Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search









Hassan Sentissi El Idrissi : Pavillon marocain, clé de l’expansion de l’export


A l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), l’année 2022 sera celle de la consolidation de la diversification des marchés. Son président Hassan Sentissi El Idrissi, en a fait son chantier et le Maroc a tous les atouts pour réussir. Cependant, le manque de flotte ou Pavillon national est un sérieux handicap sur lequel M. Sentissi El Idrissi sensibilise les autorités compétentes. Eclairages chez nos confréres de lopinion.ma



- Votre crédo a toujours été de diversifier le marché de l’export au Maroc. Qu’en est-il en cette fin d’année 2021 ?

- C’est vrai, je suis très ambitieux pour mon pays et ce n’est pas un rêve car il est réalisable et possible pour les prochaines années. Ma satisfaction sera quand nous arriverons à un équilibre entre les importations et les exportations au Maroc d’autant plus que nous avons cette possibilité. Il faut seulement agir d’une manière sereine, efficace et dynamique. Pour ce faire, il faudra penser un peu aux moyens de transport qu’il s’agisse des vraquiers, des portes conteneurs, les camions et même les cargos. Nous visons tous les continents et plus particulièrement le nôtre qu’est l’Afrique. Nous avons beaucoup de secteurs ici qui peuvent exporter vers le reste des Etats du continent de façon continue, en raison des opportunités que nous ne pourrons pas trouver ailleurs.


- Ce qui n’est pas le cas actuellement, il faut donc doubler la cadence ?

- Malheureusement, le Maroc exporte vers le tiers du monde, le reste du marché est inexploré et peut-être inaccessible pour des contraintes douanières ou logistiques. Notre ambition est de changer cette donne parce que nos produits ne sont pas visibles sur l’ensemble des marchés du globe. C’est pour cela qu’il faudra prévoir l’extension de nos exportations vers les deux autres tiers restants et plus particulièrement le continent africain. Car comme l’on dit « charité bien ordonné commence par soi-même ».

Donc nous devrions être efficaces sur le marché continental en exportant vers les Etats du continent mais aussi en important de ces pays. Il y a beaucoup de possibilités d’importer de ces pays des produits que nous pourrons transformer ici puis les exporter vers ces pays. D’autant plus que SM le Roi l’a bien dit « l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique ». Nous sommes dans cette dynamique.


- Qu’en est-il des autres marchés comme l’Europe, l’Asie ou encore l’Amérique ?

- Concernant l’Europe, nous y sommes à travers l’Union européenne. Cependant, ce n’est pas dans tous les pays membres. Nous exportons vers deux pays, d’une façon importante, à savoir l’Espagne et la France alors que d’autres Etats de l’UE peuvent recevoir nos produits. Il en est de même pour l’Amérique. C’est une destination importante pour nos produits. Idem pour l’Asie. Il va donc falloir travailler d’arrache- pied sur ces différents marchés sur lesquels nos produits ne sont pas visibles.


- Comment présenteriez-vous l’année 2021 ?

- Voyez-vous, je ne peux pas comparer nos ambitions, nos possibilités par rapport à des années de crise. Ceci pour plusieurs raisons dont la Covid-19 qui nous a un peu stoppé dans la réalisation de nos objectifs et qui a paralysé le transport. Nous cherchons à faire de cette crise sanitaire une opportunité pour nos exportations. Cela demande de l’innovation et de la recherche et surtout de l’efficacité. Nous sommes donc appelés à nous réinventer et diversifier nos offres. Dire que c’était mieux ou passablement mieux ou encore négatif, ce n’est pas cela que je calcule ou qui est notre conception, mais plutôt la diversification de nos marchés.


- Revenons sur l’Afrique qui vous tient à coeur tant. Quels sont vos partenariats avec les autres structures du continent ?

- Nous sommes en train de revoir le marché africain. D’ailleurs, l’ASMEX a réalisé une étude, dans ce sens, avec le concours du ministère du Commerce et de l’Industrie sur et pour le marché du continent. Les résultats sont édifiants. Nous avons sensibilisé le Département de tutelle et qui a eu une très bonne écoute. Nous espérons que l’année 2022 sera profitable pour le Maroc et pour l’Afrique dans le domaine de l’export.

Cependant, il ne faut pas rêver car il faut se donner les moyens qui ne sont autres que le transport. Tout ne peut pas se faire par camion. Il faut donc développer le transport maritime avec l’Afrique. C’est la clé de l’expansion de notre exportation sur le continent. Nous y travaillons en invitant les entreprises exportatrices à se regrouper pour constituer une flotte au lieu qu’elles exportent individuellement des petites quantités qui sont plus coûteuses et donc non rentables.


- Dans ces conditions, qu’en est-il du Pavillon marocain pour ce qui est du transport maritime ?

- Je ne dirais pas que le Pavillon marocain a disparu mais en l’état actuel des choses, nous ne nous en sommes pas loin. Sur ce volet, nous avons également interpelé l’autorité marocaine pour nous aider à créer de nouveau des flottes. Nous avons aussi sensibilisé les entreprises étrangères installées ici au Maroc, dans le cadre de partenariat. Il en est de même pour les cargos, nous orientons des entreprises étrangères vers notre compagnie nationale, la RAM, pour également un partenariat.

Autrement dit, nous ne négligeons aucun moyen de transport pour renforcer et développer notre export. Aujourd’hui, il y a une centaine d’entreprises marocaines qui sont structurées et qui peuvent exporter tout azimut tandis que d’autres ne le peuvent pas compte tenu de leur taille. L’ASMEX fait en sorte que ces petites entités puissent se grouper pour pouvoir exporter, à travers une flotte commune, sur les différents marchés.


Propos recueillis
par Wolondouka SIDIBE
 
 

Lundi 3 Janvier 2022



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Septembre 2022 - 10:03 Le Maroc se procure 150 drones israéliens

Jeudi 22 Septembre 2022 - 08:53 NARSA : Consultez vos infractions en ligne

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.