L'ODJ Média



Les animaux devant la justice : une histoire méconnue


Rédigé par le Lundi 1 Avril 2024

Dans les méandres du passé, une pratique juridique aussi surprenante que fascinante émergeait : les procès d'animaux.



Des scènes à la fois comiques et tragiques

Dans les méandres du droit médiéval et de l'Époque moderne en Europe, une pratique singulière a émergé : celle des procès d'animaux.
 

Contrairement aux normes juridiques contemporaines, où la responsabilité légale incombe généralement aux propriétaires d'animaux, il fut un temps où les bêtes étaient elles-mêmes tenues pour responsables de leurs actions devant les tribunaux.
 
Cette particularité juridique a donné lieu à des scènes à la fois comiques et tragiques, où des animaux, principalement des animaux domestiques comme les cochons, se sont retrouvés sur le banc des accusés, jugés pour leurs crimes et délits.

L'étrange pratique des procès d'animaux

Au cœur de cette étrange pratique se trouvaient deux types de tribunaux : les tribunaux laïcs et les autorités ecclésiastiques.
 
Les premiers étaient chargés de juger principalement les animaux domestiques, tandis que les seconds s'occupaient des affaires impliquant des créatures de plus petite taille, telles que les insectes et les rongeurs.
 
Dans les tribunaux laïcs, les cochons étaient souvent traduits en justice pour leur propension à causer des accidents et des dommages, comme le pillage de boutiques et l'attaque de nouveau-nés.
 
Les condamnations allaient de la simple excommunication à la peine de mort, entraînant parfois des exorcismes publics pour les animaux de petite taille.

Des procès célèbres et insolites

Des procès d'animaux notables ont laissé leur empreinte dans les annales de l'histoire juridique. En 1266, un cochon du nom de Porcel fut traîné devant les tribunaux près de Paris, marquant ainsi le premier cas documenté d'un animal domestique jugé.
 
Plus tard, en 1386, une truie condamnée à mort pour avoir attaqué un enfant en Normandie illustre l'ampleur de ces jugements.
 
Les insectes ne sont pas en reste dans ces affaires extraordinaires. En 1120, l'évêque Barthélemy aurait excommunié des mulots et des chenilles envahissant les cultures, tandis que des mouches ont également été l'objet de tels jugements.

Une étrange page de l'histoire juridique

Bien que ces procès puissent sembler aujourd'hui absurdes, ils témoignent d'une époque où les sociétés attribuaient une responsabilité morale même aux animaux.
 

C'était une époque où les frontières entre le monde humain et le monde animal étaient moins nettes, et où les tribunaux étaient confrontés à des dilemmes insolites quant à la punition des "criminels" à quatre pattes.
 
Ces procès d'animaux sont un rappel poignant des conceptions anciennes de la justice et de la responsabilité, ainsi que de l'évolution des normes juridiques au fil du temps.

L'odj avec 20minutes

Justice, Procès d'animaux, Moyen Âge, Époque moderne, Tribunaux, Animaux domestiques, Cochons, Responsabilité légale, Normes juridiques, Responsabilité morale, Histoire juridique, Société médiévale






Lundi 1 Avril 2024

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Juin 2024 - 07:36 Un Mouton sénégalais de luxe

Astuce & Insolite | Brèves Lifestyle | Brèves Astuce et insolite