité algérienne...quelle trouvaille ! Il est l’heure de se rhabiller... 

 

Le discrédit sur-jeté sur les papiers « bidons »  fut d’entrée un indice probant  à l’éventuel laisser-filer du protégé Ghali. 

 

Les papiers porteraient son nom...quel œil allons nous faire notre pour nous écrier «  Mon œil ! » 

 

N’est-ce pas que des gages furent affirmés, dans la fièvre de l’axe Madrid-Alger ? 

 

Alors que le souverainisme espagnol ne  fut que  nudité obscène, que son apparat-separation-de-pouvoirs devint la risée du monde, l’Espagne se devait trouver  un exutoire.

 

Refuser de sacrifier le « dépôt » algérien, tout en préservant l’immaculée dame justice. 


ce qui cloche...
 

N’y eut-Il pas brèche entrouverte entre l’exécutif et le judiciaire ? «  présentez-vous, vous êtes couvert !  » 

 

Un juge d’instruction qui, contre toute attente, 

Se refuse de creuser la véracité des papiers, juge bon de relaxer l’accusé, avec papiers...mais lesquels ? 

 

Sitôt fait, un avion algérien affrété pour évacuer le tortionnaire vrombit sous l’œil ahuri des victimes, entre autres, espagnoles. 

 

Une justice en...l’air ! 

 

Suite à cette bévue-mascarade l’ambassadeur espagnol fut sommé de quitter le Maroc.

 

Le président Algérien, accompagné de son général ( ou plutôt l’inverse)  fait exprès  de rendre visite au « cher » échappé à la justice... le jour de sa livraison, alité à l’hôpital...le leur 

 

Un ciel mauvais plombe à présent l’horizon Maroco-espagnol... Le Maroc n’est pas prêt d’oublier cette bravade.






Mercredi 2 Juin 2021

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 21:29 Grogne après l'obligation du pass vaccinal





Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG