Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Tunisie 2021, fin prématurée du Printemps arabe

Si le Printemps arabe a pris tout le monde par surprise (ne croyez pas ceux qui disent le contraire), la crise actuelle de la Tunisie, qui risque de bouleverser sa fragile expérience démocratique, était très certainement attendue.


Professeur Mohamed Chtatou



De la Révolution du Jasmin à la suspension du Parlement

La révolution tunisienne a commencé dans la ville provinciale de Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010, lorsque Mohamed Bouazizi, un vendeur de fruits et légumes de 26 ans, a refusé de payer un petit pot-de-vin. Des inspecteurs municipaux ont tenté de lui confisquer ses caisses de fruits et sa balance électronique, et lorsqu'il a résisté, une policière l'a giflé devant la foule. "Cela l'a touché au plus profond de lui-même", a déclaré plus tard la mère de Bouazizi , "ça a blessé sa fierté".

Bouazizi s'est dirigé vers un bâtiment du gouvernement, s'est versé du diluant sur le corps et s'est immolé par le feu. Il est mort dix-huit jours plus tard. Un acte dramatique de protestation de la part d'un homme simple et apolitique dans un lieu obscur : l'histoire aurait pu être écrite par Silone ou Malraux. Elle a provoqué les manifestations qui ont renversé Ben Ali quelques jours après la mort de Bouazizi et se sont étendues à la place Tahrir, au Caire, puis à l'ensemble du monde arabe. Le feu de Bouazizi brûle encore aujourd'hui, bien que faiblement.

Rétrospectivement, les soulèvements, communément appelés "Printemps arabe", ont produit des gains politiques, sociaux et économiques modestes pour certains habitants de la région. Mais ils ont également déclenché des violences horribles et durables, des déplacements massifs de population et une aggravation de la répression dans certaines parties de la région.

Les manifestants étaient motivés par de nombreux facteurs, mais les analystes estiment que le thème commun était la revendication de la dignité karâma et des droits de l'homme hoqouq al-insân. Dans de nombreux pays, les tensions religieuses ont également joué un rôle important. Par exemple, les partis islamistes ont pris le pouvoir en Tunisie et en Égypte, pays autrefois laïques (mais seulement temporairement dans ce dernier cas).

Parallèlement, de profondes divisions sectaires ont contribué à la naissance des mouvements antigouvernementaux au Bahreïn, en Syrie et au Yémen. Seule la Tunisie a opéré une transition durable vers la démocratie, tandis que l'Égypte a fait marche arrière et que la Libye, la Syrie et le Yémen ont sombré dans des guerres civiles prolongées.

De nombreux pays du Moyen-Orient ont connu des difficultés financières dues, entre autres, à la baisse des prix du pétrole, au chômage élevé et à la corruption des élites politiques qui ont prospéré aux dépens des citoyens ordinaires. Les taux de pauvreté étaient élevés, en particulier dans les zones rurales. Dans aucun pays, le niveau de vie ne s'est sensiblement amélioré depuis les révolutions, et il a même diminué dans les zones ravagées par les conflits.

De nombreux soulèvements ont été menés par des étudiants et d'autres jeunes frustrés par la corruption du gouvernement et le manque d'opportunités économiques. Le chômage des jeunes dans la région reste le plus élevé au monde et s'est aggravé dans plusieurs pays, ravivant les protestations dans certains cas.

La liberté de la presse dans la région est pire aujourd'hui que dans les années qui ont précédé les révoltes. De nombreux gouvernements ont pris des mesures agressives pour supprimer toute critique dans les médias, et les journalistes étrangers et locaux sont plus susceptibles d'être emprisonnés, tués ou de voir leur travail censuré. L'Égypte est devenue l'un des principaux geôliers de journalistes au monde depuis l'arrivée au pouvoir du président Abdel Fatah as-Sissi en 2013.

Les guerres civiles qui ont suivi les soulèvements en Libye, en Syrie et au Yémen ont provoqué des déplacements massifs de population. Dans de nombreux cas, les interventions militaires étrangères ont exacerbé la violence et le désordre. À lui seul, le conflit en Syrie a créé plus de cinq millions de réfugiés enregistrés et plus de six millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays.
L'internet et les médias sociaux ont été des outils essentiels pour mobiliser les manifestants du Printemps arabe et documenter certaines injustices gouvernementales. Depuis, des pays comme l'Égypte ont resserré leur emprise sur le cyberespace en limitant l'accès à l'internet, en adoptant des lois qui facilitent la censure et en emprisonnant des personnes pour leurs publications antigouvernementales en ligne. Seule la Tunisie a accru la liberté de l'internet, notamment en protégeant la liberté d'expression et la presse dans sa constitution de 2014.

Certains pays, comme la Tunisie, ont tenté de répondre aux appels des manifestants en faveur d'une meilleure gouvernance, notamment en créant des agences anticorruption et en adoptant de nouvelles lois pour protéger les lanceurs d'alerte. Cependant, la corruption persiste et s'aggrave dans toute la région. Elle est particulièrement redoutable dans les pays déchirés par la guerre civile.
L'égalité entre les hommes et les femmes n'était pas l'une des priorités du Printemps arabe, mais les femmes ont joué un rôle de premier plan dans les manifestations, malgré la menace de violences sexistes. Au cours de la dernière décennie, certains pays ont enregistré une légère augmentation de la représentation des femmes au sein du gouvernement, mais d'une manière générale, la région a peu fait pour améliorer le statut des femmes. Pourtant, dans des pays comme l'Égypte et la Tunisie, les femmes s'expriment davantage contre les injustices auxquelles elles sont confrontées.

Le 25 juillet 2021, le président tunisien Kais Saied a démis le premier ministre du pays et suspendu le parlement pour 30 jours. Les forces de sécurité ont ensuite été déployées autour du bâtiment du Parlement à Tunis, empêchant les législateurs de passer. Le lendemain, le président a évincé le ministre de la justice par intérim, renvoyé le ministre de la défense et ordonné la fermeture des bureaux d'Al Jazeera. Il a également interdit les rassemblements de trois personnes ou plus.

Rached Ghannouchi, le président du parlement, aujourd'hui fermé, et leader de longue date du parti islamiste Ennahdha, a qualifié l'action de Saied de "coup d'État". Le président n'est pas d'accord, citant l'article 80 de la Constitution tunisienne, qui donne au chef de l'État le pouvoir de faire précisément ce qu'il a fait en cas de "danger imminent menaçant l'intégrité du pays, sa sécurité et son indépendance".

Il existe cependant une importante divergence d'opinion quant à la question de savoir si les graves problèmes économiques actuels de la Tunisie, la dérive parlementaire et une vague débilitante de COVID-19 constituent réellement un tel danger imminent. Il semblerait qu'il s'agisse d'un problème que la Cour constitutionnelle pourrait trancher - mais hélas, il n'y a pas de cour parce que soit personne n'arrive à se mettre d'accord sur les juges à nommer, soit le président a bloqué leur nomination.
 
La Révolution de Jasmin s'étiole

La Tunisie est le seul pays à sortir des révolutions arabes de 2011 en tant que démocratie fonctionnelle. L'Égypte, la Libye, le Yémen, Bahreïn et la Syrie sont retournés à la dictature, ont sombré dans le chaos, ou les deux. Mais en Tunisie, une assemblée démocratiquement choisie a adopté une constitution progressiste en 2014, et trois cycles d'élections libres et équitables ont eu lieu. Des projets de loi d'envergure - sur la libéralisation économique, sur la justice pour les membres de l'ancien régime - sont débattus au parlement, et les luttes de pouvoir sont réglées par des compromis durement gagnés. La Tunisie postrévolutionnaire a ajouté le mot karâma - "dignité" - à la devise nationale, et a mis le visage de Bouazizi sur un timbre-poste.

La Tunisie a une histoire de laïcité par le haut et d'islamisme par le bas, les deux se jouant l'un de l'autre. Habib Bourguiba, premier président de la Tunisie après son indépendance de la France en 1956, a inspiré son régime de l'État laïque de Kemal Atatürk en Turquie. Bourguiba a institué l'éducation universelle et a fait progresser les droits des femmes au-delà de ceux des autres pays arabes. La Tunisie a interdit le port du foulard dans les écoles et les bureaux gouvernementaux, a placé le centre historique de l'enseignement islamique du pays, l'université az-Zitouna, sous le contrôle du gouvernement, a installé des imams approuvés par l'État et a surveillé les mosquées.

Haim Malka, du Centre d'études stratégiques et internationales, à Washington, a déclaré : "Les mosquées étaient fermées à clé, sauf aux heures de prière, et les imams se voyaient remettre les sujets de leurs sermons." Les imams, dont beaucoup n'avaient pas de diplôme de théologie, n'avaient pas le droit de parler de quoi que ce soit qui intéresse les gens - "la corruption, le chômage, le fait qu'un jeune homme ne peut pas se permettre de se marier" a-t-il ajouté.

Ben Ali, qui a écarté Bourguiba en 1987, a gouverné de manière encore plus stricte, emprisonnant des milliers d'islamistes présumés, y compris des membres du principal parti politique islamique du pays, Ennahdha, ou l'Éveil, un cousin plus libéral des Frères musulmans. Rached Ghannouchi, qui dirige Ennahdha depuis sa fondation en 1981, a été contraint de s'exiler à Londres en 1989.
Jared Malsin du Wall Street Journal, à écrit dans un article du 29 juillet 2021 publié par ce journal que “la Tunisie, seule survivante du printemps arabe, risque de retomber dans un régime autocratique“ (Tunisia, Sole Survivor of Arab Spring, Risks Sliding Back to Autocratic Rule) après le récent coup d’état constitutionnel du président Kais Saied.

Il n'est pas certain que le coup de force de Saied constitue la fin de la démocratisation du pays. Les Tunisiens ont déjà été au bord du gouffre, notamment lors d'une impasse politique prolongée en 2013. Puis, en 2015, le président nouvellement élu Beji Caid Essebsi a préféré un gouvernement qui aurait exclu Ennahdha et ses alliés. Malheureusement pour Essebsi et les laïcs de son parti Nidaa Tounes, les mathématiques parlementaires n'ont pas joué en sa faveur, forçant une coalition plus large.

La bonne volonté s'est finalement développée entre le président et Ghannouchi, mais ce qui semblait plus important que la personnalité pour forcer un compromis était le fait même que ni Essebsi ni Ghannouchi n'avaient le type de soutien populaire nécessaire pour imposer leur volonté à l'autre - un avantage apparent d'une société divisée.

Il était louable et notable que la Tunisie n'ait pas sombré dans la violence en 2013, qu'un gouvernement de coalition viable ait été mis en place en 2015, et qu'il y ait eu un transfert pacifique du pouvoir après la mort d'Essebsi en 2019 - bien qu'aucune de ces réalisations ne signifie nécessairement que la Tunisie allait continuer à progresser. Les analystes sérieux le savaient parce qu'ils comprenaient les défis économiques du pays, les questions persistantes autour de l'identité, l'attachement à l'ordre ancien parmi les élites, et l'incapacité du parlement à tenir la promesse de la révolution de janvier 2011.

Pourtant, curieusement, certains de ces mêmes experts et observateurs ont continué à décrire la Tunisie comme un succès - créant une attente non écrite et non reconnue que les progrès du pays se poursuivraient invariablement. C'était particulièrement étrange, étant donné l'érosion continue, au cours de la dernière décennie, des institutions démocratiques dans des pays considérés comme des démocraties consolidées - y compris les États-Unis.

Au cours des quelques jours qui ont suivi l'attribution de l'autorité exécutive à Saied, des manifestations de soutien et d'opposition à ses actions ont eu lieu. Les dépêches en provenance de Tunisie indiquent que ceux qui saluent le président en ont assez de la mauvaise gouvernance et du manque d'opportunités économiques. Si l'on ajoute à ces problèmes le fait qu'une récente vague de COVID-19 a dévasté le système de santé du pays, beaucoup plus de gens semblent prêts à parier sur un autoritaire qui promet d'améliorer leur vie en disposant d'un pouvoir plus libre.

L'empressement à renoncer à des acquis durement gagnés après une décennie de démocratisation semble faire partie intégrante de la culture politique particulière de la Tunisie. Non, je ne fais pas référence au cliché selon lequel les sociétés arabes et musulmanes ne sont pas rompues à la démocratie ; je veux plutôt attirer l'attention sur l'héritage culturel du grand État arabe qui a promis (mais rarement, voire jamais, tenu) la sécurité, l'éducation et les opportunités.

Les analystes, les journalistes et les militants de la société civile avec lesquels les Occidentaux ont tendance à interagir en Tunisie veulent forger une société plus juste et plus démocratique. Mais qu'en est-il des Tunisiens au sens large ? Beaucoup - ou du moins ceux qui sont descendus dans la rue ces derniers jours - semblent avoir une relation plus ambivalente avec la démocratie.
Ils semblent vouloir un État plus efficace, capable de fournir des emplois et un filet de sécurité sociale, quelle que soit la nature du système politique. Il est possible qu'après une décennie au cours de laquelle les Tunisiens ont bénéficié de plus de libertés individuelles, le manque de prospérité ait rendu un nombre potentiellement important d'entre eux plus enclins à donner une nouvelle chance à une certaine version de l'autoritarisme.

Le "coup d'État constitutionnel" en Tunisie qui pourrait mettre fin au Printemps arabe

En une seule annonce, les dernières braises du Printemps arabe, autrefois flamboyant, ont été assombries par ce que certains appellent un “coup d'État constitutionnel“ dans la seule démocratie du monde arabe.

Dimanche 25 juillet 2021, le président populiste de la Tunisie, Kais Saied, a pris des pouvoirs d'urgence pour ce qu'il a promis être une période intérimaire de 30 jours. Il a limogé le premier ministre et le ministre de la défense, "gelé" le parlement et mobilisé des unités de l'armée pour empêcher les représentants élus d'entrer dans le bâtiment du parlement.

En recourant à la mesure d'urgence, M. Saied, ancien professeur de droit constitutionnel, a bouleversé un système soigneusement conçu qui avait divisé les pouvoirs pour éviter un retour à une dictature d'homme fort comme celle de Zine al-Abidine Ben Ali, qui a été chassé par le Printemps arabe.

