Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search









Le chef d’état-major de l’armée algérienne cherche désespérément une victoire


Un chef d’état-major brandit un trophée de foot ? C’est du jamais vu depuis les régimes militaires sud-américains du siècle derniers. Aujourd’hui, le chef de la junte algérienne, Saïd Chengriha a dépoussiéré cette tradition.



Les algériens ont célébré le sacre des Fennecs en Coupe Arabe des Nations. Cette victoire est tombée à point nommé pour un régime à la dérive,  qui a instrumentalisé ce titre afin de calmer les ardeurs d’un peuple au bord de l’implosion.

La sélection algérienne a été recueillie à l’aéroport « Houari Boumedienne » par le premier ministre, Aymen Benabderrahmane ainsi que plusieurs membres de son gouvernement, et ce, avant que le président, Abdelmajid Tebboune, n’organise une réception en l’honneur de l’équipe.

Jusque-là, tout est normale tous les chefs d’Etats reçoivent les champions de leur pays qu’ils soient footballeurs sacrés avec l’équipe nationales ou athlètes couronnés aux Jeux Olympiques.

Seul hic, le patron de la cérémonie n’était pas le locataire du palais d'El Mouradia, mais le chef d'état-major de l'armée algérienne Saïd Chengriha. Fier comme un paon, le vieux général, dont le palmarès est toujours vierge en matière de victoires militaires, a reçu le trophée de la Coupe arabe des mains de Belaïli, qui a quasiment snobé le président fantoche. Un lot de consolation pour un éternel looser, qui a perdu toutes ses batailles et se faisant même prisonnier durant la guerre d’Amgala par les FAR. Une sacrée fessée qui restera dans les annales.

Encore mieux : Tout semblait parfaitement orchestré pour permettre à Chengriha de brandir le trophée. Quelques secondes avant que Belaïli ne lui remette la coupe, Salah Goudjil, 91 ans, président du Sénat, cet homme qui devrait assumer la période transitoire en cas de disparition du président, et qui est donc la deuxième personnalité sur papier de l’Etat algérien, a été priée de déguerpir afin de ne pas parasiter la photo de Chengriha avec le trophée. Quand il a brandi la coupe, le chef d’état-major a eu un rire nerveux, un rire incontinent, difficile à qualifier, mais qui est opposé à la retenue dont devraient faire preuve des hommes qui dirigent des troupes.

Ce cliché, qui résume la situation d’un régime pour qui le football est une arme de guerre, rappelle les figures de l’extrême gauche sud-américaine qui ont profité du ballon rond pour accroître leur pouvoir. 
Notons que c’était le cas des dictateurs militaires au Brésil entre 1964-1985, qui s’appropriaient chaque victoire de la Seleção des Pelé, Garrincha et autres Zico. 

Ou encore des présidents argentins qui ont pris le pouvoir après la guerre des Malouines contre le Royaume-Uni. Alfredo Oscar Saint-Jean et Reynaldo Bignone se sont tous affichés aux côtés de la star de l’Albiceleste à l’époque: Diego Armando Maradona. 

El Pibe de Oro a souvent flirté avec les plus grands dictateurs de la région tels Hugo Chavez, ancien président vénézuélien, Evo Morales, ancien président bolivien et Fidel Castro, ancien président cubain. Ces chefs d’États, figures de l’extrême gauche sud-américaine, utilisaient la légende argentine pour s’attaquer aux États-Unis et leur doctrine capitaliste. 

Cette méthode d’exploiter les footeux à des fins politiques a montré ses limites, mais la junte militaire algérienne continue de l’utiliser, prouvant une fois de plus que le régime qui dirige le pays est faible, dépassé, quasiment préhistorique. 

Pour revenir un peu au foot, les caporaux algériens ressemblent de plus en plus à certaines WAGs. Ils ne font rien de leurs journées, profitent des richesses de leurs partenaires (l’argent des hydrocarbures) et se ruent pour prendre des selfies dès qu’il y a une victoire à célébrer. 

La photo de Chengriha avec le trophée a le mérite de nous informer sur l’état d’esprit qui règne dans le régime qui cherche désespérément à célébrer une victoire. Preuve de la précipitation de la junte à arracher un sacre à n’importe quel prix : la photo de Chengriha avec l’équipe de football a été d’abord publiée par l’agence officielle APS avant d’être supprimée et remplacée par celle de Tebboune. L’un des rares hommes, encore sensés dans le régime, a dû alerter sur le caractère indécent de cette photographie.

Ce cliché a aussi le mérite de nous rappeler combien le slogan-phare du Hirak dit vrai: «un Etat civil et non pas militaire».


Lundi 20 Décembre 2021


Salma Labtar
Journaliste junior à lodj.ma, lauréate de l'ISIC En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.