Menu

Prévalence des infections respiratoires aigües chez l’enfant


Enquête nationale 2018 sur la population et la santé familiale : santé infantile et des personnes âgées

Le Ministère de la santé a réalisé sa 6ème enquête nationale 2018 sur la population et la santé familiale, de la période octobre 2017-janvier 2018. Une sorte de mise à jour de l’étude de 2011 et qui a observé 67 795 individus.
Avant de relever la santé proprement dite de l’enfant, il est à mentionner que les femmes marocaines optent toujours pour l’allaitement maternel dont les avantages sont grands : bénéfique pour le bébé, moins couteux, plus facile et moins astreignant. Féminisme, modernisme et autres esprits n’ont pas eu à cette habitude ancestrale maternelle.
L’enquête sur les principaux indicateurs sociodémographiques et sanitaires a révélé que les mères maintiennent l’allaitement. En effet, 97,1% des enfants de moins de 5 ans ont été allaités au sein en 2018 contre 96,6% en 2011.
La proportion de bébés de moins de 6 mois, exclusivement allaités au sein, est de 35% en 2018 contre 27,8% en 2011.



A lire ou à écouter en podcast :

prevalence_des_infections_respiratoires_aigües_chez_l_enfant.mp3 mp3  (7.36 Mo)

Couverture vaccinale : 90,6% des 12-23 mois ont été vaccinés

Depuis de longues années, le Maroc est classé parmi les pays qui sont à jour sur la vaccination  et exigent, pour l’inscription à l’école, le carnet de vaccination.

Les informations tirées de la carte de vaccination de l’enfant ou la déclaration de la mère ont permis de relever un taux assez important d’enfants complètement vaccinés. La moyenne est de 90,6% pour la tranche d’âge 12-23 mois (95,2% en milieu urbain et 86,1% en milieu rural).

Les vaccins obligatoires, injectés aux enfants, représentent un taux assez important. 98,8% des enfants âgés de 12 à 23 mois sont vaccinés contre la tuberculose ; 98% contre VPO (contre la poliomyélite) et PENTA et plus de 97% ont reçu PENTA1 (contre la diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B et Haemophilus influenzae type b).  Aussi, 93,1% des enfants ont été vaccinés contre la Rougeole et la Rubéole (RR1).

Les maladies infantiles : Suspicion chez 11,3% des moins de 5 ans d’une pneumonie

Parmi les maladies de l’enfant de moins de 5 ans les plus courantes au Maroc, il y a les infections respiratoires aigües (IRA) et la diarrhée, lesquelles peuvent causer la mort à cet âge.

La prévalence des IRA a été mesurée. L’enquête a ressorti que 14,6% des enfants ont eu les symptômes des IRA au cours des deux dernières semaines précédant l’enquête ; 11,3% ont eu les symptômes d’une pneumonie suspectée (forme la plus sévère des IRA). La prévalence des IRA est plus accrue accentuée chez les enfants de la tranche d’âge 6-23 mois.

Pour ce qui est du traitement, il y a une différence dans le recours au traitement entre les deux milieux de résidence (91,5% en urbain et 80,7% en rural).

Parmi les autres maladies, la diarrhée touche 18,5% des enfants de moins de 5 ans, avec une forte prévalence pour les 12-23 mois (plus de 30%). Côté traitement et soins, il s’avère que les enfants du milieu urbain sont les plus chanceux, 36,3% contre 29,6% en milieu rural.

L’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans a été aussi évalué, et ce, conformément aux standards de l’OMS élaborés en 2006.  Les mesures anthropométriques ( de la taille et du poids) ont montré que la proportion d’enfants qui souffrent de malnutrition chronique (retard de croissance) est de l’ordre de 15,1%. Elle est plus importante en milieu rural : 20,5%, qu’en milieu urbain 10,4%. Les enfants souffrant de malnutrition aigüe (Emaciation) ont atteint 2,6%.

Une insuffisance pondérale a été également observée. 2,9%  ont un indice poids-âge qui n’est pas dans les normes, plus important en milieu rural qu’en milieu urbain (3,8% contre 2,0%).
Le surpoids et l’obésité, devenus courants avec les fastfoods et la malnutrition ont été également démontrés. Selon l’enquête, 10,8% des enfants sont en surpoids. Les garçons sont les plus touchés avec 12,3% contre 9,2% pour les filles.
 
Mortalité infantile : Sur 1 000 naissances vivantes, 18 enfants décèdent avant d’atteindre leur premier an

L’évaluation de la mortalité des enfants fait paraitre l’ampleur du phénomène.  La mort des bébés de moins d’une année et celle de moins de 5 ans a été estimée selon quatre indicateurs. Il s’agit des quotients (probabilités) de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile et infanto-juvénile.

Sur 1 000 naissances vivantes, 18 enfants décèdent avant d’atteindre leur premier anniversaire, 14 durant le premier mois (mortalité néonatale) et 4 entre le premier et le 12ème mois. Aussi, la probabilité qu’un enfant décède avant d’atteindre son cinquième anniversaire est de 22,2 décès pour 1000 naissances vivantes. Et bien évidemment, le milieu rural est le plus touché par cette mortalité infantile : 21,6‰ et 14,9‰ en milieu urbain, soit par manque d’infrastructures de base ou à défaut d’hôpitaux.


Prévalence des maladies chroniques : 21% de la population marocaine

L’enquête auprès des ménages a porté aussi sur les maladies chroniques et le suivi d’un traitement régulier. Sur ce sujet, les résultats montrent que 21% de la population marocaine est atteinte d’au moins une maladie chronique, avec une forte prévalence pour les femmes  (24,9% contre 17,1% pour les hommes). La prévalence se manifeste le plus chez les personnes de 60 ans et plus avec une proportion de 64,4%.

Personnes âgées de plus de 60 ans et santé

Pour la première fois, l’ENPSF-2018  a eu trait aux spécificités sanitaires des plus de 60 ans, lesquels représentent 11% de la population.

Les résultats ont montré que 71% des enquêtées sont mariées, 72% n’ont aucun niveau d’instruction et que seules 7,5% ont atteint le niveau secondaire. Les écarts importants entre les deux milieux de résidence et les deux sexes ont été prouvés.

Côté santé, les personnes atteintes d’au moins une maladie chronique représentent 64,4% (66,3% en milieu urbain et 61,2% en milieu rural).

Les femmes sont les plus touchées, avec un taux de 73,3%  contre 55,5 % pour les hommes. Le diabète est représenté chez  20 % des personnes âgées de 60 ans, 22,9% en milieu urbain et 15,3% en milieu rural.

L’hypertension artérielle (HTA) se retrouve chez 34 % des personnes âgées, soit 36,4% en milieu urbain et 30,1% en milieu rural.

Bennani Bouteina






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Janvier 2021 - 20:09 Les vaccins sont bien là, alors on fait comment !




 


Inscription à la newsletter










Partager ce site

Le bouquet L'ODJ : Web Radio  , Portail Web , Application Mobile ,Magazine connecté 

Diffusion sur Internet : Radio player portail , Radio player sur Facebook , Objet connecté : Alexa d'Amazon / Apple Watch , Voiture connectées : Android Auto , TV connectées : Apple TV et Android TV