Menu

Les jeux vidéo, évitent aux adolescents de tomber en dépression


Les jeux vidéos n'ont pas d'impacts négatifs sur la santé des adolescents, bien au contraire…



Contrairement aux idées reçues, les jeux vidéos n’ont pas de conséquences négatives sur la santé des adolescents. En effet, les jeux vidéos sont méchamment diabolisés, on les accuse de dérégler le sommeil, d'abîmer le cerveau, de nuire aux résultats scolaires, d’abaisser la vision et même de rendre les adolescents violents et irritables. Selon une récente étude britannique menée par University College London, démontre que les adolescents qui s’adonnent quotidiennement à cette activité auraient un risque moins élevé de dépression.

 

Afin de parvenir à cette conclusion, ces chercheurs britanniques ont suivi 11.341 garçons et filles initialement âgés de 11 ans entre 2000 et 2002. Les chercheurs ont constaté que les garçons qui jouaient chaque jour aux jeux vidéos avaient un risque moins élevé de 24% environ de développer des symptômes dépressifs vers l'âge de 14 ans, contrairement aux garçons qui jouaient moins d’une fois par mois.

 
 

Les jeux vidéos et le sport évitent aux adolescents de tomber dans la dépression

Cependant, les chercheurs mettent un bémol à cette conclusion : la sédentarité. C’est le fait de rester assis durant de longues heures, chaque jour, cela constitue un facteur de risque majeur pour la maladie dépressive. Cet impact bénéfique du jeu vidéo sur la santé mentale ne fonctionne donc pas en l'absence d'une activité physique quotidienne.

 

En ce qui concerne les filles, les chercheurs ne constatent pas les mêmes résultats que pour les garçons. Les adolescentes qui naviguent quotidiennement sur les réseaux sociaux auraient un risque accru de dépression, un risque d’environ 13% à l'âge de 14 ans, contrairement aux filles qui ne check que rarement leurs réseaux sociaux.

 

"D'autres travaux seront nécessaires pour bien comprendre l'impact des écrans et d'internet sur la santé mentale des jeunes'', concluent les chercheurs qui ont publié leurs recherches dans la revue spécialisée Psychological medicine. Toutefois, il ne nous paraît pas pertinent de couper complètement les adolescents des écrans car certaines pratiques (les jeux vidéo chez les garçons par exemple) peuvent s'avérer bénéfiques."







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Février 2021 - 02:31 France : dépistage salivaire dans les écoles

Mardi 9 Février 2021 - 12:31 Crevettes sautées au miel et à l’ail




Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté