lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other





La Turquie et la malédiction des tremblements de terre


Pourquoi le plateau anatolien est-il l'une des zones les plus sismiques au monde et menace de séismes terribles la Turquie, la Syrie, le Liban, l'Irak et la Jordanie ?



A la croisée des plaques tectoniques

On a souvent tendance à penser que le Japon est le pays le plus exposé aux tremblements de terre, alors que c'est bien la Turquie qui détient ce triste et peu enviable record . 
 
En 1939 , un séisme de magnitude 8,2 fait trente-trois mille morts .
En 1989 à Izmir 17 mille morts seront à déplorer.
Un puissant séisme de magnitude 7,8 avait secoué le sud de la Turquie et la Syrie ce lundi peu avant l'aube , suivi quelques heures plus tard par plus de 150  très fortes répliques et puis d'un séisme de magnitude de 7,6 faisant plus de 5000 morts selon un dernier bilan.

Les secousses ont été ressenties à Beyrouth et Chypre . Au cours du vingtième siècle, tous les dégâts matériels subis par la Turquie ont été la conséquence de tremblements de terre.
Et au cours des cent dernières années , la Turquie a subi près de 120 séismes.
Une première secousse s'était produit à Gaziantep à 2h 26 , suivie de plusieurs répliques.

Il faut souligner que la Turquie se trouve au croisement de trois plaques tectoniques , ce qui en fait la région du monde la plus exposée aux secousses sismiques.
L'épicentre se situe dans la province de Kahramanmaras, à 60 km environ de la frontière syrienne. La zone s'étend sur un rayon de 500 kilomètres et concerne près de 25 millions de personnes côté turque , reparties sur dix grandes villes.

Une région à la géologie complexe du fait des mouvements de plusieurs plaques tectoniques.
Selon l'institut géologique danois, les secousses ont été ressenties jusqu'au Groenland. 

Les indications géologiques montrent que l'épicentre du séisme initial se trouve entre la province de Kahramanmaras et Gaziantep, à 60 km environ à vol d'oiseau de la frontière syrienne, tandis que l'hypocentre, lui, est situé à une profondeur de 17,7 km, selon l'US Geological Survey (USGS).

Le séisme s'est produit dans une région à la géologie complexe du fait des mouvements de plusieurs plaques tectoniques qui soumettent la surface à une forte pression.
Plus en détail, la zone touchée se situe à la limite de trois plaques tectoniques, à savoir le long de la frontière entre la plaque tectonique arabe et la plaque anatolienne, dans une région où la plaque africaine entre également en collision
 

Le fort risque sismique en Turquie est dû à l’emplacement du pays au carrefour de trois plaques tectoniques différentes

Intervenant sur TF1 lundi , Romain Jolivet, professeur de Géosciences à l'École normale supérieure (ENS) affirmait que : 

"Ce qui fait que le dernier séisme ce lundi en Turquie est très important, c'est qu'il y a une faille très importante, ça parait bête à dire, mais c'est aussi simple que ça et donc elle peut faire de très grands séismes".

Et de préciser  : "on a la plaque Arabie qui remonte vers le nord et pousse l'Anatolie vers l'ouest. Ce mouvement s'organise par deux grandes failles, à savoir la faille est-anatolienne et la faille ouest-anatolienne. Ce lundi, la rupture a eu lieu sur la faille est-anatolienne, à l'endroit de la jonction avec la faille du levant, qui est aussi appelée la faille de la mer morte. Ce qui est compliqué à cet endroit-là, c'est que c'est la terminaison ouest de la faille est-anatolienne". 

Ce séisme a ainsi eu lieu dans une zone en extension active qui n’est pas une simple frontière de plaque, mais où la déformation de la croûte terrestre est intense. 

Si on  ne peut jamais prévoir un séisme même si les risques sont mesurables, le respect des normes antisismiques devrait en principe aider à garder les constructions debout et contribuer à sauver des vies humaines. 

A ce sujet, les opérations de secours et de recherche de rescapés sont on ne peut plus compliquées vu l'étendue de la zone du séisme, le froid et la neige et puis les répliques qui n'en finissent plus. 

Les réfugiés syriens pris en otage 

Dans cette région dévastée et sinistrée, il y a au moins un demi-million de réfugiés syriens qui vivent soit dans des campements de fortune , soit dans des constructions vétustes qui n'ont pas longtemps résisté lors de la première secousse. 

Côté syrien , les villes d'Alep et d'Idlib ont été également durement touchées et les constructions qui n'avaient pas encore succombée à douze années de bombardements ont fini par s'écrouler dès le premier séisme .

Là aussi, comme en Turquie, les dégâts sont énormes et de nombreux monuments et édifices historiques ont été rudement endommagés .

Le pire , c'est que vu le déficit en structures hospitalières la situation humanitaire menace d'être dramatique surtout que cette zone n'est plus sous le contrôle du gouvernement de Damas .

Il reste juste à espérer que les secours et l'aide internationale arriveront à temps d'un côté comme de l'autre de la frontière. 

Hafid FASSI FIHRI  (avec TF1 )





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Mardi 7 Février 2023

Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | L'ODJ i-Magazine | Stories | Chroniques Vidéo



Magazine créé avec Madmagz.
































Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala