Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




A ciel ouvert




2022 démarre dans une ambiance d’attentisme qui n’est pas des plus stimulantes, pour ce qui devait normalement être l’« an 1 » dans la mise en œuvre du nouveau modèle de développement.

Le sentiment général est plutôt celui d’un ras-le-bol généré par les interminables mesures restrictives sanitaires, exprimé haut et fort par les professionnels du tourisme en particulier, qui réclament à cor et à cri la réouverture des frontières.

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch s’est voulu rassurant et même optimiste, lors de la présentation télévisée du bilan des cent premiers jours de son gouvernement.

La réouverture des frontières serait « dans les semaines à venir », a indiqué M. Akhannouch, sans que l’on sache, toutefois, qui de lui ou du ministre de la santé va en décider, puisque, dans leurs déclarations, ils se renvoient la balle.

18 milliards de Dhs seront, par ailleurs, injectés à la Caisse de compensation, qui ne sera pas restructurée de sitôt, afin de tempérer la hausse du coût de la vie qui essore les bourses des ménages. Ainsi, l’inflation n’a pas dépassé les 1,8%, rappelle le chef du gouvernement.

Il faudrait quand même prier pour que le ciel se montre plus clément en précipitations pluviométriques, puisque les 80 millions de quintaux de production céréalière prévus dans la loi des finances 2022, au vu du manque de pluies, il est peu probable qu’ils soient atteints.

Pour faire face au déficit hydrique, 120 milliards de Dhs ont été alloués au Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027.

Et c’est Nizar Baraka, ministre de l’équipement et de l’eau, qui nous apprend que 2,412 milliards de Dhs ont été consacrés au plan d’urgence 2021-2022, pour l’approvisionnement en eau potable des bassins de la Moulouya, d'Oum Errbia et du Tensift.

Les seuls assoiffés pour lesquels on ne peut vraiment rien, ce sont les pauvres séquestrés des camps de la honte de Tindouf, en Algérie.

Le nouvel envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’affaire du Sahara, Staffan De Mistura, qui vient de boucler sa première tournée dans la région, a dû vite se rendre compte à quel genre de psychopathes il a affaire, à l’Est de l’Oued Isly.

Même les pays arabes ne semblent pas pressés de se rendre en Algérie, pour la 31ème réunion au sommet de la Ligue arabe, prévue en mars et reportée à une date indéterminée. D’ailleurs, les pays du Golf ont clairement réaffirmé leur soutien à la marocanité du Sahara, ainsi que l’Egypte.

En fin de compte, le variant Omicron est beaucoup plus embêtant que le polisario.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 3 Février 2022

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Août 2022 - 06:45 De la lucidité à l’action

Billet



Magazine créé avec Madmagz.