Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








«Exemplarité morale», mais comment ?


Durant les dernières années, le Royaume a perdu trois ans de lutte contre la pauvreté, suite aux transformations structurelles des marchés induites par la pandémie et qui perdurent aujourd’hui en raison de la guerre en Ukraine.



Écouter le podcast en entier :


Par Saâd JAFRI

«Exemplarité morale», mais comment ?
Une conjoncture morose, où les opportunités se font de plus en plus rares et où seule une infime partie du tissu économique arrive à tirer son épingle du jeu, synonyme d’un improbable retour imminent de l’économie nationale sur les rails.

C’est en usant de ces mêmes mots qu’Ahmed Lahlimi, figure incontournable du paysage économique marocain et l’un des sages commis de l’Etat, à l’instar d’Abdellatif Jouahri, a dessiné le portrait de l’économie marocaine, qui a perdu deux années et demie de croissance et qui risque d’en perdre davantage à cause des fortes pressions inflationnistes.

Sauf que les riches et les pauvres ne sont pas égaux devant ce contexte sombre ! Les ménages à faible revenu disposent d’un coussin financier plus restreint pour faire face à la cherté de la vie, tirée par une flambée historique des prix à la pompe, aujourd’hui objet d’une grande contestation au Maroc.

Et comme l’a bien souligné Lahlimi, sans retenue, notre pays est revenu au niveau des inégalités des années 2000. Comment sommes-nous arrivés là !? C’est le fruit d’une conjonction de plusieurs facteurs, dont on citera, et non des moindres, la mauvaise gouvernance dans plusieurs secteurs névralgiques, la fâcheuse question de la corruption - laquelle coûte près de 50 milliards de dirhams par an au pays -, et bien évidemment la mauvaise régulation des marchés, qui laisse place aux pratiques anticoncurrentielles.

C’est ainsi que le patron du HCP a plaidé en faveur de «l’exemplarité morale», mais avec quels moyens ? Il faudrait des institutions régulatrices fortes, dirigées par des hommes courageux, dévoués à la nation, capables de prendre des décisions qui fâchent. C’est dire qu’il faut mettre en place un circuit de désignation des représentants de l’État dont la probité ne pourrait être contestée. En clair, pour rejoindre le précieux cercle des décideurs, il faut montrer patte blanche et… casier compatible.
 
Rédigé par Saâd  JAFRI sur L'Opinion
 



Mardi 19 Juillet 2022

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.