L'ODJ Média



Voici la plus ancienne lettre de réclamation de l’histoire de l’humanité


Rédigé par le Lundi 23 Octobre 2023

Découverte au British Museum, la tablette de réclamation datant de 1750 avant Jésus-Christ révèle la plus ancienne lettre de mécontentement de l'histoire.



La plus ancienne lettre de réclamation

La "tablette de plainte à Ea-nasir," rédigée par un client insatisfait en Mésopotamie vers le 18ᵉ siècle avant Jésus-Christ, est reconnue comme la plus ancienne lettre de réclamation de l'histoire humaine, comme indiqué dans National Geographic.
 
Cet artefact, fabriqué à partir d'argile et orné d'inscriptions cunéiformes, est hébergé au British Museum de Londres. Il a été exhumé des vestiges de la cité antique d'Ur en Mésopotamie, située dans l'actuel Irak.
 
Datant d'environ 1750 avant notre ère, il a été rédigé par un individu nommé "Nanni," qui exprimait son mécontentement à l'égard d'un achat effectué auprès d'un vendeur de métaux babylonien du nom d'Ea-nasir.
 
Selon le Livre Guinness des records, cette tablette est officiellement la plus ancienne lettre de réclamation documentée.
 
Rédigée en akkadien, la langue courante en Mésopotamie à cette époque, cette lettre reproche au marchand de ne pas avoir honoré les termes du contrat convenus avec son client.


Le produit de qualité médiocre

En effet, malgré la promesse d'Ea-nasir de fournir des "lingots de cuivre de qualité supérieure", la transaction a été loin de satisfaire les attentes, et le produit s'est avéré de qualité très médiocre. De plus, le messager de Nanni a été traité avec dédain malgré ses protestations.
 
“Pour qui me prends-tu pour agir ainsi avec un tel mépris envers quelqu’un comme moi? (...) Aucun marchand qui commerce avec Dilmun (ndlr: actuel territoire de Bahreïn) ne m’a traité de cette façon. Tu es le seul à mépriser mon messager! (...) Sois conscient que (dorénavant) je n’accepterai ici aucun cuivre de ta part qui ne soit pas de qualité supérieure”, déplore en substance le client lésé (le texte entier ici).
 
National Geographic souligne que cette lettre met en lumière un problème économique caractéristique de cette époque. La cité-État sumérienne d'Ur, située près du golfe persique, ne disposait pas de suffisamment de métaux pour la fabrication des objets de la vie quotidienne.
 

Par conséquent, les marchands devaient entreprendre des voyages coûteux pour obtenir du cuivre dans d'autres cités de la région, comme Dilmun, située à plus de 1 000 kilomètres au sud, sur la péninsule arabique. Ces expéditions impliquaient également le paiement de taxes aux autorités locales.
 
Il est évident que le marchand de cuivre en question n'avait pas une bonne réputation à Ur à l'époque, comme en témoignent d'autres tablettes de réclamation.

L'odj avec 7sur7





Lundi 23 Octobre 2023

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Juin 2024 - 07:36 Un Mouton sénégalais de luxe

Astuce & Insolite | Brèves Lifestyle | Brèves Astuce et insolite