lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other





Pour vingt dirhams de viande de plus

Elle espérait préparer un bon tagine pour les enfants, mais Allah Ghaleb ..


La bonne femme s'avance l'air très gênée devant la boucherie du coin . Bonne femme , c'est juste une façon de parler, elle paraît en colère , elle baisse les yeux et voudrait passer inaperçue devant les autres clients.



Écouter le podcast en entier :


Pour vingt dirhams de viande de plus
"Vingt dirhams de viande svp ?" 
 
Le boucher lui répond : " 55 DH c'est bon !? "
 
Non  ,  pour  elle c'est pas bon du tout . Elle prétexte avoir oublié son portefeuille, vide du reste et tente de s'éclipser. 
Le boucher insiste et lui propose de prendre sa viande et de ramener la somme d'argent plus tard . 
Elle empeste , ce filou lui a rajouté un os , de la graisse et si cela se trouve un morceau de viande pourri .
Elle ne se laisse pas faire car de toutes les manières elle n'avait que vingt dirhams en poche . 
Elle enrage car déjà la veille les prix des légumes étaient anormalement plus chers que d'habitude. 
Elle se contentera de vingt dirhams de poulet ou se consolera avec un kilo de sardines . 
Ce sera tout de même un tagine et puis les enfants adorent ces ragoûts avec plein de sauce . 
Elle espérait préparer un bon tagine pour les enfants, mais Allah Ghaleb ..
 
Son mari est trop souvent absent, il n'arrive plus à faire rentrer de l'argent à la maison et encore moins à ramener des provisions de nourriture pour subvenir aux besoins de la famille. 
 
Lorsqu'il avait pris à crédit un véhicule pour le transport des marchandises, elle avait cru enfin que son bonhomme allait enfin s'installer à son compte et que ce serait la fin des soucis d'argent. Des soucis tout court .
 
Mais malheureusement, depuis que l'essence est à plus de 14 DH le litre , c'est à  peine s'il arrive à s'acquitter de la traite mensuelle . 
Il n'a reçu aucun soutien comme les autres professionnels du transport, et ce n'est pas faute d'avoir essayé. 
 
 Elle pense que depuis le Covid les problèmes se sont accéléré les uns après les autres .
 
Depuis presque toujours en effet, elle avait l'habitude de recevoir de la campagne des olives , de l'huile d'olive, du miel et même du blé , mais cette année ils n'ont rien eu !
 
Par dignité, elle refuse le misérabilisme, par fierté elle n'abandonnera pas son mari en temps de crise . 
Oui , il y a moins en moins de provisions dans le panier mais elle souffrira en silence pour que les enfants ne manquent de rien.
 
 
Par Hafid Fassi Fihri 





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 26 Janvier 2023

Billet



Magazine créé avec Madmagz.






























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala

Menu collant à droite de la page