Menu

Le tueur en série ne fait pas que tuer, il fait vendre aussi


Les tueurs en série les plus redoutables sont aussi les plus célèbres. Lorsqu'on passe du tueur au personnage public au personal branding



Depuis la nuit des temps, les tueurs en série ont toujours suscité un certain intérêt chez les gens normaux dirons-nous, un intérêt qui ne s’explique presque pas, un émoie qui crée en nous une curiosité morbide, nous poussant ainsi à vouloir comprendre ces âmes torturées qui, afin de se sentir vivants, ôtent la vie à autrui. 

 

Le tueur en série a vu son image se glorifier, comprendre sa psychologie passionne les foules. D'où émane donc cet engouement et cette fascination qui entourent ces meurtriers ?

 

Le moins qu’on puisse dire est que, les tueurs en série les plus célèbres, tels que Ted Bundy, Ed Kemper ou encore Charles Manson ont influencé tout un pan de fiction. En effet, plusieurs films et séries d’horreur/thriller ont été influencés par leurs vécus. Qu’il s’agisse du silence des agneaux, seven ou encore american psycho, les films, documentaires et séries influencés par ces personnages se comptent aujourd’hui par milliers sur les plateformes de streaming, notamment sur Netflix. Cette dernière est aujourd’hui la plateforme qui produit le plus de contenus les concernant. En effet, Netflix a vu s’agrandir sa communauté. On retrouve aujourd’hui sur cette plateforme plusieurs milliers de documentaires, de séries et de films inspirés de crimes réels, de quoi donner la chair de poule !

Une bonne partie de ces films sont devenus cultes. 

 

Comment expliquer que ces tueurs tristement célèbres influencent toujours la pop culture d’aujourd’hui, alors que tout ça va totalement à l’encontre des normes morales, sociales et légales que nous inculque la société depuis notre plus jeune âge ?

 

Ce qu’il faut savoir c’est qu’un grand nombre de ces tueurs souhaitaient, au plus profond d’eux mêmes, de devenir des icônes et qu’à cause d’une forme de fascination macabre au plus profond de nous même, nous les y avons aidé. 

 

“Le tueur en série est souvent un psychopathe motivé par un désir narcissique d’exercer un pouvoir extrême de vie et de mort, semblable aux pouvoirs des forces supérieures tel que dieu” Lygia Négrier-Dormant, criminologue et victimologue de l’association des experts européens agréés.

 

Il n'y a qu'à voir Charles Manson par exemple, il crée une secte et pousse ses disciples à commettre des meurtres des plus atroces. Il faut savoir que Charles Manson était assoiffé de célébrité, n’arrivant pas à réaliser son rêve de percer dans la musique, il usa de son influence naturelle et devient un gourou en créant une secte et ensuite en devenant un tueur en série par procuration, vu qu'apparemment il n’aurait tué personne de ses propres mains. S'étant approprié les codes de la culture hippie des années 70, il met fin à cette insouciance à travers les actes horribles qu’il a commis et c’est de cette manière là qu’il a réussi à marquer les esprits.

Il fait partie aujourd’hui de la catégorie des tueurs en série les plus redoutables et les plus célèbres à la fois, vu que cela va dans les deux sens. En effet, les tueurs en série les plus dingues sont aussi les plus célèbres. Charles Manson a même fait la couverture de LIFE magazine au même titre que Marilyn Monroe à l'époque.

 

Les tueurs en série se retrouvent donc face à un paradoxe. Certains d’entre eux souhaitent donc poursuivre leurs crimes sans se faire prendre mais en même temps il y'a une grande frustration de ne pas être reconnu pour ce qui est “l’oeuvre de leur vie”. 

 

Il n’est pas difficile de comprendre que nous sommes en partie responsables en exauçant par défaut leur souhait d'être reconnus pour leurs actes odieux. En effet nous les aidons à être reconnu en faisant d’eux de véritables célébrités de par la fascination qu’ils exercent sur nous.

 

Vous l’aurez compris, la célébrité est simplement synonyme de présence sur la scène médiatique. Et plus un crime est horrible, plus il est médiatisé et l'intérêt qui lui sera porté par le public sera fort et la demande d’en entendre parler à nouveau sera grande, plus il marquera les esprits, plus il s’installera dans la culture populaire, influencera des oeuvres de fictions qui auront du succès, etc.. Il suffit donc de marquer les esprits que se soit en bien ou en mal pour être reconnu. 

 

Les tueurs en série sont ainsi devenus des personnages publics. Et qui dit personnage public dit personnal branding (marketing de soi-même) qui consiste à considérer une personne comme une marque ou simplement comme une source de revenu en la commercialisant comme on commercialise un produit ou un service.

Lorsqu’on analyse ces tueurs sous un angle de marketing on conçoit le prisme d'identité de la marque.

Certains de ces tueurs ont même été élevés au camp d'icônes des années 70 et ont fortement influencé la culture populaire américaine. En effet, aux Etats-Unis on retrouve aujourd’hui du merchandising à leur effigie et des objets leur ayant appartenu ( vêtements, accessoires, cheveux, etc..) se vendent à des prix exorbitant. 

 

Les tueurs en série ne suscitent pas seulement des sentiments de peur ou d'émoi chez tout le monde. En effet, plusieurs tueurs en série reçoivent des lettres de leur fan, des lettres ou ces personnes leur font part de leur fascination et de leur amour, des lettres qui vous laisseront scotchés ! Certains reçoivent même des lettres d’amour ou des femmes leur font part de leur désir de les épouser.

 

Ce qu'il faut savoir c’est qu’en psychologie, les tueurs en série suscitent une fascination profonde chez les âmes incomprises, des âmes qui pensent leur ressembler, qui se reconnaissent dans toute cette folie.

 

Mais il n'y a pas que ça, les tueurs en série sont idolâtrés par la majorité car le marketing actuel s’est emparé d’eux, de leur image, des plateformes comme Netflix par exemple. Ces meurtriers sont aujourd’hui réduit à de simples personnages de fiction d'où la banalité de la chose. Hannibal Lecter par exemple, l’un des tueurs en série les plus redoutables qu’est connu l’histoire en touche aujourd’hui plus d’un, définit comme un personnage incompris sur qui la vie s'est acharnée.

La fiction a réussi à nous amadouer et à nous rendre empathique envers ces tueurs.

 



Salma Hamdi


Rédigé par Salma Hamdi le Lundi 22 Mars 2021


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté