Menu

Réinfection (Covid-19) par le variant sud-africain


Un patient qui avait contracté le Covid-19 en septembre dernier est victime d'une nouvelle infection par le variant sud-africain. Cette seconde exposition au virus déclenche une forme plus grave de la maladie !



En septembre 2020, ce patient français avait déjà été infecté par le SARS-CoV-2

Sans gravité, la maladie s'était réglée toute seule, provoquant de la fièvre et une gêne respiratoire modérée. Le patient avait été suivi à l'hôpital Louis Mourrier (AP-HP) dans l'équipe du professeur Jean-Damien Ricard, qui l'a à nouveau traité lors de sa réinfection par le variant sud africain

A l'époque, un test PCR avait été pratiqué et avait confirmé que le patient était positif, avant de devenir négatif lors d'un contrôle en décembre 2020. Par ailleurs, sa sérologie indiquait que son corps avait fabriqué des anticorps et qu'il était apparemment protégé face à une réinfection.

Récemment, le patient a de nouveau présenté un épisode de fièvre et des difficultés respiratoires qui l'ont entraîné à l'hôpital Louis Mourrier.

 


Réinfection entraînant une détresse respiratoire aiguë

Les médecins ont pratiqué un test PCR qui s'est avéré positif. Lors du séquençage du virus, ils se sont aperçus qu'il était atteint du variant sud-africain. Cette fois-ci, son état s'est dégradé rapidement, il a présenté une détresse respiratoire aiguë, au point d'être transféré en réanimation et intubé avec une ventilation mécanique.

Si l'on ne sait pas quelle forme du virus avait contracté le patient la première fois, la temporalité écarte la possibilité que ce soit le variant sud-africain.

C'est le premier cas de réinfection grave par une mutation du Covid-19.

Cela suggère par ailleurs qu'être immunisé face au virus ne protège pas contre toutes ses typologies.

Cet exemple renforce aussi les questionnements concernant l'efficacité du vaccin contre les différentes mutations.

Sources : AP-HP, Oxford Academic

Un an après le début de la pandémie, la durée de l'immunité contre le coronavirus fait toujours l'objet de nombreuses questions, renforcées par l'apparition de variants vraisemblablement plus contagieux ces derniers mois. Parmi eux, le sud-africain est source d'inquiétudes particulières: en raison de caractéristiques génétiques spécifiques, les scientifiques craignent qu'il n'amoindrisse l'efficacité des vaccins.

La rédaction
Lu 19 fois
Samedi 13 Février 2021





Dans la même rubrique :
< >


Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.