Menu

Violence à l'égard des femmes, un ver malveillant qu'il importe de neutraliser




A lire ou à écouter en podcast :

Violence à l'égard des femmes, un ver malveillant qu'il importe de neutraliser
violence_a_l_egard_des_femmes,_un_ver_malveillant_qu_il_importe_de_neutraliser.mp3 mp3  (1.77 Mo)

Quoique nécessaire et de salubrité publique, la campagne nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, dont la 18ème édition a été lancée mercredi sous la présidence du chef du gouvernement, vient nous rappeler chaque année l’ampleur de l’échec enregistré par notre pays, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, dans ce domaine sensible.

A moins de se terrer dans un aveuglement coupable et insouciant, la violence à l’encontre des femmes est une constante hideuse de notre société pétrie de machisme primaire et de désintérêt pour les thématiques ayant trait aux droits des femmes, comme des hommes.

Alors que notre pays avance et progresse sur un grand nombre de dossiers, ce phénomène, dont on avait eu à constater l’ampleur désastreuse en période de confinement lorsque les violences conjugales avaient littéralement explosé, continue à écraser des existences et à voler des vies. Qu’elle soit physique, verbale ou morale, cette forme de violence lâche et souvent meurtrière devrait être déracinée des cœurs, des mœurs, voire même des gènes.

Pour ce faire, il ne suffit pas d’une campagne de quelques jours par an, mais d’une véritable doctrine et d’une stratégie multiforme, à même de combattre ce fléau sur tous les fronts : sociétal, religieux, culturel, politique et économique.

Telle est en effet la violence à l’égard des femmes, un ver tapi dans les entrailles de notre société et qui n’a de cesse de pourrir de l’intérieur les fruits des progrès réalisés par notre pays à tous les niveaux. Pour le déloger et le neutraliser, Etat comme simples citoyens doivent consentir de s’engager dans une profonde introspection, cadencée de constantes remises en question.
Il en va de l’existence et de la survie de la moitié de notre société.

Rédigé par Hajar Lebabi le Mercredi 25 Novembre 2020 sur www.lopinion.ma  






Rédigé par le Mercredi 9 Décembre 2020

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté