Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




Peut-on continuer à rêver d’un monde meilleur ?

Devrons-nous nous contenter du « moins pire » ?




Par Dr Samir Belahsen

 «Je suis la sage-femme qui accouche le monde»
                                                             Michel Serres  

Je me défie de l'actualité
Ça fait bien longtemps, qu'j'oublie tous mes rêves
J'perdrai ma vie à la gagner, ça je l'sais
Le temps c'est d'l'argent, que je passe mon temps à l'perdre

Oh eh !
Oh je te sens plus sur de moi
Oh eh!
Oh quand je te sens plus sur de toi
                                            Paroles de la chanson Monde Meilleur par Hervé Renard


 

Depuis le début de la pandémie du Covid et encore plus après le début de l’opération  très spéciale de la Russie en Ukraine, l’anxiété est la caractéristique la plus partagée de tous.

Chacun cherche une manière de réduire la sienne. Dans ce tourbillon  émotionnel largement justifié, on cherche à comprendre le sens et l’impact de cette double-crise sur nos vies et même sur LA VIE.

Sans être un Ecolo affilié, en étant juste un peu averti de l’évolution des changements climatiques, on parlerait d’une triple crise. 
Personnellement, jevous avoue que j’ai peu d’arguments pour convaincre mon fils que nous pouvons toujours rêver à un monde meilleur…

Alors, je cherche et il n’est pas du tout établi que quand on cherche on trouve…

Dans leur éternelle quête de sens, nos jeunes sont plus anxieux. Ils sont peut être plus lucides par moment…

Nous subissons à longueur de journées un bombardement massif d’informations plus inquiétantes les unes que les autres. Nous sommes en définitive confrontés à des questions existentielles sur les finalités et donc sur les fins.

Les êtres humains ont développé une batterie d’outils de défenses (ou de faux-fuyants) pour se protéger de leurs angoisses existentielles et éviter d’affronter les questions du sens de la vie. 

Et cela commence par la poursuite (aveugle) vers l’avant puis par l’accumulation de biens, la boulimie, la validation projective ou le besoin de se sentir accepté, et l’évasion sous toutes ses formes. (Hobby, drogues…)

Michel Serres, au lieu de prétendre qu’il est le sage du village qui va créer un nouveau monde se satisfait de l'image la sage-femme qui aide la vie à éclore. Une sage femme accompagne le destin, elle ne le modifie point.

Marx disait :
« Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde ; il faut désormais le transformer »

Comment pourrait- on créer cette amorce de ré-enchantement du monde ?

Nos vies se sont suffisamment abîmées avec les pertes de sens et de liens. Trop de crises se sont  télescopées, trop de promesses trahies, trop d’espoirs déçus, trop de frustrations se cumulent et deviennent haines.

Moi, ce que je veux retenir de mon échange aves mon fils, c’est que ce sont nos connexions avec les autres et nos besoins les voir, de leur parler,  de les embrasser, de les humer, de les toucher et en un mot de les aimer, qui nous donnent cette envie de rêver à un monde meilleur…d’être sa sage femme et même d’être un acteur  de sa transformation. 

Dr Samir Belahsen
 





Jeudi 5 Mai 2022

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Août 2022 - 06:45 De la lucidité à l’action

Billet



Magazine créé avec Madmagz.