Menu

L’imagerie médicale de plus en plus pointue grâce au digital


Finie l’ère de sortir d’une clinique ou d’un l’hôpital avec ses clichés radiologiques sous les bras. Tout est aujourd’hui de plus en plus digitalisé et consultable en ligne par l’équipe des médecins soignants, relève Dr BOUMEHDI BOUNHIR, médecin radiologue á Salé et qui a longtemps servi dans les services de santé des FAR (Forces Armées Royales), Particulièrement dans la région sud du Royaume.



Pour Dr Boumehdi BOUNHIR, l’imagerie médicale, communément appelée « radiologie », regroupe toutes les techniques qui permettent de visualiser le corps humain. Aucun organe, même microscopique, n’échappe désormais à ces examens de pointe.
 
On y a tous eu droit au moins une fois dans sa vie, après une fracture ou lors d’une visite chez le dentiste. La radiographie par rayons X est la technique d’imagerie la plus connue et la plus utilisée. Beaucoup moins irradiante que par le passé, elle donne à voir une image en noir et blanc « à plat », là où le scanner permet d’observer un organe sous toutes ses coutures, en 2 et 3 dimensions. Et grâce aux programmes technologiques, les images radiologiques peuvent être au couleur des organes, indique cet ancien médecin radiologue militaire.
 
On prescrira une simple radio pour le système osseux, tandis que le scanner est idéal pour repérer des lésions internes, pour le suivi ou la détection de tumeurs ou pour détecter toute modification de volume ou de structure d’un organe.
 
Des images en 2, 3 et bientôt en 4 D

Les images obtenues par résonance magnétique (IRM), sont quant à elles le résultat de l’interaction entre le magnétisme naturel du corps et celui de la machine dans laquelle se trouvent de gros aimants.

Cette technique étudie avec une grande précision des organes tels que le cerveau, la colonne vertébrale, les articulations et les tissus mous. L’échographie repose pour sa part sur les ultrasons. C’est un examen de choix pour observer le fœtus, mais aussi les tissus mous peu profonds (muscles, tendons, ligaments).
 
Et, si les technologies sont de plus en plus pointues, elles ne seraient rien sans l’interprétation du médecin radiologue.
 
Le radiologue décide d’investiguer via telle ou telle méthode d’imagerie médicale, et interprète ensuite les résultats qu’il a obtenus, dans un but diagnostic, renchérit Dr Boumehdi.
 
Ce rapport sera transmis au médecin traitant, qu’il soit spécialiste ou généraliste, qui pourra, sur cette base, décider du traitement à appliquer. Le médecin radiologue est donc en quelque sorte un enquêteur au service des autres médecins spécialistes d’organes.
L’imagerie médicale a également un rôle capital dans le suivi thérapeutique de nombreuses pathologies. 
 
L’imagerie, un guide thérapeutique 

Si elle est un préalable indispensable au diagnostic, l’imagerie médicale permet aussi désormais d’intervenir directement sur le patient.

L’image permet de guider la main du médecin spécialiste en temps réel, qui peut dès lors voir et agir en simultané. C’est ce qu’on appelle l’imagerie interventionnelle. Ce champ d’application de l’imagerie médicale est en plein développement, car moins invasive que la chirurgie classique, précise Dr BOUMEHDI.

Cela permet par exemple de dilater ou déboucher une artère en cas d’obstruction, de guider un geste de biopsie (prélèvement de tissus pour analyse) voir de réaliser une injection articulaire à visée thérapeutique.

Enfin, il est important d’insister sur le fait que l’imagerie médicale est l’un des domaines de la médecine qui a le plus bénéficié de l’évolution de la technologie et de l’informatique.

Révolue donc l’ère de sortir d’une clinique ou d’un l’hôpital avec ses clichés sous les bras. Tout est aujourd’hui digitalisé et consultable en ligne par les médecins traitants. Et, la principale conséquence de ce bond technologique, l’apparition de nouveaux métiers.
Ainsi dans tout centre de radiologie qui se respecte en ce début du 21ème siècle, on trouve à côté du médecin radiologue, des techniciens en imagerie médicale d’un haut niveau de technicité, ainsi que des informaticiens, qui manipulent des appareils, des applications informatiques et des logiciels, pour exécuter les consignes des médecins radiologues, conclut Dr BOUMEHDI.

Par Dr Anwar CHERKAOUI

La rédaction
Lu 17 fois
Lundi 22 Février 2021






Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.