Menu

La Banque mondiale identifie les défis de l’emploi au Maroc


La Banque mondiale traite du "Paysage de l’emploi au Maroc " et lui consacre tout un rapport qui s’intéresse aux principaux enjeux et défis du marché du travail.
Résultat de la première phase d’un programme d’études sur l’emploi mis en œuvre conjointement avec les autorités du Maroc, ce rapport identifie les défis qui serviraient de point de départ pour une analyse plus approfondie et la formulation de stratégies dans une prochaine phase du programme.



A lire ou à écouter en podcast :

La Banque mondiale identifie les défis de l’emploi au Maroc
la_banque_mondiale_identifie_les_defis_de_l_emploi_au_maroc.mp3 La Banque mondiale identifie les défis de l’emploi au Maroc.mp3  (3.57 Mo)

Partant du fait que le Maroc ait fait de sensibles progrès économiques au cours des 20 dernières années, le rapport note aussi que la croissance économique du pays n’a pas été suffisamment intensive en main-d’œuvre pour absorber la population croissante en âge de travailler. 
Bien plus, le Royaume se caractérise également par un secteur informel important, des taux d’inactivité élevés, une faible participation des femmes au marché du travail, une prédominance de services à faible valeur ajoutée et un environnement commercial difficile, notamment pour les jeunes entreprises.

Quatre priorités

Partant de ce constat, et en vue de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et d’amener davantage de jeunes et de femmes — en particulier les NEET (les « not in education, employment, or training »)— sur le marché du travail, ledit rapport définit quatre priorités à savoir accélérer la transformation structurelle pour créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans les secteurs à plus haute productivité ; promouvoir la formalisation et améliorer la qualité des emplois ; accroître la participation des femmes au marché du travail et faciliter l’accès des femmes à des emplois de meilleure qualité ; soutenir les jeunes dans leur passage des études au marché du travail et abaisser le taux élevé de chômage chez les jeunes.


Ce que suggère la Banque mondiale

En termes d’accélération des changements structurels, ledit rapport précise que "le Maroc qui est passé de l’agriculture à des services informels à faible valeur ajoutée plutôt qu’à des emplois industriels productifs et à forte intensité de main-d’œuvre ou à des emplois de services à forte valeur ajoutée, peut avoir besoin à la fois de favoriser l’industrialisation et de stimuler les services formels à forte valeur ". 

Promouvoir une plus grande formalisation de l’économie

Partant de l’existence d’un secteur informel important, la Banque mondiale considère "qu’encourager les emplois formels pourrait nécessiter différents types de mesures, notamment des réformes de l’environnement des affaires, la réduction du coût du travail, ou des initiatives comme le développement des compétences pour améliorer la productivité". 

Intégrer davantage de femmes dans la population active

A ce niveau, ledit rapport considère que cet effort permettrait de "réduire les disparités entre les sexes, de donner aux femmes les moyens de prendre des décisions au sein du ménage, d’accroître les investissements des ménages dans l’éducation et la santé, et d’exploiter une ressource essentielle de travail pour le développement économique". 

Soutenir le passage des jeunes des études au monde du travail

Sur ce registre, la Banque mondiale estime que des " améliorations supplémentaires sont nécessaires pour aider les jeunes à obtenir des emplois hautement productifs" dont la "nécessité de réduire les taux élevés d’abandon scolaire chez les jeunes, la nécessité d’une formation professionnelle de qualité et à grande échelle pour améliorer l’employabilité des jeunes de 18 à 24 ans sans éducation formelle au-delà de l’école secondaire, la nécessité d’aider les jeunes hautement qualifiés à faire la transition entre les établissements d’enseignement supérieur et le monde du travail et enfin , la nécessité d’une éducation de meilleure qualité pour tendre vers le respect des normes et indicateurs internationaux".

Par Noureddine BATIJE



Noureddine Batije


Rédigé par Noureddine Batije le Mardi 6 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Avril 2021 - 09:10 Est-ce le Pjd qui dit la démocratie ?



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté