lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other







Pour le développement d’un dépistage personnalisé du cancer du sein au Maroc


Aujourd’hui, on sait désormais qu’une patiente aux seins denses, aux antécédents familiaux évocateurs est plus à risque qu’une autre de faire un cancer du sein. Dans ce contexte, il est essentiel de bien cibler l’arsenal technologique qui sera déployé. Dorénavant, on aura recours au dépistage personnalisé du cancer du sein.



Par Dr Bounhir BOUMEHDI

La panoplie technologique est aujourd’hui variée et très développée. 

La mammographie et l’échographie
, mises en œuvre depuis longtemps pour réaliser les dépistages du cancer du sein, ont été rejoints récemment par des technologies avancées telles que la tomosynthèse, l’angio-mammographie numérique, l’échographie automatisée ou l’IRM abrégée. 

Ils sont désormais complétés par des disciplines comme la radiomique, les tests salivaires, les cellules tumorales circulantes et par quelques applications de l’intelligence artificielle (IA).

Et il est urgent d’agir, car le cancer du sein est une réalité dramatique au Maroc. 

Des milliers de femmes sont accrochées par ce crabe chaque année. 

Et la période du Covid et du confinement ont contribué à retarder le diagnostic.

Toutes les grandes instances internationales de lutte contre le cancer appellent au développement du dépistage personnalisé du cancer du sein. 

De quoi s'agit-il ?

D’ailleurs, c’est l’une des thématiques principales des journées internationales de Radiologie tenues à Paris en octobre 2022.  

Selon le Registre des Cancers de la Région du Grand Casablanca (RCGC) le cancer du sein représente 20% de tous les cancers tous sexes confondus et 35,8% des cancers chez la femme.

Son Incidence par rapport à la population marocaine est de 49,5 nouveaux cas pour 100.000 femmes selon le RCGC. 

Et les dernières statistiques sur les cancers au Maroc, seront présentées le 21 janvier 2023 à Casablanca, lors de la 1ere journée nationale du registre des cancers. 

Ce rapport nous apprend que les femmes âgées entre 45 et 49 ans sont les plus touchées, de même que celles ayant un antécédent familial de ce type de cancer.

Cependant, L’association d’accompagnement et de mieux-être des personnes atteintes de cancer «Dar Zhor», créée depuis 2009, est revenue sur ces chiffres très récemment 

Selon cette association, plus de 12.000 femmes marocaines atteintes de cancer du sein sont diagnostiquées annuellement et 3.700 décès sont enregistrés au Maroc.

Selon l’association, la crise sanitaire a impacté négativement ces chiffres, mais cela ne doit pas dissuader les femmes d’aller se faire dépister, car, le diagnostic précoce permet la guérison de 90% des cas, selon les spécialistes.

La situation reste dramatique aussi au niveau mondial, avec plus de 2,2 millions de cas recensés en 2020, dont 685.000 décès, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’institution onusienne indique que la plupart des décès par cancer du sein sont recensés dans des pays à revenu faible ou intermédiaire

Ainsi, pour essayer de juguler la progression de ce mal, plusieurs instances internationales préconisent d’avoir recours au dépistage personnalisé du cancer du sein.

Preuve en est qu’il est la thématique centrale du prochain congrès organisé par l’Institut Méditerranéen d’Imagerie Médico-biologique et de Mastologie (IMIM), organisé à Montpellier, les 19 et 20 Janvier 2023.

Les nouvelles techniques d’imagerie, ainsi que les disciplines complémentaires telles que la radiomique ou l’IA constitueront les outils essentiels de la nouvelle approche du dépistage du cancer du sein.

L’enjeu de cet événement est bien entendu la personnalisation de l’exploration des pathologies mammaires, en amont des signes annonciateurs. 

On sait désormais qu’une patiente aux seins denses, aux antécédents familiaux évocateurs est plus à risque qu’une autre. Dans ce contexte, il est essentiel de bien cibler l’arsenal technologique qui sera déployé selon le type de patiente. 

La mammographie et l’échographie, mises en œuvre depuis longtemps pour réaliser les dépistages du cancer du sein, ont été rejoints récemment par des technologies avancées telles que la tomosynthèse, l’angio-mammographie numérique, l’échographie automatisée ou l’IRM abrégée. 

Ils sont désormais complétés par des disciplines comme la radiomique, les tests salivaires, les cellules tumorales circulantes et par quelques applications de l’intelligence artificielle (IA).


Rédigé par Dr Bounhir BOUMEHDI

Lu 739 fois
Mercredi 4 Janvier 2023




Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | L'ODJ i-Magazine | Stories | Chroniques Vidéo


Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.


Magazine créé avec Madmagz.



























Revue de presse






Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala