L'ODJ Média



Double défaite d’Israël, militaire et politique


Rédigé par le Mercredi 15 Mai 2024



A lire ou à écouter en podcast :


L’armée israélienne n’a réalisé aucun des objectifs affichés que lui avait tracé le gouvernement Netanyahou après le 7 octobre 2023, ni la libération des otages, ni la destruction du Hamas, comme l’a récemment souligné le leader du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah. 

Elle n’en poursuit pas moins, inlassablement, ses crimes de guerre contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza, en ce huitième mois du conflit. Et continue à perdre des soldats et des équipements, ciblés par les combattants de la résistance palestinienne. 

Même les familles des otages et la partie la moins radicalisée de la société israélienne n’en peuvent plus et le crient haut et fort dans les rues de Tel-Aviv.

De toute évidence, l’objectif réel d’Israël a toujours été l’élimination pure et simple des Palestiniens de la bande de Gaza et la destruction totale des habitations et des infrastructures vitales qui s’y trouvent. Les dirigeants israéliens ne cachent même plus leur volonté d’y relancer la colonisation.

Ce premier génocide visionné en direct sur les écrans des smartphones a suscité le dégoût et la colère de l’opinion publique mondiale, les manifestations demandant l’arrêt du massacre des Palestiniens se sont multipliées aux quatre coins de la planète. 

Les étudiants propalestiniens manifestant dans les campus universitaires des pays occidentaux se font brutalement tabasser par les forces de l’ordre, réduits au rang de supplétifs du régime sioniste. C’est à se demander s’il n’y a pas que la Palestine à libérer de l’occupation.
 
Non seulement le capital sympathie dont jouissaient les Israéliens a été dilapidé, les descendants des victimes de l’holocauste étant désormais identifiés aux bourreaux nazis, mais l’extrémisme du gouvernement Netanyahou aurait également réussi à ternir la réputation des dirigeants occidentaux qui le soutiennent militairement et financièrement.

La guerre à Gaza en est à plus de 35.000 morts, dont 15.000 enfants et plus de 10.000 personnes encore ensevelies sous les décombres, d’après les chiffres du ministère palestinien de la santé. 

Près d’un demi-million de Gazaouis a été déplacé, depuis l’attaque lancée par l’armée israélienne contre la ville frontalière de Rafah, qui ne trouve nul endroit sécurisé où se réfugier, selon l’Onu. 

L’armée israélienne bombarde sans vergogne la zone Nord, aux abords de la Méditerranée, où elle a pourtant incité les réfugiés palestiniens à se rendre.

Israël affame, par ailleurs, les Gazaouis encouragée par l’impunité que lui garantissent ses alliés occidentaux.

Un terrible bilan qui plonge une large frange de l’humanité dans un profond sentiment de honte, en raison du frustrant sentiment d’incapacité à stopper cette boucherie.

Les Israéliens auraient tort de s’imaginer qu’il n’y aurait pas, d’une manière ou d’une autre, un effet boomerang à leurs vils actes génocidaires.

Israël vient de fêter le 76ème anniversaire de sa frauduleuse création. Les Ashkénazes laïcs qui l’ont créé la fuient, actuellement, en masse, grâce à leurs doubles nationalités. 

Y restent coincés majoritairement les Sépharades, à la religiosité exaspérée, qui ne peuvent plus, pour la plupart, retourner au pays arabes dont ils sont originaires, comme l’explique si bien dans un article Gilad Atzmon, un musicien israélien qui a abandonné et Israël (il s’est installé en Grande Bretagne) et le judaïsme.

Combien d’autres anniversaires les Israéliens vont-ils pouvoir célébrer, avant que le cauchemar sioniste, une hérésie du point de vue de la religion juive, ne prenne fin ?

Les extrémistes juifs qui s’activent pour accélérer la venue du Messie, avec la démolition programmée de la mosquée Al Aqsa, à Al Qods, pour reconstruire à la place le temple de Salomon, détruit par les Romains il y a près de deux mille ans, parviendront surtout à hâter la fin d’Israël.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 15 Mai 2024

Billet