Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








La menthe, oui la menthe simplement !

Des années de presqu’une vie passées loin des miens, de ma terre, et de ma mer.




La menthe, oui la menthe simplement !
la_menthe_oui_la_menthe_simpl1634556816.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (1.36 Mo)

Des années sur une autre terre naviguant dans tant de mers ont peut-être fait de moi cet être qui change et qui se redécouvre continuellement refusant de s’assoir sur une quelconque définition de ce qui il est, car les définitions quelques soit leur pertinence ne saisissent qu’une parcelle spatio-temporelle de ce qu’elle traitent et restent de ce fait insatisfaisantes et me paraissent toujours incomplètes ou même réductrices.

Par contre, au lieu de me définir je préfère tendre vers quelque « chose », même si ce n’est me diriez-vous qu’une image subjective de ce que je me fais de « la chose » et que en fin de compte même m’étant trompé dans la définition de ce vers quoi je tends j’aurais forcément amené à l’existence une « chose », ma vision de la chose, que je laisse le soin de définir et même de nommer aux autres, vu mon parti pris envers la « définition »...

Aussi, dans définition il y’a « finition » finir, stopper, s’arrêter (sur ses idées) être arrêté sur ses idées.. (Je ne sais pas à ce stade si je m’improvise dans l’étymologie ou si j’ai des révélations en langue des oiseaux ou je ne sais comment on appelle ça..)
 
Bref. Revenons à ce que je voulais raconter. Donc, étant cet homme ayant passé tant d’années loin des siens etc.… il m’arrive de m’oublier, parfois sciemment, parfois dans le but de vivre pleinement l’expérience qui se présente à moi et en tirer les plus neutres conclusions, parfois pour ne pas faire face à la nostalgie, à la réalité de la séparation et toute la vulnérabilité et le désarroi mental où on risque de se retrouver avec le « homesick ». 

Dans cette démarche de détachement digne d’un Bouddha on se retrouve automatiquement éloigné des plaisirs liés à l’objet du détachement, car forcément, se remémorer ces plaisirs provoque comme un arrière-goût amère de l’éloignement et de la séparation.

Tout ça pour dire que ça faisait des lustres que je n’avais pas bu du thé à la menthe.. et au fond de moi j’en rêvais timidement..
Vous me diriez « mais pourquoi vous n’en préparez pas chez vous tout simplement ?! »

A cette remarque simple, pertinente et logique et en plus de ma démarche pseudo bouddhistique du grand véhicule développée ci-haut, j’ai une réponse et des arguments complexes et très subjectifs ; c’est que je suis doté d’une paresse olympique ! Un don du ciel qui par sur-usage s’est transformé en malédiction… Une paresse digne des blagues les plus absurdes sur les paresseux, une paresse paresseuse, mise en abime par elle-même si ce n’est un pléonasme de surcroît...
 
Donc, par paresse je ne faisais pas de thé à la menthe chez moi.

En revanche il se fait que par la force des choses j’ai une impression d’avoir surmonté ne serait-ce que momentanément le rapport que j’ai avec l’exil et l’attachement et dans la foulée j’aurais enfin surmonté ma paresse fantasmagorique ! malheureusement juste par rapport à faire du thé à la menthe, et j’ai commencé à en faire, de plus en plus tous les jours, puis plusieurs fois par jour! Allant jusqu’à prendre la peine de sortir et aller acheter de la menthe ! Rien que de la menthe ! Pour mon thé à la menthe FRAÎCHE !
 
Je me suis contenté pendant longtemps des bouquets de menthe de chez Auchan (pour ne pas faire de publicité, qui va s’avérer en être une mauvaise vu le déroulement de cette comédie) ces bottes à 1.75€ le bouquet, moyennement garni, qui restent mieux que ces trois tiges de menthe emballées dans du plastique un peu plus loin dans un rayon spécial herbes fraîches dans un soi-disant packaging à 2€! J’allais m’arracher les cheveux quand j’ai vu ça...

Toute cette menthe de supermarché manquait de quelque chose, un je ne sais quoi propre à la menthe. Disons c’était une menthe mal montée (pour ne pas faire des jeux de mots aux mœurs suspectes).
 
Aujourd’hui, après une séance Zoom avec un potentiel collaborateur à partir du studio de mon ami et associé à Maisons-Alfort, on est sorti faire un tour au supermarché et chercher de quoi se mettre sous la dent, puis on s’est arrêté à une épicerie tenue par des chinois où les boissons sont mises au frais. En mettant les pieds dans ce magasin j’ai été frappé par les senteurs d’une menthe fraîche ! mais d’une fraîcheur !

J’ai suivi les yeux fermés et le sourire aux lèvres ce parfum vivifiant et je me suis retrouvé face à une caisse où sont disposées des bottes de menthe verdoyantes, dont les feuilles se dressent fièrement, gorgées de vie déployant un parfum vigoureux surpassant toute odeur adjacente ! Je me suis bien sûr précipité pour en choisir une, une botte bien garnie en feuille avec le moins de grosses tiges.
 
Je me suis soudainement rendu compte que je ne pouvais en choisir qu’une, car la menthe se consomme le jour même, et perd vite sa splendeur, comme une fleur éphémère une fois cueillie... j’aurais beau rafler tout ce qu’il y avait dans le bac je n’aurais pu jouir que de ce dont je mettrais dans ma théière ce soir.

Demain les autres auront certainement perdu de leur fraîcheur, donc je me contente de ce que je peux m’offrir aujourd’hui, maintenant... J’ai trouvé cet état de fait une belle leçon sur la possession et le moment présent. « À chaque jour sa botte de menthe, rien ne sert à anticiper demain ou de s’attacher ou d’essayer de prolonger ce qu’on a aujourd’hui...

Puisque demain il faudra aller chercher la menthe de demain » …

Ou quelque chose comme ça... J’ai vu en ça un premier pas pour sortir de la paresse et une invitation à se plier simplement au rythme naturel des choses, ce qui est le seul chemin vers un tout raffinement...

Ces choses tellement simples et en même temps pleines de sens qui nous amènent à questionner notre condition humaine à travers cette simplicité et cette profondeur et nous extraient ne serait-ce que momentanément de la complexité superficielle de notre psyché, constamment contrariée et toujours frustrée pour nous inviter à la contemplation du moment présent où la vie se déroule en toute vigueur en toute couleur et l’existence nous prend comme témoin d’une simplicité insaisissable, fragile dans son aspect éphémère mais forte de par sa constance et sa dynamique irrésistible à laquelle tout est soumis..

Et ce qui est réconfortant dans cette soumission c’est la beauté qui est dégagée à chaque instant, cette soumission aux lois de l’existence s’avère libératrice du chaos intérieur de l’âme humaine, cette soumission n’est en fait que la réaction naturelle quand on est en état de pure contemplation et de quiétude.
 
Ainsi parlait un marocain qui a réussi son thé aujourd’hui !
 
Dino Salomon



Lundi 18 Octobre 2021

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.