‘’La démocratie n'est pas le fruit du hasard. Nous devons la défendre, nous battre pour elle, la renforcer, la renouveler.’’


‘’Democracy doesn’t happen by accident. We have to defend it, fight for it, strengthen it, renew it.”
PRESIDENT JOSEPH R. BIDEN, JR. FEBRUARY 2021



Par le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

 ‘’La démocratie n'est pas le fruit du hasard. Nous devons la défendre, nous battre pour elle, la renforcer, la renouveler.’’
Qu'est-ce que la démocratie ?

Le terme "démocratie" vient de deux mots grecs : "demos" (le peuple) et ""kratia" (pouvoir ou autorité). La démocratie est donc bien sûr une forme de gouvernement qui donne le pouvoir au peuple.

Mais comment, quand, et à quel peuple ? La réponse à ces questions change au cours de l'histoire.

Les démocraties sont fondées sur "l'état de droit". Les Grecs anciens (en particulier Aristote  appréciaient le droit naturel, la notion selon laquelle les sociétés humaines devraient être régies par des principes éthiques trouvés dans la nature.

Les Grecs sont célèbres pour avoir pratiqué la démocratie directe,  un système dans lequel les citoyens se réunissent pour discuter de toutes les politiques, puis prennent des décisions à la majorité. Cependant, seuls les hommes libres étaient considérés comme des citoyens. Leur démocratie était donc certainement limitée. Aujourd'hui, la démocratie directe est pratiquée dans les assemblées municipales de Nouvelle-Angleterre, où tous les citoyens en âge de voter se réunissent pour prendre des décisions politiques importantes.

Platon a beaucoup à voir avec la définition de la démocratie. Son livre, La République,  est une description longue et parfois difficile de la cité et du gouvernement idéaux. Platon propose une division des classes en fonction de l'intelligence et promeut l'idée d'un "philosophe-roi", c'est-à-dire l'homme le plus sage d'un État, qui en serait le dirigeant. 
Mais comment la démocratie directe pourrait-elle fonctionner dans une population nombreuse et diverse, répartie sur une distance géographique ? En général, la réponse a été qu'elle ne pouvait pas fonctionner.

À sa place, les fondateurs américains ont mis en place la démocratie "indirecte" ou "représentative".

Dans ce système, des représentants sont choisis par le peuple pour prendre des décisions en son nom. Le corps représentatif devient alors d'une taille raisonnable pour mener à bien les affaires du gouvernement.

Les fondateurs préféraient le terme "république" à celui de "démocratie" parce qu'il décrivait un système qu'ils préféraient généralement : les intérêts du peuple étaient représentés par des citoyens plus compétents ou plus riches qui étaient responsables devant ceux qui les avaient élus.

Aujourd'hui, nous avons tendance à utiliser les termes "république" et "démocratie" de manière interchangeable. Une critique très répandue de la démocratie représentative est que les représentants deviennent des "élites" qui consultent rarement les citoyens ordinaires, de sorte que même s'ils sont élus, un gouvernement véritablement représentatif n'existe pas vraiment.

Une autre version moderne de la démocratie est appelée "centralisme démocratique",  un terme rendu célèbre par Vladimir Ulyinov Lenine. En tant que leader de la révolution russe en 1917, il a établi un gouvernement communiste qui ne permettait pas l'existence de la propriété privée. Tous les membres de la société étaient théoriquement égaux. Cependant, Lénine considérait qu'une petite "avant-garde de la révolution" était nécessaire pour guider le peuple et établir l'ordre. Ainsi, un petit groupe de dirigeants prend des décisions au nom du peuple, en se basant sur leur perception de ce que le peuple veut et a besoin.

Vladimir Lénine considérait la démocratie comme l'objectif du communisme, mais pensait en même temps que jusqu'à ce que la démocratie puisse être atteinte, une dictature au nom du prolétariat (classe ouvrière) devait régner. Dans cet article du journal soviétique Pravda, Lénine justifie ses idées.

Les démocraties ont pris de nombreuses formes et tailles, comme en témoignent les différentes réponses aux questions de savoir comment, quand et à qui le pouvoir populaire est donné. Et bien qu'elle ne soit pas mentionnée dans la Déclaration d'indépendance ni dans la Constitution des Etats Unis, la démocratie est clairement liée à la "règle de droit" pour former un principe de base qui façonne profondément le gouvernement américain.

L'influence des Lumières

Le gouvernement américain trouve ses racines dans les Lumières des XVIIe et XVIIIe siècles en Europe, un mouvement qui remettait en question l'autorité traditionnelle du monarque pour gouverner. Qu'est-ce qui donne à une personne le droit d'en gouverner une autre ? Les philosophes des Lumières  ont répondu à cette question en reconnaissant l'importance d'établir l'ordre. Ils ont été influencés par le chaos de l'époque médiévale, où l'absence de gouvernement centralisé a entraîné la mort et la destruction généralisées. Pour survivre, il fallait se protéger des envahisseurs et des agresseurs. Les peuples les plus faibles se sont donc alliés aux plus forts, et des rois ont été créés pour assurer la protection en échange du travail et de l'allégeance de leurs sujets.

John Locke est le philosophe anglais qui a théorisé que le gouvernement était la manifestation d'une volonté générale des "gouvernés" qui permettait à ces derniers de changer de gouverneur à volonté. Son livre, Treatises on Civil Government,  a eu une grande influence sur la révolution américaine.

Montesquieu  a écrit avec admiration sur les trois "branches" du gouvernement qui contrôlaient le pouvoir des uns et des autres. Rousseau croyait que les communautés étaient plus justement gouvernées par la "volonté générale" ou la règle de la majorité de leurs citoyens. Bien que les philosophes pensent que les dirigeants sont importants pour maintenir l'ordre, ils remettent en question le sacrifice de la liberté individuelle qu'ils constatent sous les monarques européens.
 
Imaginez une société dans laquelle chacun serait parfaitement libre de faire ce qu'il veut. Combien de temps faudrait-il pour que le chaos s'installe ?

L'ordre implique une perte de liberté nécessaire à la survie des individus. Mais jusqu'où l'ordre peut-il aller ? Les pays démocratiques chérissent la liberté individuelle et croient généralement que les lois ne doivent pas être RÉPRESSIVES ; un peu d'ordre peut être sacrifié au nom de la liberté. Il existe donc un équilibre entre l'ordre et la liberté.

Les sociétés démocratiques attendent également un autre type d'équilibre : un compromis entre la liberté et l'égalité. [[x]]url:#_edn10 La liberté totale conduit logiquement à l'inégalité. Une personne forte ou ambitieuse peut acquérir plus de biens et de propriétés qu'une autre, et quelqu'un va forcément dominer. Mais il faut fixer une limite avant qu'un individu ne s'empare d'un pouvoir qui restreint considérablement les libertés des autres.

Les idéaux de la première révolution française ont également inspiré la révolution de 1830 à Paris. Les idées de "Liberté, Égalité et Fraternité" ont été immortalisées dans les trois couleurs du drapeau français. Dans le tableau de Delacroix, on voit la Liberté guider le peuple vers ces idéaux.

Les gouvernements ne devraient-ils pas contribuer à préserver un certain degré d'égalité pour leurs citoyens ? Mais s'ils accordent trop d'importance à l'égalité, ne risquent-ils pas de restreindre la liberté de leurs citoyens ? Par exemple, les gouvernements peuvent favoriser l'égalité en taxant davantage les riches que les pauvres, mais s'ils vont trop loin, ne risquent-ils pas de restreindre la liberté de l'individu de rechercher la réussite économique ?

L'équilibre entre liberté et égalité est une pierre angulaire importante du gouvernement démocratique.

À la fin du XVIIIe siècle, les fondateurs américains ont créé les plans du gouvernement des États-Unis dans le but d'atteindre cet équilibre délicat - entre la liberté et l'ordre, et entre la liberté et l'égalité. Leur succès se reflète dans les efforts continus pour les affiner. La formule a changé avec le temps, mais le cadre fourni par la Constitution et les valeurs exprimées par la Déclaration d'indépendance américains restent les mêmes.

Piliers de la démocratie : Le droit, la représentation et la connaissance

L'éducation juridique joue un rôle essentiel dans le maintien des piliers de la démocratie constitutionnelle. Il s'agit du droit, de ses valeurs et de ses institutions, des élections et de la représentation, ainsi que des institutions du savoir dont les facultés de droit font partie intégrante.

Les idées de gouvernement par la loi et d'égalité par la loi, qui sont au cœur de nos traditions constitutionnelles, exigent des tribunaux indépendants.  Pourtant, les attaques personnelles contre les juges, ainsi que la violence accrue contre certaines minorités, menacent l'idéal d'une justice égale en vertu de la loi. La formation juridique aborde les questions de procédure équitable, d'égalité de traitement et d'indépendance judiciaire.

Ces idées ne se suffisent pas à elles-mêmes ; elles doivent être enseignées, analysées de manière critique et mises en pratique.  En effet, le respect d'une procédure équitable est important dans tout le gouvernement, y compris l'adhésion à "l'ordre régulier". Les programmes des facultés de droit devraient refléter la nécessité d'une procédure équitable dans toutes les parties de notre système de gouvernance.

Un deuxième pilier de la démocratie constitutionnelle est le vote et la représentation équitables - la loi établissant des règles à l'avance - sur qui peut voter, pour quels candidats, pour quelles fonctions. Mais le droit peut être utilisé aussi bien pour entraver que pour soutenir la démocratie, par exemple en supprimant illégalement le vote. Les facultés de droit devraient réfléchir à la manière d'explorer l'importance du vote et de la représentation, ainsi que les normes de réciprocité politique sur lesquelles repose une démocratie décente. 

Tout comme on présente aux étudiants des idées épaisses sur ce que signifie être un bon juge, on doit envisager d'accorder une attention plus analytique et normative aux élections et aux représentants élus, en demandant, par exemple, si les principes et les compromis peuvent jouer des rôles différents pour un juge et pour un législateur.

Les institutions du savoir - universités (y compris les facultés de droit), une presse libre et des bureaux publics et privés consacrés à la collecte et à la diffusion de données - constituent un troisième pilier de la démocratie constitutionnelle.

L'auto-gouvernance exige des électeurs informés, dont les opinions reposent sur des connaissances partagées. Les facultés de droit d'aujourd'hui contribuent à remplir les rôles que le président George Washington envisageait pour une université nationale : apprendre aux citoyens à connaître leurs droits, à connaître la loi, à savoir évaluer leurs représentants et à comprendre le gouvernement.

Pourtant, l'enseignement supérieur, dont les facultés de droit font partie, est confronté à de sérieux défis, notamment de nouveaux clivages partisans quant à sa valeur et des préoccupations quant à l'accès équitable.

D'autres défis se posent à la presse, qui soutient la démocratie en rendant compte des questions d'intérêt public, et aux services gouvernementaux chargés de la collecte des données. On doit demander aux étudiants de réfléchir à la manière dont le droit soutient ces institutions essentielles aux fondements épistémiques de la démocratie.

Enfin, on doit reconnaître que les institutions ne peuvent pas tout faire - le caractère et l'attitude comptent. Le constitutionnalisme et la démocratie sont soutenus par des vertus civiques telles que l'ouverture d'esprit, l'équité, l'intégrité et le courage - le courage de défendre l'égalité, et le courage de faire des compromis qui permettent au gouvernement représentatif de fonctionner.

La démocratie de Biden

En ce mois de décembre 2021, Joe Biden réunira des dirigeants de plus d'une centaine de pays de toutes les régions du monde pour discuter du déclin de la démocratie mondiale et annoncer des engagements en faveur du renouvellement de la démocratie au niveau national et international. Mais chaque participant est confronté à ses propres défis démocratiques, y compris, comme le fait remarquer Joe Biden, les États-Unis.

Que pensent les différents pays et régions de ce sommet ? Et que faudrait-il pour que le sommet réussisse ?

Ce rassemblement virtuel, qui aura lieu jeudi 9 décembre et vendredi 10 décembre, intervient alors que, de Cuba au Belarus, les gens sont descendus dans la rue ces dernières années pour exiger d'avoir leur mot à dire dans la gestion des affaires publiques ou, du moins, de rendre des comptes à leurs dirigeants. Il intervient alors que les dirigeants occidentaux se méfient de plus en plus des tactiques et des intentions du parti communiste chinois au pouvoir et s'inquiètent de la nouvelle agression russe contre l'Ukraine.

Mais le sommet se tient également alors que le concept même de démocratie semble exceptionnellement vulnérable.

Rien que l'année dernière, une demi-douzaine de coups d'État ont eu lieu, du Myanmar au Soudan. Même la démocratie américaine est menacée, depuis les luttes partisanes qui sapent l'élaboration des lois jusqu'aux insurgés qui attaquent le Capitole pour faire croire que l'élection présidentielle de 2020 a été volée.

Les collaborateurs de M. Biden disent qu'ils abordent le sommet avec humilité. Sur le site Web principal, l'administration déclare que l'événement "mettra en valeur l'une des forces uniques de la démocratie : la capacité de reconnaître ses imperfections et de les affronter de manière ouverte et transparente". La décision d'organiser ce sommet, et d'inviter plus de 100 gouvernements, a bouleversé certains laissés-pour-compte - ce qui témoigne de l'influence mondiale que les États-Unis continuent d'exercer.

Dans une récente tribune commune publiée dans The National Interest, les ambassadeurs russe et chinois aux États-Unis ont dénoncé le sommet comme un produit de la "mentalité de guerre froide" des États-Unis et ont prévenu qu'il "attisera la confrontation idéologique et une fracture dans le monde, créant de nouvelles "lignes de démarcation"".

Les ambassadeurs, Anatoly Antonov (Russie) et Qin Gang (Chine), ont dénoncé l'idée que l'administration Biden décide de ce qui est considéré comme une démocratie, tout en décrivant les systèmes de leurs pays comme démocratiques - malgré la domination évidente du parti unique communiste en Chine et le pouvoir dictatorial de Vladimir Poutine en Russie. La Chine, écrivent les émissaires, possède une "démocratie socialiste étendue et complète", tandis que la démocratie est le "principe fondamental" du système russe.
"Il n'y a pas lieu de s'inquiéter de la démocratie en Russie et en Chine", écrivent-ils. "Certains gouvernements étrangers feraient mieux de réfléchir à eux-mêmes et à ce qui se passe chez eux. Est-ce la liberté quand divers rassemblements dans leurs pays sont dispersés avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes ? Cela ne ressemble pas beaucoup à la liberté".

L'offensive de relations publiques s'est poursuivie. Le Global Times, un organe de presse du Parti communiste chinois, a lancé ce mois-ci une série sur les "maux commis au nom de la démocratie." Un titre représentatif : "Le GT enquête : La propagande guerrière des États-Unis sous le couvert de la 'démocratie' inflige des dommages indicibles au monde."

Chen Qingqing; Liu Xin et Wang Wenwen écrivent dans un article intitulé: “Summit for democracy an 'anti-China ideological clique'; US definition of 'authoritarianism' outdated “ et publié dans Global Times que: 
L'administration de Joe Biden, d'une manière très dangereuse et provocatrice, transforme le soi-disant sommet pour la démocratie en une autre petite clique idéologisée pour contenir la Chine, et cela ne sera certainement pas une bonne chose car le monde essaie de travailler ensemble dans l'ère post-pandémique et a plus que jamais besoin de solidarité plutôt que d'utiliser les soi-disant valeurs pour inciter à la confrontation et à la divergence. ‘’

De nombreuses considérations géopolitiques de ce type étaient clairement en jeu pour décider qui était invité et qui ne l'était pas.

La Hongrie et la Turquie n'ont pas été retenues – apparemment leurs dirigeants sapent leurs institutions démocratiques depuis des années, malgré les reproches des États-Unis. Mais la Pologne, où des forces antidémocratiques similaires sont en hausse depuis des années, a été invitée. Une raison probable ?

Les États-Unis ont jugé bon de soutenir le pays alors qu'il est confronté à des mesures agressives le long de sa frontière avec le Belarus, soutenu par la Russie.

L'Inde, par exemple, a été accusée d'un recul de la démocratie et d'une oppression croissante des musulmans du pays. Mais l'équipe Biden considère New Delhi comme un partenaire clé dans la rivalité avec Pékin et ne veut pas la snober.

L'Inde ayant figuré sur la liste, le Pakistan y a également figuré - un effort de l'administration pour équilibrer ses intérêts dans ces deux pays, malgré l'influence continue de l'armée pakistanaise sur le système de gouvernance d'Islamabad.

Au Moyen-Orient, seuls l'Irak et Israël ont été retenus, malgré les inquiétudes suscitées par l'influence iranienne en Irak et le traitement des Palestiniens sur les terres occupées par Israël.

Les responsables américains ont refusé de parler des invités individuels, bien que certains reconnaissent en privé les facteurs géopolitiques en jeu. Dans le même temps, ils font remarquer que l'événement s'appelle un "Sommet pour la démocratie", et non un "Sommet pour les démocraties" ou un "Sommet des démocraties".

L'objectif est de démontrer au monde entier que la démocratie reste le système de gouvernance le plus idéal, tout en encourageant les participants à rester sur la voie de la démocratie.

Alors que le gouvernement avait initialement espéré organiser ce premier sommet plus tôt et en personne, le choix de la date du 9 au 10 décembre 2021 a une certaine signification.

Le 9 décembre (jeudi) est la Journée internationale de la lutte contre la corruption, tandis que le 10 décembre (vendredi) est la Journée des droits de l'homme. L'administration devrait dévoiler de nouvelles sanctions contre les kleptocrates et les auteurs de violations des droits de l'homme ces jours-là - suivant une tradition entamée sous l'administration Trump.

Gouvernance islamique et démocratie

Les principales caractéristiques de la gouvernance islamique que j'ai trouvées dans les sources islamiques - le Coran et la préséance prophétique (sunna), et les discussions musulmanes contemporaines sur l'État islamique - sont la Constitution, le Consentement et la Consultation.

Les musulmans qui cherchent à appliquer la charia sont obligés d'imiter la préséance du Prophète et, étant donné les définitions plutôt étroites de la charia et de la sunna avec lesquelles la plupart des islamistes opèrent, ils ne peuvent échapper aux trois principes clés identifiés ici. Si ces principes doivent être explorés et articulés dans le contexte socioculturel spécifique des différentes sociétés musulmanes, il est important de comprendre qu'ils sont essentiels. 

Constitution : Le pacte, ou constitution, de Médine que le prophète Muhammad a adopté constitue une occasion très importante pour le développement de la théorie politique islamique. Après avoir migré de La Mecque à Médine en 622 de notre ère, le prophète Muhammad a établi le premier État islamique. Pendant dix ans, le prophète Muhammad a été non seulement le chef de la communauté musulmane émergente en Arabie, mais aussi le chef politique de l'État de Médine. En tant que chef de l'État de Médine, le prophète Muhammad exerçait sa juridiction sur les musulmans comme sur les non-musulmans. La légitimité de sa souveraineté sur Médine était fondée sur son statut de prophète de l'islam, ainsi que sur le pacte de Médine.

En tant que prophète de Dieu, il avait la souveraineté sur tous les musulmans par décret divin. Mais Muhammad ne régnait pas sur les non-musulmans de Médine parce qu'il était le messager d'Allah. Il a régné sur eux en vertu du pacte signé par les Muhajirûn (immigrants musulmans de la Mecque), les Ansâr (musulmans autochtones de Médine) et les Yahûd (plusieurs tribus juives qui vivaient à Médine et dans les environs). Il est intéressant de noter que les Juifs étaient des partenaires constitutionnels dans la création du premier État islamique.

Le pacte de Médine peut être lu à la fois comme un contrat social et comme une constitution. Un contrat social, modèle développé par les philosophes anglais Thomas Hobbes et John Locke, est un accord imaginaire entre des personnes à l'état de nature qui conduit à l'établissement d'une communauté ou d'un État.

À l'état de nature, les gens sont libres et ne sont pas obligés de suivre des règles ou des lois. Ils sont essentiellement des individus souverains. Cependant, grâce au contrat social, ils abandonnent leur souveraineté individuelle à une souveraineté collective et créent une communauté ou un État.

La deuxième idée que manifeste le pacte de Médine est celle d'une constitution.

A bien des égards, la constitution est le document qui consacre les conditions du contrat social sur lequel toute société est fondée. Le pacte de Médine a clairement rempli une fonction constitutionnelle, puisqu'il a été le document constitutif du premier État islamique.

Ainsi, on peut affirmer que le pacte de Médine remplit la double fonction de contrat social et de constitution. Il est clair que le pacte de Médine ne peut à lui seul servir de constitution moderne. Il serait tout à fait inadéquat, puisqu'il s'agit d'un document spécifique à l'histoire et dont la portée est assez limitée. Cependant, il peut servir de principe directeur à imiter, plutôt que de manuel à dupliquer.

Aujourd'hui, les musulmans du monde entier peuvent imiter le prophète Muhammad et rédiger leurs propres constitutions, adaptées à leurs conditions historiques et temporelles.

Consentement : Un principe important de la Constitution de Médine était que le prophète Muhammad gouvernait la cité-État de Médine en vertu du consentement de ses citoyens. Il a été invité à gouverner, et son autorité en la matière était inscrite dans le contrat social. La constitution de Médine a établi l'importance du consentement et de la coopération pour la gouvernance.

Le processus de baycah, ou promesse d'allégeance, était une institution importante qui visait à formaliser le consentement des gouvernés. À l'époque, lorsqu'un dirigeant ne parvenait pas à obtenir le consentement des gouvernés par le biais d'un processus formel et direct de promesse d'allégeance, son autorité n'était pas pleinement légitimée.

Il s'agissait d'une coutume arabe antérieure à l'Islam, mais, comme de nombreuses coutumes arabes, elle a été intégrée aux traditions islamiques. Tout comme le prophète Muhammad, les premiers califes de l'Islam ont également pratiqué le processus de baycah après que des formes rudimentaires de collèges électoraux aient désigné le calife, afin de légitimer l'autorité de ce dernier.

Il n'est pas nécessaire d'aller très loin dans l'imagination pour reconnaître que, dans les pays où les citoyens se comptent par millions plutôt que par centaines, le processus de nomination suivi d'élections peut constituer une modernisation nécessaire du processus de bacyah. Le remplacement de la baycah par des bulletins de vote rend le processus de promesse d'allégeance simple et universel. Les élections ne sont donc ni une entorse aux principes et traditions islamiques, ni une forme intrinsèquement non islamique.
Il y a beaucoup de choses dans les sources et la tradition islamiques qui sont favorables à ce que la démocratie devienne le véhicule pour fournir les produits de la gouvernance islamique, tels que la justice sociale, le bien-être économique et les libertés religieuses.

Je suis convaincu que l'islam n'est pas un obstacle à la démocratie, à la justice et à la tolérance dans le monde musulman, mais qu'il les facilite. Cela dit, pour que cela se produise, les musulmans doivent revoir leurs sources et les comprendre à nouveau, sans parti pris contre ce qu'ils qualifient à tort d'occidental. La démocratie est inhérente aux valeurs et à l'expérience historique de l'Islam. 

Le Coran, lui aussi, reconnaît l'autorité de ceux qui ont été choisis comme dirigeants, et dans un sens, étend la légitimité divine à ceux qui ont une autorité légitime.

’Ô les croyants ! Obéissez à Dieu, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Dieu et au Messager, si vous croyez en Dieu et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement)’’. (Le Saint Coran 4: 59).

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓا۟ أَطِيعُوا۟ ٱللَّهَ وَأَطِيعُوا۟ ٱلرَّسُولَ وَأُو۟لِى ٱلْأَمْرِ مِنكُمْ فَإِن تَنَٰزَعْتُمْ فِى شَىْءٍ فَرُدُّوهُ إِلَى ٱللَّهِ وَٱلرَّسُولِ إِن كُنتُمْ تُؤْمِنُونَ بِٱللَّهِ وَٱلْيَوْمِ ٱلْءَاخِرِ ذَٰلِكَ خَيْرٌ وَأَحْسَنُ تَأْوِيلً

Consultation : Le troisième principe clé de la gouvernance islamique est la consultation, ou shûra en arabe. Il s'agit d'un concept très largement connu, et de nombreux érudits islamiques ont avancé le concept islamique de la shûra comme preuve de la légitimité démocratique de l'Islam. En fait, de nombreux spécialistes assimilent la démocratie à la shûra.

’C'est par quelque miséricorde de la part de Dieu que tu as été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (de Dieu). Et consulte-les à propos des affaires ; puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Dieu, Dieu aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance’’. (Le Saint Coran 3: 159)

فَبِمَا رَحْمَةٍ مِّنَ ٱللَّهِ لِنتَ لَهُمْ وَلَوْ كُنتَ فَظًّا غَلِيظَ ٱلْقَلْبِ لَٱنفَضُّوا۟ مِنْ حَوْلِكَ فَٱعْفُ عَنْهُمْ وَٱسْتَغْفِرْ لَهُمْ وَشَاوِرْهُمْ فِى ٱلْأَمْرِ فَإِذَا عَزَمْتَ فَتَوَكَّلْ عَلَى ٱللَّهِ إِنَّ ٱللَّهَ يُحِبُّ ٱلْمُتَوَكِّلِينَ

’qui répondent à l'appel de leur Seigneur, accomplissent la Salat, se consultent entre eux à propos de leurs affaires, dépensent de ce que Nous leur attribuons, ‘’ (Le Saint Coran 42: 38)

وَٱلَّذِينَ ٱسْتَجَابُوا۟ لِرَبِّهِمْ وَأَقَامُوا۟ ٱلصَّلَوٰةَ وَأَمْرُهُمْ شُورَىٰ بَيْنَهُمْ وَمِمَّا رَزَقْنَٰهُمْ يُنفِقُونَ

Les érudits musulmans ne s'accordent pas sur le caractère consultatif ou obligatoire de l'injonction coranique à la consultation, mais elle n'en demeure pas moins une sanction divine.

Les musulmans favorables à la démocratie la considèrent comme nécessaire, et ceux qui craignent les libertés démocratiques et préfèrent l'autoritarisme interprètent ces injonctions comme des suggestions divines et non des fiats divines. Le Prophète lui-même a laissé derrière lui une tradition très importante qui souligne l'importance de la prise de décision collective et démocratique. Il a dit que "la communauté de Muhammed ne s'accordera jamais sur une erreur". La gouvernance consultative est donc la forme de gouvernance préférée en Islam, et tout musulman qui choisit de rester fidèle à ses sources de foi ne peut que préférer une structure démocratique à toutes les autres pour réaliser la justice et le bien-être promis dans les sources islamiques. [[xviii]]url:#_edn18

Conclusion : La demande de démocratie reste élevée dans toutes les régions du monde

La demande de démocratie reste élevée dans toutes les régions du monde. Un large éventail d'enquêtes reflète les demandes immédiates d'une société - pour la paix et la sécurité en cas de conflit, pour des emplois en cas de chômage élevé et de pauvreté, et pour la liberté en cas de répression. Mais il existe également un désir fort et constant de pouvoir prendre des décisions concernant sa propre vie, d'empêcher les élites d'abuser de leur pouvoir et d'avoir des systèmes judiciaires qui traitent les gens de manière juste et équitable.

L’ingrédient essentiel de la démocratie est un leadership efficace. Cependant, les institutions démocratiques telles que les parlements et les partis politiques peuvent exiger encore plus de patience, car leur leadership peut changer fréquemment, et leur rôle et leur autorité peuvent se déplacer au cours d'un cycle politique.

Lorsqu'une dynamique de changement politique s'installe, que ce soit lors d'une élection, d'un conflit, d'une crise économique ou autre, les institutions peuvent jouer leur rôle, mais seul le leadership peut déterminer comment cette dynamique sera utilisée.

Par exemple, en réponse à ce qui est perçu comme la crise environnementale actuelle, le travail sur ce qu’on appelle la "démocratie environnementale" aidera à renforcer la capacité des institutions à adopter des lois pour protéger l'environnement qu'elles ont déjà introduites. On a constaté que de nombreux pays ont besoin d'un coup de pouce pour s'assurer qu'ils atteignent les éco-objectifs fixés dans les accords internationaux tels que l'Accord de Paris.

Le leadership est également essentiel pour aborder ce qu’on considère comme un objectif fondamental de la démocratie : l'inclusion.

Pour un trop grand nombre de personnes dans le monde, les systèmes démocratiques sont bons en théorie mais défectueux en pratique. De différentes manières, ces personnes n'ont pas le pouvoir de participer aux activités politiques ou d'influencer les décisions qui affectent leur vie, que ce soit parce qu'elles sont femmes, pas riches, handicapées, jeunes ou autrement marginalisées ou victimes de discrimination. Tant que cela ne changera pas, les démocraties seront à la fois imparfaites et vulnérables.
 

Références

Aristote, grec Aristoteles, (né en 384 avant J.-C. à Stagira, Chalcidice, Grèce - mort en 322 à Chalcis, Eubée), philosophe et scientifique grec ancien, l'une des plus grandes figures intellectuelles de l'histoire occidentale. Il est l'auteur d'un système philosophique et scientifique qui est devenu le cadre et le véhicule de la scolastique chrétienne et de la philosophie islamique médiévale. Même après les révolutions intellectuelles de la Renaissance, de la Réforme et des Lumières, les concepts aristotéliciens sont restés ancrés dans la pensée occidentale.
 
Cf. Ackrill, J.L. Aristotle the Philosopher. Oxford: Oxford University Press, 1981.
 
 Roban, Luc. “La démocratie directe peut-elle être une réponse à la crise de la démocratie représentative ?’’ Vie publique du 14 mars 2018. https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/268547-democratie-directe-reponse-la-crise-de-la-democratie-representative
 
’La conception originelle de la Ve République reposait à la fois sur la démocratie représentative, fortement encadrée par la nouvelle Constitution, et sur la démocratie directe avec l’usage fréquent du référendum. Depuis, la demande de démocratie directe n’a cessé de progresser en France. ‘’
 
Plato. Republic, 473c-d, Republic I, traduit par Paul Shorey.  Cambridge, MA, USA: Loeb Classical Library, Harvard University Press, 1930, 1969.
 
Platon (428/427 ou 424/423 - 348/347 av. J.-C.) était un philosophe athénien de la période classique de la Grèce antique, fondateur de l'école de pensée platonicienne et de l'Académie, la première institution d'enseignement supérieur du monde occidental. Il est largement considéré comme une figure centrale de l'histoire de la philosophie de la Grèce antique et de l'Occident, avec son professeur, Socrate, et son élève le plus célèbre, Aristote. Platon a également souvent été cité comme l'un des fondateurs de la religion et de la spiritualité occidentales. Le néoplatonisme de philosophes tels que Plotin et Porphyre a grandement influencé le christianisme par l'intermédiaire de pères de l'Église tels qu'Augustin.
 
https://www.toupie.org/Dictionnaire/Centralisme_democratique.htm
 
’L'expression "centralisme démocratique" qualifie un mode d'organisation d'un parti politique   ou d'un syndicat   dans lequel les délégués nationaux sont élus démocratiquement, mais où les décisions prises lors d'un Congrès   doivent être appliquées par tous. Il existe une liberté   de débat   en interne (démocratie  ), mais une forte discipline   en externe (centralisme  ), gage d'efficacité  .

Les partisans du centralisme démocratique considèrent que les deux termes ne sont pas antinomiques. Le débat démocratique a pour objet de fixer l'orientation du parti, de déterminer les décisions qui doivent être prises. Il permet de fédérer en une seule direction les actions dispersées de la 
classe   ouvrière et d'aller vers l'unité.

