Menu

Le télétravail à l’aune de ce qu’en ressentent les fonctionnaires


Les résultats de l’enquête auprès des fonctionnaires sur la réponse à la crise du COVID-19 au Maroc viennent d’être livrés.

Menée durant les mois d'août et de septembre 2020, cette enquête a porté sur 35 départements ministériels, dans les 12 régions du pays avec un nombre final de réponses s'élevant à 3 325. Sachant que la moitié des réponses viennent de l’administration centrale et la région de Rabat-Salé-Kénitra concentre le plus grand nombre de réponses.
Détails.



Vivement un cadre régissant les modalités de télétravail
Vivement un cadre régissant les modalités de télétravail
Réalisée conjointement par le département de la Réforme de l’Administration, relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration et la Banque Mondiale, le but de cette enquête, est d’analyser l'impact de la COVID-19 sur le rendement des fonctionnaires et leurs capacités organisationnelles nécessaires à la prestation de services.

Da la synthèse des principaux résultats de cette enquête, il ressort un certain nombre d’éléments d’information à prendre éventuellement en considération pour réunir, à l’avenir, les conditions d’un télétravail rentable et efficace.

Bien-être au travail

En termes de bien-être au travail, la majorité des répondants (56 %) considèrent comme positive l’expérience du télétravail, toutefois, une grande partie regrette la détérioration de leur santé depuis le début de la pandémie : 42 % d’entre estiment que leur santé psychologique s'est détériorée depuis le début de la pandémie tandis que 33 % estiment que c’est surtout leur santé physique qui s’est détériorée.  

Conditions du travail

Pour ce qui est des conditions du travail, la grande majorité des fonctionnaires interrogés estiment avoir rencontré des contraintes techniques et organisationnelles entravant l’efficacité de leurs activités professionnelles durant la pandémie dont l'incapacité d'effectuer certaines tâches en dehors du bureau (43 %), suivie des exigences de confidentialité et de sécurité des données(18 %). En plus du manque de ressources et équipements (58 %), du problème de conciliation du télétravail et des tâches ménagères (43 %) et du non-respect des horaires de travail (39 %).
 

Perspectives d’avenir

En termes de perspectives d’avenir, les directeurs interrogés estiment que la nouvelle réalité du télétravail doit être mieux régie et soutenue par davantage de moyens. Aussi, jugent-ils que la première étape consiste à introduire un cadre régissant les modalités de télétravail, suivi d'investissements dans l'équipement, l'infrastructure des systèmes et la formation. 

Sentiment d'insécurité

Interrogés sur les difficultés perçues pour travailler en présentiel durant la pandémie, les réponses varient en fonction du niveau de responsabilité (directeurs et reste des fonctionnaires). Toutefois, le sentiment d'insécurité constitue la première préoccupation des deux catégories de personnel suive par le non-respect des mesures sanitaires au lieu du travail, la durée du trajet et la garde des enfants.

Outils de communication

En termes d’outils de communication, les résultats de ladite enquête révèlent que les e-mails, les systèmes de messageries et le téléphone sont les principales formes de communication durant la période du télétravail alors que les outils de vidéoconférence ne sont que peu utilisées par les fonctionnaires.

Retour au travail en présentiel

Par ailleurs, 58 % des fonctionnaires sont préoccupés par les risques sur leur santé que représente le retour au travail en présentiel, et 24 % par les dispositions relatives à la garde des enfants. Ce qui d’ailleurs fait que 49 % des directeurs ont eu des difficultés à encourager leur personnel à revenir au bureau. Et 44 % des directeurs déclarent que 25 % au moins du travail de leur organisation a été affecté par la crise, et seulement 3 % affirment que la totalité de leur travail est suspendue.
Noureddine BATIJE
 

 
 
 







Rédigé par le Vendredi 25 Décembre 2020

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site