Menu

COM2021 : L’Afrique prépare l’après Covid-19


L’industrialisation durable et la diversification de l’Afrique à l’ère du numérique dans le contexte de la Covid-19

La Commission économique pour l’Afrique organise, du 22 au 23 mars 2021 le segment ministériel de la Cinquante-troisième session de la Commission économique pour l’Afrique et la Conférence des Ministres Africains des Finances, de la Planification et du Développement Economique (COM2021).



 La Commission Economique pour l’Afrique (CEA) est l’une des cinq commissions régionales du Conseil Economique et Social de l’ONU (ECOSOC). Elle a pour mission de soutenir le développement du continent en aidant les pays à formuler et mettre en œuvre des politiques et programmes à même de contribuer à leur transformation économique et sociale.
 Prévue sous le thème : « L’industrialisation durable et la diversification de l’Afrique à l’ère du numérique dans le contexte de la Covid-19 », la COM2021 se tient avec la participation de nombreux intervenants de haut niveau. Parmi ces derniers, Vera Songwe, Secrétaire Exécutive de la CEA, Mohamed Benchaaboun, Ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration du Royaume du Maroc, Hala El Said, Ministre de la Planification, du Suivi et de la Réforme de l'administration de la République Arabe d'Egypte, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Abebe Aemro Selassie, Directeur du département Afrique au Fonds Monétaire International, Albert Muchanga, Commissaire chargé du développement économique, du commerce et de l’industrie et des mines à la Commission de l'Union africaine, Benedict Oramah, Président de Afreximbank et Rémy Rioux, directeur général de l’Agence Française de développement.
Cette année, la COM2021 intervient dans un contexte marqué par la crise économique causée par la pandémie de la Covid-19, qui a engendré la première récession du continent depuis 20 ans.
 En plus d’une chute du PIB continental estimée à 2 à 5,4% causée par la pandémie en 2020, il est estimé que les pays africains perdent aujourd’hui 3 à 5% de leur PIB à cause de leur changement climatique.

Dans le cas de l’Afrique du Nord, le changement climatique pourrait coûter jusqu’à 10% du PIB d’ici 2050.
 Face à cela, les pays africains et d’Afrique du Nord se doivent de reconstruire leurs économies rapidement, et sur des bases plus solides et résilientes qui leur permettront de sortir leurs populations de la pauvreté, mieux résister aux crises futures, et générer suffisamment d’emplois pour les 170 millions de jeunes attendus sur le marché africain de l’emploi entre 2020 et 2030.
 
La CEA estime qu’un accès rapide et équitable aux vaccins permettrait aux marchés émergents et aux économies en développement d’accélérer leur reprise d’environ 1,5% en 2021 et en 2022.
 
Par ailleurs, l’accélération de la numérisation des économies causée par la pandémie en Afrique a révélé la capacité de la digitalisation à transformer les économies du continent, et faciliter leur diversification et leur industrialisation durable dans le cadre d’un marché numérique mondial estimée à plus de 11 500 milliards de dollars en 2019.




La rédaction


Rédigé par La rédaction le Lundi 22 Mars 2021


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté