Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




HFF .Comment regagner la confiance des électeurs ?


Exit le débat autour du quotient électoral , le véritable enjeu des prochaines élections sera certainement l'adhésion et la mobilisation des citoyens . Mais , les partis politiques ne semblent pas avoir pris la mesure de ce challenge et de la responsabilité qui est la leur .



A lire ou à écouter en podcast :

HFF  .Comment regagner la confiance des électeurs ?
comment_rendre_confiance_aux_electeurs.mp3 Comment rendre confiance aux électeurs.mp3  (4.68 Mo)

Les prochaines échéances électorales prévues pour septembre prochain seront-elles fatalement condamnées à enregistrer un très fort taux d' abstentions comme ce fût le cas lors des récents rendez-vous ?

Il s'agit là d'une interrogation légitime qui risque d'être posée avec insistance lors des prochains mois, dans une sorte de défi à l'ensemble de la classe politique tant la nécessité de garantir l'adhésion des citoyens et l'urgence de leur redonner confiance semble finalement être l'enjeu principal des prochaines élections.Mais il y va loin de la coupe aux lèvres.
 

L'important , c'est de participer n'est-ce  pas ? 
 

Les marocains ont , en général , une très mauvaise perception des hommes politiques  et , populisme ambiant aidant , ils se font volontiers l'idée de"  charlatans et de mercenaires " prêts à avaler toutes les couleuvres et dont le niveau et le standing de vie suscitent bien des jalousies vu leur enrichissement brusque et rapide .

Tout d'abord, certains partis, dont principalement ceux de la majorité gouvernementale ne se plaignent pas trop du fait que les abstentionnistes soient depuis quelques temps déjà le premier parti du Royaume et semblent s'en accommoder et même s'en réjouir car, jusqu'à présent, cela faisait leur jeu et arrangeait bien leurs intérêts.

Il y a deux années de cela , une partie de la classe politique avait émis une proposition concernant le vote obligatoire avec sanctions à l'appui pour les récalcitrants et le PPS avait proposé que les jeunes qui s'obstineraient à ne pas voter devaient être interdits de fonction publique, mais avait très vite fait de se rétracter tellement cette proposition est absurde et saugrenue.

Certes, le vote est obligatoire depuis très longtemps dans des pays développés où la tradition et les mœurs démocratiques sont ancrées, donc cela n'a absolument rien à voir avec une quelconque idéologie dictatoriale. 
Ce qui compte finalement , c'est la participation même si votre voix ne compte pas ou presque !

Chez nous , les choses sont claires et très simples : si une bonne partie de ce qui nous tient lieu de classe politique passe son temps à dégoûter les citoyens de la chose politique et de la gestion des affaires publiques à travers des scandales à répétition, et des dossiers très controversés qui font la une des médias et les choux gras des réseaux sociaux, il est très fort à parier que de très nombreux citoyens vont se désintéresser, par dépit, des élections..

Le citoyen veut sentir que le politicien est proche de lui, à l'écoute de ses préoccupations. Il veut sentir que la moralisation de la vie politique n'est pas seulement un slogan , un vain mot , que l'espoir est permis et qu'un Meilleur Maroc est possible..

Il veut sentir que ce pays a des projets pour tous ses enfants exactement comme eux ont de grands projets pour leur pays .

Il veut sentir qu'il ne sera pas oublié et exclu , une fois qu'il sera définitivement pauvre pendant que les autres s'enrichissent sans vergogne.

Il veut sentir finalement que la politique contribue à faire avancer les choses , et non pas à bloquer le pays , à faire entendre sa voix et ses aspirations, et surtout à repousser les frontières et les barrières  du possible qui voudraient fatalement faire de l'inertie et de l'immobilisme un facteur de fractures entre marocains .

Redonner confiance aux électeurs n'est plus un calcul partisan ou une manoeuvre politicienne car désormais, il devra s'agir d'une culture politique à ancrer car notre société ne pourra pas évoluer avec des graines de désespoir en son sein avec des inégalités à n'en plus finir , des disparités entre  régions et un ascenseur social qui ne fonctionne plus  .
 

Voter pour sanctionner les gouvernants .
 

Alors, à quatre mois du rendez-vous électoral pouvons-nous encore espérer un saut qualitatif en matière de marketing politique , de crédibilité du discours , de programmes réalistes et réalisables pour le renouvellement des élites et l'émergence d'une autre politique !? 

Ou bien allons -nous assister , dans la résignation et l'impuissance , à des campagnes électorales  proches du degré zéro de la politique où la crise socio-économique , la pauvreté et le chômage auront pris le dessus sur tout le reste  !? 

Il y a très peu de certitudes à ce sujet , sauf qu'il serait franchement malheureux et malsain que l'on soit amené à constater une désaffection plus grande des marocains pour la politique et que l'on constitue une nouvelle majorité avec moins de vingt pour cent de taux de participation. 

Car , ne l'oublions pas , l'unique enjeu est de choisir ceux et celles qui devront gouverner pour un bail et trouver des solutions aux problèmes des marocains. 

Pour cela , les élections représentent  également une occasion idéale de sanctionner les partis de l'actuelle majorité gouvernementale qui ont énormément déçu et méprisé les attentes des citoyens. 

 Alors , comment regagner la confiance des citoyens  !?






Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 7 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Août 2022 - 22:04 Le Sultan Erdogan vous dit « shalom »

Billet



Magazine créé avec Madmagz.