Menu

Suivez nos conseils pour apprendre à pardonner !


Vous voulez vous libérer d’un passé douloureux ? Reprendre confiance en vous-même ? Vivre plus sereinement dans le présent ? Grâce à cet article , vous pouvez vous lancer.



suivez_nos_conseils_pour_apprendre_a_pardonner_!.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (4.23 Mo)

Comment pardonner à ceux qui nous ont déçus, trahis ou blessés ? Pardonner, c’est tenir une offense pour non avenue, renoncer à tirer vengeance. Acte de courage pour certains, aveu de faiblesse pour d’autres, qui lui préfèrent la vengeance, le pardon va rarement de soi.

Pourtant, toutes les victimes qui ont pardonné s’accordent à dire que cette démarche les a libérées, qu’elle a même insufflé une nouvelle énergie dans leur vie. Car le pardon sert avant tout à se libérer soi-même. Qu’on le demande ou qu’on l’accorde, il est le fruit d’un vrai travail sur soi dont l’issue reste pourtant incertaine : on peut sincèrement souhaiter pardonner sans forcément y parvenir…

Voici quelques étapes claires qui décrivent la démarche à faire pour pardonner vraiment, lorsqu’on nous a fait du mal :

Je décide de ne plus souffrir :

Cela revient à mettre de la distance entre la personne qui est la cause de vos souffrances et vous-même. Il est plus difficile de pardonner si vous restez en contact avec cette personne. Deux moyens : soit discuter avec cette personne et lui demander de ne plus vous blesser, soit vous éloigner complètement pour ne plus être exposé à elle. Tout cela peut se faire dans le calme, sans colère.

Je reconnais avoir été blessé :
 
Nommer cette blessure, c'est reconnaitre avoir été atteint dans son intégrité. Comme le passé ne s'efface pas, il est logique de rejeter la responsabilité sur celui qui nous a offensé. Cela n'éradique pas la souffrance et ne la minimise pas non plus. Au mieux, vous vivez avec l'esprit plus tranquille. Vous vous défaites de toute culpabilité et la retournez vers le seul responsable.
 
J'exprime ma colère :
 
Il est normal lorsque vous ayez été blessé que vous ressentiez des émotions telles que la colère, l'agressivité et la haine. Cela prouve que vous êtes conscient de la situation. Pour se débarrasser de ces sentiments, faites un travail sur vous-même : parlez-en à un ami proche, étalez tous vos ressentiments sur un cahier. Laissez s'échapper toutes les émotions négatives que vous nourrissez vis-à-vis de cette personne. Faites cela pour vous donner la chance de passer à autre chose.
 
 Je cherche à comprendre celui qui m'a blessé :
 
La haine et l'amertume peuvent dans un premier temps nous donner l'impression que nous arrivons à surmonter la blessure qui nous a été faite. Mais en vérité, ces sentiments ne sont pas productifs : pire, ils altèrent votre pensée.

Essayez de comprendre la motivation de celui qui vous a blessé, sans l'excuser pour autant. Cela vous aidera à reconnaitre ses faiblesses, à vous souvenir que l'autre n'est qu'un être humain comme vous et qu'il ne se résume pas qu'à son geste.
 
 Je redeviens acteur de ma vie :
 
Vous savez que vous avez pardonné lorsque vous ne ressentez plus aucun sentiment de colère. Attention : pardonner ne signifie pas que vous devez laisser cette personne revenir dans votre vie, ou la laisser prendre la même place qu'avant.

Vous pouvez décider de réparer cette relation ou laisser cette personne s'en aller pour toujours. Posez-vous les bonnes questions : une relation est-elle possible entre moi et cette personne ? Si oui, à quelles conditions et surtout à quel prix ? Enfin, cela en vaut-il la peine ? Agissez toujours en pensant à ce qui est le mieux pour vous.

Les Marocains ne savent plus pardonner :

Au Maroc, les gens n'arrivent plus à pardonner facilement, on y trouve les tribunaux  engorgés de parents, de frères, de cousins qui « refusent de pardonner », Le pardon est devenu une chose rare. Il y a juste une vingtaine d’années, les Marocains croyaient encore fermement à la réconciliation autour d’un verre de thé,  portant un grand plat de couscous signifiait automatiquement que l’affront allait être lavé.

Le pardon avait ses codes et chacun y puisait selon la situation. Pardonner ne signifiait pas perdre la face, au contraire cela correspondait à une belle preuve de grandeur d’âme.
Inversement, les personnes qui avaient failli ne trouvaient aucune difficulté  à s’excuser du mal fait à l’autre car cela fonctionnait dans les deux sens.

L'odj avec Le courrier de l'Atlas 

Lu 86 fois
Jeudi 24 Juin 2021




Zineb Benmoussa
Jeune journaliste à l'ODJ , lauréate de l'ISIC. En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Octobre 2021 - 14:58 Le cœur entre le maître et la disciple


Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG