Menu

«Georges Balandier» un anthropologue spécialisé dans les études africaines


Les singularités la pensée de «Georges Balandier» en font un anthropologue unique. Il cherchait dans ses travaux à changer de nombreux stéréotypes inhérents à diverses sciences, devenant ainsi un chercheur spécialisé dans les études africaines, ainsi qu'un auteur prolifique.



Par Taj Mustapha

Pour approcher la manière dont Georges Balandier a abordé les concepts de traditionalisme et de modernité, j'essaierai de me concentrer sur ce qu'il a écrit dans le chapitre sept de son livre "Anthropologie politique . "

Pour Ballandier, les anciennes formes de pouvoir sont vouées à la disparition et à l'extinction ou à la transformation sous la pression des États modernes et de leur gestion bureaucratique.

Il considérait que l'anthropologie doit faire face aux expériences auxquelles toute méthode expérimentale est soumise.  L'anthropologie politique ne peut ne plus ignorer la dynamique et le mouvement de l'histoire qui transforment les systèmes d'institutions, en faisant de nombreuses expériences qui lui permettent de devenir une science comparable à la politique et aux méthodes de gouvernement.

Et parce que le changement politique commence dans la plupart des pays sur la voie de la croissance, après les influences et les changements laissés par la domination coloniale ou de dépendance.

Balandier a abordé les facteurs et les aspects du changement politique sur la base du Dr. Apter dans son livre «Politics of Modernization» qui considère que le colonialisme est une force de modernisation, et un modèle par lequel la modernisation est généralisée. Cette hypothèse semble correcte dans sa vision des fissures, des effets destructeurs et des nouvelles méthodes d'organisation en cours, du projet colonial et de la coercition.

Cependant, en analysant en profondeur les conséquences politiques directes de la situation coloniale deviennent claires. Selon Balandier  ces phénomènes se manifestent clairement. Il adopte cinq caractéristiques principales, à savoir :
1- Déformation des unités politiques traditionnelles en modifiant leurs frontières et en établissant une administration coloniale (la division coloniale de l'ancien royaume du Congo, telle qu'elle était répartie entre les États du Congo et de l'Angola).
2- Retraite en dépolitisant (il donne l’exemple de l'ancien royaume du Dahomey et plus tard du royaume de Birmanie.
3- La fissuration des systèmes traditionnels de confinement du pouvoir et le déclin des mécanismes de réconciliation et des tribunaux coutumiers (le modèle des représentants du peuple qui faisaient la médiation avec les chefs des tribus ghanéennes Ashanti qui ont perdu leur emploi en raison des répercussions de la situation coloniale) .
4- Les deux systèmes de pouvoir et d'influence sont opposés (il donne l’exemple d’une étude faite sur la communauté Soga dans laquelle sont mises en évidence en les déviations et les stratégies créées par la coexistence des systèmes traditionnel et moderne)
5- Dé-sanctifier partiellement le pouvoir en appliquant le principe de la séparation de l'Église et de l'autorité religieuse de l'État (la décoloration de la propriété et du leadership a un effet, selon une étude sur le statut du dirigeant à Ashanti, au Ghana, K.Busia a découvert que le déclin de l'appartenance religieuse traditionnelle s'accompagne de la perte d'influence des autorités politiques).

En outre, décolorer l'autorité du pouvoir permet l'intervention de religions cachées et prometteuses qui détruisent l'unité spirituelle dont les rois et les dirigeants sont leurs symboles et gardiens.

Dans ce méme chapitre, Balandier passe en revue les voies du changement dans certains pays africains qui ont été soumis au colonialisme, quelles que soient leurs structures et leurs traditions de gouvernement et d'exercice du pouvoir.

Il a également mis en lumière la désobéissance rurale que le Rwanda a connue en 1959, qui a conduit à l'opposition à l'autorité royale et à la création de la république en 1961, et comment la transformation de l'opposition à l'autorité traditionnelle conservée par le roi d'Ouganda a conduit à l'hostilité avec des groupes de personnes qui ont conduit à une guerre civile qui a forcé le roi à fuir en exil.

 Il explique comment le système a été renversé au Burundi au milieu des années soixante, d'une puissance royale à une puissance militaire.
 Il en va de même pour le royaume de Birmanie en Asie, qui a été renversé en 1885 et le pays a été incorporé dans le système administratif mis en place par l'Inde ... Ce sont les dures conséquences du colonialisme.

Ces crises reflètent non seulement les conséquences politiques directes du colonialisme et de la décolonisation, mais révèlent également leurs implications politiques indirectes, là où le processus de modernisation va finalement à l'encontre de ses intérêts.

Balandier a noté l'émergence de cinq classes sociales en Afrique noire à l'époque coloniale, qui sont :
1-des agents de l'occidentalisation, dont l'intelligentsia,
2- les riches paysans
3-les marchands,
4- les petits entrepreneurs
5- les ouvriers organisés.

Il a également noté que les relations de production n'avaient pas encore acquis en Afrique noire le rôle décisif dont elles jouissaient dans les pays occidentaux.

Dans ses études, il insiste sur la structure selon laquelle l'effet le plus direct de la modernisation est l'émergence de nouveaux rôles sociaux.

Les trois formes les plus favorables de hiérarchie sociale :

- le système fermé des castes
- le système des castes et -
- le système de la hiérarchie juridique, pouvant aboutir à des conflits entre les différentes formes, dans un cadre où ces conflits reflètent les conflits d'intérêts et les contradictions entre les valeurs.

S'appuyant sur les analyses d'Andier   et  d'Abther des conditions de transition qui sortent de la situation coloniale ne l'a pas empêché de la critiquer.  Il la considère faible dans la mesure où elle écarte les effets du colonialisme et recourt à des modèles simplifiés.
Balandier souligne que dans les sociétés traditionnelles, les hiérarchies et les rôles sociaux sont soumis à des facteurs politiques et religieux qui se règlent au niveau politique.

Dans les sociétés en cours de modernisation, la suprématie politique reste certaine, du fait que la structure politique et administrative est établie au niveau national avant la mise en place de l'économie et que l'appareil politique peut, au cours du processus de modernisation, continuer à déterminer les éléments les plus importants. Les formes de mobilité sociale restent en relation réciproque avec le système de gouvernement.

Balandier considère que le concept de traditionalisme est imprécis et que la modernisation le considère comme une jonction :

Il définit le traditionalisme intrinsèque comme une tentative de garantir les valeurs et les organisations sociales et culturelles que le passé garantit. Alors que la coexistence traditionnelle et formelle est déterminée par la préservation des institutions et des cadres sociaux et culturels qui communiquent tout en modifiant leur contenu. Il a également fait la distinction entre la résistance traditionnelle et le traditionalisme emprunté.

L'étude des villes africaines émergeant des institutions coloniales en Afrique subsaharienne a révélé le transfert des modèles traditionnels vers le milieu urbain dans le but de construire un ordre minimum dans une société nouvellement formée.

Balandier a utilisé dans cette section une étude de J. Favret consacrée à deux mouvements ruraux algériens après l'indépendance pour comprendre les dynamiques du traditionalisme et de la modernisation ... Il a également utilisé le modèle indonésien au milieu du siècle dernier, où chaque étape dans le sens de la modernité renforçait les tendances régionales qui soumettaient le pouvoir à une pression croissante et à la multiplication des preuves de sa faiblesse. Plus tard, les affrontements politiques se sont déclarés entre deux courants traditionnel et moderniste.

Balandier revient sur la manière dont la recherche au nom de l'anthropologie politique a commencé à examiner les différents schémas de relation entre tradition et modernité, car elle ne peut plus se satisfaire d'estimations générales ou approximatives, et en conséquence, elle doit définir des unités et niveaux d’enquête où l’analyse peut atteindre l’efficacité ultime.

Ainsi, il a évoqué la communauté villageoise comme une structure dans laquelle la confrontation entre les dichotomies de la tradition et de la modernité, sacrée et historique, domine.

Il a conclu que les groupes villageois sont les unités de recherche les plus appropriées.

Selon lui, le parti politique est aussi un outil de modernisation, avec ses nombreuses fonctions, comme on l'appelle l'État renouvelé, dirige l'économie nationale, organise la supériorité politique et contribue à faire évoluer les structures sociales.

Balandier a recommandé la nécessité de clarifier la fonction de l’idéologie et de passer du mythe dirigé vers le passé à l’idéologie moderne qui promet ce qui est à venir.  Selon lui, l'idéologie politique est apparue avec l'ère moderne comme une expression de la modernité et c'est sur les ruines des mythes qui garantissent l'ancien régime.

Enfin, il est à noter que l'étude de la dynamique de la tradition et de la modernité a émergé de manière brutale à la fin du XXe siècle dans notre pays, le Maroc, à travers les travaux de Paul Bascon, John Waterbury, Rémy Lovou et Abdullah Hammoudi, ainsi qu'à travers les livres d'Abd al-Latif Aknoush, la thèse de Muhammad Mu'tasim et Izz al-Din al-Khattabi publiés en 2001 et intitulés «Sociologie de la tradition et de la modernité dans la société marocaine - une étude analytique de la dynamique du rapport social. "


Par Taj Mustapha
Doctorant en droit public et sciences politiques



La rédaction


Rédigé par La rédaction le Lundi 3 Mai 2021


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site