L'ODJ Média




RS : 96 % des parents admettent les risques que les influenceurs posent à leurs enfants


Selon les résultats de l'enquête réalisée par le Centre Marocain de la Citoyenneté, les chiffres sont alarmants quant à l'impact des réseaux sociaux sur la jeunesse marocaine. Près de 94,6 % des répondants estiment que les familles ne peuvent pas suffisamment protéger leurs enfants des risques en ligne, tandis qu'une grande majorité, soit près de 96,8 %, reconnaît l'influence significative des influenceurs sur les adolescents.



A lire ou à écouter en podcast :


Par ailleurs, l'étude met en évidence la nécessité d'un renforcement législatif pour combattre la diffamation et la calomnie sur les plateformes sociales, une préoccupation partagée par 94,6 % des participants. De même, 87,9 % soutiennent la régulation des nouvelles professions liées aux influenceurs et au contenu en ligne.

En ce qui concerne le contenu des réseaux sociaux, l'enquête révèle que 87,6 % des sondés estiment qu'il est plus fréquent d'y trouver du contenu informatif.

En ce qui concerne la confiance dans les sources d'information en ligne, les résultats indiquent que 51,4 % des participants accordent plus de crédibilité aux journalistes professionnels, tandis que 40,7 % font confiance à leurs amis et connaissances qui publient sur leurs propres comptes. Seulement 5,9 % expriment leur confiance envers les créateurs de contenu, et 2 % envers les influenceurs. Près de 94,9 % estiment que la recherche de profit financier compromet la crédibilité et l'objectivité des influenceurs et des créateurs de contenu.

Les données recueillies soulignent également les effets néfastes des réseaux sociaux, avec plus de la moitié des participants signalant avoir été confrontés à des comportements préjudiciables en ligne. Parmi eux, 32,7 % ont été victimes d'insultes et de diffamation, 27,5 % ont été confrontés à des discours haineux pour avoir exprimé leurs opinions personnelles, 19,7 % ont eu leurs comptes personnels piratés, 10,5 % ont été victimes de harcèlement, 9,1 % d'extorsion, 8 % de harcèlement sexuel et 7,8 % de diffamation. Les femmes sont plus susceptibles d'être victimes de harcèlement sexuel, avec une femme sur trois ayant été harcelée, contre 4,3 % chez les hommes.

En ce qui concerne l'impact des réseaux sociaux sur le bien-être mental, une proportion significative des participants reconnaît un effet négatif, tandis qu'une minorité considère qu'ils ont un impact positif.

Enfin, une grande majorité des sondés identifie TikTok comme la plateforme la plus préjudiciable pour la société et les générations futures, suivie de près par d'autres plateformes telles que Snapchat et Instagram. Un consensus se dégage également en faveur de mesures visant à restreindre l'accès aux réseaux sociaux jugés nocifs, ainsi qu'aux sites pornographiques.

Impact des réseaux sociaux, Confiance dans les sources d'information, Influenceurs et créateurs de contenu, Comportements en ligne préjudiciables, Bien-être mental, Plateformes sociales préjudiciables, Restriction d'accès


Jeudi 18 Avril 2024



Rédigé par le Jeudi 18 Avril 2024
Salma Labtar
Journaliste sportive et militante féministe, lauréate de l'ISIC En savoir plus sur cet auteur

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média



Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.



















Revue de presse









Menu collant à droite de la page