Les partis et mouvements 
communistes   d'inspiration léniniste   ont adopté le centralisme démocratique comme mode d'organisation pour pallier le manque d'unité dans l'action révolutionnaire. L'absence de démocratie au sein du Parti Communiste de l'Union Soviétique (PCUS  ) et même du Parti communiste français jusque dans les années 1980 ont donné à l'expression "centralisme démocratique" une forte connotation péjorative. ‘’
 
Futura Sciences. ‘’ Les philosophes des Lumières’’Futura Sciences du 19 décembre 2019. https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/histoire-sont-principaux-philosophes-lumieres-5625/
 
‘’Baruch Spinoza est l'un des instigateurs du mouvement   des Lumières  . Ce philosophe né aux Pays-Bas explique dans son œuvre L'Éthique que le but de la philosophie est la recherche du bonheur   et de la liberté, une vision nouvelle pour l'époque. Deux Anglais figurent parmi les précurseurs des Lumières : John Locke et Isaac Newton  . Le premier est à l'origine du libéralisme. Le second était bien plus qu'un simple philosophe, Isaac Newton étant également un grand scientifique et théologien. Il est connu, entre autres, pour sa théorie de la gravitation   terrestre. Aussi, les progrès scientifiques établis pendant cette période contribuent à affaiblir les régimes monarchiques basés sur la croyance divine. ‘’
 
‘’Dans ce contexte, un philosophe français va aussi permettre l'essor du mouvement des Lumières. Il s'agit de Pierre Bayle qui critique les croyances et le fait que le peuple idolâtre un Dieu ou un roi. Bien d'autres penseurs français rejoignent les Lumières. Voltaire s'en inspire et marque de son empreinte le XVIIIe siècle. Favorable à la liberté de penser et à la tolérance, il s'oppose au fanatisme religieux. Quant à Jean-Jacques Rousseau, son influence sur la Révolution française n'est plus à démontrer. Montesquieu   entre aussi au Panthéon des philosophes des Lumières, notamment grâce à sa théorie de séparation   des pouvoirs. Dans un autre style  , le Marquis de Sade exhorte le peuple à s'affranchir des croyances anciennes et milite pour l'athéisme  . Parmi les illustres philosophes français des Lumières figure aussi Denis Diderot  . ‘’
 
‘’Si les Lumières ont sans aucun doute inspiré la Révolution française  , l'histoire des États-Unis est également marquée par ce mouvement avec Benjamin Franklin   et Thomas Jefferson. La Déclaration d'indépendance des États-Unis de 1776 a d'ailleurs influencé la Déclaration des droits de l'homme de 1789. ‘’
 
 John Locke (né en 1632, mort en 1704) était un philosophe britannique, un universitaire d'Oxford et un chercheur en médecine. Le monumental Essai sur l'entendement humain An Essay Concerning Human Understanding (1689) de Locke est l'une des premières grandes défenses de l'empirisme moderne et s'attache à déterminer les limites de l'entendement humain par rapport à un large éventail de sujets. Il nous indique donc de manière assez détaillée ce que l'on peut légitimement prétendre savoir et ce que l'on ne peut pas savoir. L'association de Locke avec Anthony Ashley Cooper (qui deviendra plus tard le premier comte de Shaftesbury) l'a amené à devenir successivement un fonctionnaire chargé de recueillir des informations sur le commerce et les colonies, un écrivain économique, un militant politique de l'opposition, et enfin un révolutionnaire dont la cause a finalement triomphé lors de la Glorieuse Révolution de 1688. Parmi les œuvres politiques de Locke, il est surtout connu pour le Second traité de gouvernement The Second Treatise of Government , dans lequel il affirme que la souveraineté réside dans le peuple et explique la nature d'un gouvernement légitime en termes de droits naturels et de contrat social. Il est également célèbre pour avoir appelé à la séparation de l'Église et de l'État dans sa Lettre sur la tolérance. Une grande partie de l'œuvre de Locke se caractérise par une opposition à l'autoritarisme. Cette opposition se manifeste tant au niveau de l'individu qu'au niveau des institutions telles que le gouvernement et l'Église. Pour l'individu, Locke veut que chacun d'entre nous utilise la raison pour rechercher la vérité plutôt que de simplement accepter l'opinion des autorités ou d'être sujet à la superstition. Il veut que nous proportionnions l'assentiment aux propositions aux preuves qui les justifient. Au niveau des institutions, il devient important de distinguer les fonctions légitimes des fonctions illégitimes des institutions et de faire la distinction correspondante pour les utilisations de la force par ces institutions. Locke pense que l'utilisation de la raison pour tenter de saisir la vérité et déterminer les fonctions légitimes des institutions optimisera l'épanouissement humain pour l'individu et la société, tant en ce qui concerne son bien-être matériel que spirituel. Cela revient à suivre la loi naturelle et à réaliser le dessein divin pour l'humanité.
 
Locke, John. Traité du gouvernement civilParis : FB Editions, 2015.
 
Publié à la fin du XVIIème siècle, en 1690, l'ouvrage de John Locke "Traité du gouvernement civil" fait partie des deux traités du gouvernement civil. Il se veut tout d'abord une réfutation de l'œuvre du Chevalier Filmer, "Patriarcha" qui prétendait qu'un gouvernement royal était la réplique du pouvoir paternel, or pour Locke il y a deux raisons pour que cela ne soit pas vrai: un père n'a pas pouvoir absolu sur ses enfants, il a pouvoir lorsqu'ils sont mineurs mais doit les amener à la liberté et il ne peut disposer de leur vie ou de leurs biens comme peut le faire un roi dans l'absolutisme. Le livre de Locke est un puissant déni et réquisitoire contre l'absolutisme et si cet auteur nous parait connaitre des répétitions et des longueurs, c'est surtout parce qu'il tient fermement à son propos.
 
Le philosophe français Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu, était un penseur politique très influent au siècle des Lumières.
 
Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (souvent appelé Montesquieu) est né au siècle des Lumières. Grâce à son éducation et à ses voyages, il est devenu un commentateur social et un penseur politique acéré qui a gagné le respect de ses collègues philosophes avec son œuvre maîtresse L'esprit des lois, qui a eu une influence majeure sur le gouvernement anglais et américain.
 
En 1721, Montesquieu acquiert la célébrité avec la publication des Lettres persanes, une satire politiquement mordante des religions, des monarchies et des riches français sous l'apparence d'un roman épistolaire, bien qu'il dédaigne de l'appeler ainsi. Il s'installe à Paris, voyage beaucoup et continue à publier, passant à des traités politiques tels qu'une réflexion sur la chute de Rome.
 
Son œuvre maîtresse, L'esprit des lois, publiée en 1748, a eu une énorme influence sur la manière dont les gouvernements devraient fonctionner, en abandonnant les définitions classiques du gouvernement pour de nouvelles délimitations. Il a également établi l'idée d'une séparation des pouvoirs - législatif, exécutif et judiciaire - afin de propager plus efficacement la liberté. Bien que l'Église catholique ait inscrit Spirit sur sa liste de livres interdits, l'ouvrage a influencé la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (France) et la Constitution des États-Unis. Montesquieu a ensuite publié sa Défense de L'Esprit des Lois en 1750.
 
Eric. Démocratie et égalité. Paris : Bréal, series: ‘’Thèmes et Débats ‘’, 2016.
 
Présentation de l’éditeur : L'idéal démocratique s'est largement construit sur la recherche de l'égalité. Mais de quelle égalité s'agit-il ? La démocratie comme régime politique est évidemment ce qui vient en premier lieu à l'esprit, mais elle est aussi un "état social ", qui repose sur la volonté d'établir l'égalité des chances. Or, force est de constater que l'ascenseur social est en panne à de nombreux étages, en France, en particulier.

Dans ce contexte, comment continuer d'affirmer "tranquillement" que la France est une démocratie ? Cette seconde édition, enrichie et actualisée, propose une analyse des liens complexes qui entourent Démocratie et égalité afin de comprendre que la démocratie n'est pas toujours source d'égalité et que l'égalité peut entraîner une hausse... des inégalités. L'égalité de droit ne se traduit pas nécessairement par l'égalité dans les faits.
Dès lors, quelle approche de la justice sociale faut-il privilégier pour se rapprocher de "l'égalité des conditions" ? Et à force de penser aux conditions d'apparition de l'égalité, ne risquons-nous pas d'oublier que la démocratie repose sur un autre pilier tout aussi important : la liberté ? Tout au long du livre, des penseurs fondamentaux comme Tocqueville, Rawls, Sen, Bourdieu, Boudon ou encore Hayek sont mobilisés pour accompagner les étudiants mais aussi plus largement les "honnêtes hommes qui s'intéressent à ces questions déterminantes.
 
Rouyer, Muriel. ‘’La démocratie n'est plus ce qu'elle n'était pas. Réflexion sur la démocratie à l'aune de l'Europe ‘’, Parlement[s], Revue d'histoire politique, vol. 1, no. 1, 2004, pp. 91-107.
 
Skidmore, Max J. & Marshall Carter Tripp. La Démocratie américaine. Traduit de l'américain par Marc Saporta. Paris : Odile Jacob, 1988
 
U.S. State Department. ‘’The Summit for Democracy ‘’
 
 https://nationalinterest.org/feature/russian-and-chinese-ambassadors-respecting-people%E2%80%99s-democratic-rights-197165
 
‘’Les États-Unis accueilleront le Sommet en ligne pour la démocratie les 9 et 10 décembre 2021, s'autorisant à définir qui doit assister à l'événement et qui ne doit pas y assister, qui est un "pays démocratique" et qui ne peut prétendre à ce statut. Produit évident de sa mentalité de guerre froide, cette initiative va attiser la confrontation idéologique et la fracture dans le monde, en créant de nouvelles "lignes de démarcation". Cette tendance est en contradiction avec l'évolution du monde moderne. Il est impossible d'empêcher la formation d'une architecture polycentrique mondiale, mais cela pourrait nuire au processus objectif. La Chine et la Russie rejettent fermement cette démarche. ‘’
 
‘’The United States will be hosting the online Summit for Democracy on December 9-10, 2021, empowering itself to define who is to attend the event and who is not, who is a “democratic country” and who is not eligible for such status. An evident product of its Cold-War mentality, this will stoke up ideological confrontation and a rift in the world, creating new “dividing lines.” This trend contradicts the development of the modern world. It is impossible to prevent the shaping of a global polycentric architecture but could strain the objective process. China and Russia firmly reject this move. ‘’
 
Qingqing, Chen; Liu Xin & Wang Wenwen. “Summit for democracy an 'anti-China ideological clique'; US definition of 'authoritarianism' outdated “Global Times du 24 novembre 2021.
 
‘’The Joe Biden administration, in a highly dangerous and provocative manner, is turning the so-called summit for democracy into yet another small-sized ideology-driven clique to contain China, and this surely won't fare well as the world is trying to work together in the post-pandemic era and needs solidarity more than ever rather than using the so-called values to instigate confrontation and divergence. ‘’
 
Yavari D'hellencourt, Nouchine. ‘’Islam et démocratie: de la nécessité d'une contextualisation ‘’, Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [Online], 27, 1999. http://journals.openedition.org/cemoti/656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cemoti.656
 
Burhan, Ghalioun. ‘’3. L'origine de l'État en Islam : le califat ‘’, Islam et politique. La modernité trahie, sous la direction de Ghalioun Burhan. Paris : La Découverte, 1997, pp. 31-35.
 
Claes, Paul. “L'Islam et l'Etat”, Civilisations [Online]. 48, 2001. http://journals.openedition.org/civilisations/3452; DOI: https://doi.org/10.4000/civilisations.3452



Vendredi 10 Décembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Novembre 2022 - 06:59 Un contre modèle au « choc des civilisations »

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.