Avec la suspension du Parlement et l'absence d'une instance supérieure pour le remettre en cause, le président exerce un pouvoir quasi suprême, ce qui fait craindre aux démocrates tunisiens et aux militants arabes que le pays qui a été le dernier et le meilleur espoir des libertés politiques arabes ne suive l'Égypte vers un retour à un régime autocratique.

Alimentée par une grave récession économique, la paralysie du gouvernement et des soupçons persistants de corruption, la patience des Tunisiens à l'égard du processus démocratique était à bout. Mais une nouvelle poussée spectaculaire de la pandémie a représenté un point de rupture, poussant beaucoup de gens à chercher des solutions à tout prix.

Mais les révolutionnaires tunisiens s'inquiètent du fait que les jeunes Tunisiens qui soutiennent M. Saied ont peu de souvenirs de la dictature de Ben Ali et sont trop désireux de soutenir le règne d'un seul homme.

Dans le système semi-présidentiel tunisien, le président élu au suffrage direct supervise l'armée et les affaires étrangères, tandis que le premier ministre nommé par le parlement est le chef du gouvernement, un arrangement qui a longtemps irrité le président Saied.
Avec la prise de pouvoir constitutionnellement douteuse de M. Saied, il est maintenant l'autorité exécutive, contrôle l'armée et la police, et agit comme un "procureur public", promettant vaguement de demander des comptes aux personnes "corrompues" qui "pillent les ressources de l'État".

Saisissant l'occasion d'une poussée de la pandémie alimentée par la variante delta qui a dévasté le système de santé tunisien, M. Saied a déclenché un article constitutionnel permettant au président de prendre des "mesures exceptionnelles en cas de danger imminent."

La Tunisie connaît l'un des taux d'infection les plus élevés au monde, avec 8 000 nouveaux cas quotidiens parmi ses 12 millions d'habitants. Le 8 juillet, le ministre de la santé de l'époque a déclaré que le système de santé s'était "effondré".

Les hôpitaux ont connu des pénuries d'oxygène et de lits, les patients atteints du COVID-19 ont passé des jours dans les rues à attendre d'être admis dans les hôpitaux, et les corps des patients décédés du COVID-19 n'ont pas été enterrés. Selon les autorités, quelque 18 000 Tunisiens sont morts de la pandémie.

Ces dernières semaines, M. Saied a mobilisé l'armée pour prendre en charge la réponse à la pandémie, tirant parti de ce qu'il a décrit comme la gestion "criminelle" de la crise par le gouvernement.

Il a recruté des infirmières dans l'armée et les a envoyées dans les communautés touchées par le virus. Il a travaillé sur le plan diplomatique pour recevoir des dons d'oxygène, de fournitures médicales et de vaccins. Cela a contribué à cimenter le soutien de nombreux Tunisiens à un gouvernement plus centralisé.

La Tunisie a connu 11 gouvernements en 10 ans, passant des islamistes aux technocrates et aux néolibéraux, mais aucun d'entre eux n'a été en mesure de mettre en œuvre des réformes de grande envergure.

Le chômage des jeunes oscille entre 35 et 40 % depuis dix ans, et beaucoup choisissent de risquer leur vie en migrant vers l'Europe par bateau. Rien qu'en 2020, plus de 12 800 arrivées illégales en Italie en provenance de Tunisie ont été enregistrées.
Les lois que le Parlement a adoptées comprenaient des mesures d'austérité visant à garantir le financement du FMI, ce qui a entraîné le gel des embauches au sein du gouvernement, la dévaluation du dinar tunisien et une augmentation spectaculaire du coût des biens et de la nourriture, alimentant ainsi le mécontentement.

Avec la perte du tourisme, l'économie tunisienne s'est contractée de 8,6 % l'année dernière, et de 3 % supplémentaires au cours du premier trimestre de 2021. La pandémie a fait grimper le taux de chômage à 17,8 %.

Mot de fin

Les catastrophes ont remplacé l'espoir dans tout le Moyen-Orient, de la Méditerranée au Yémen sur la mer Rouge. Ne tenez pas les révolutionnaires en puissance de 2011 pour responsables de l'obscurité qui a suivi le Printemps arabe. Ils n'avaient aucune chance. Mieux vaut blâmer les hommes forts qui ont entrepris d'écraser leurs espoirs.

Pendant quelques mois, le changement semblait relativement indolore, voire facile. Ce n'était qu'une illusion. Les régimes bien établis ne se rendent pas. Même les espoirs de millions de personnes ne peuvent pas mettre sur pied la démocratie. Cela demande du temps, de l'éducation et des institutions responsables devant le public.

Pourtant, l'esprit des révoltes est loin d'être mort, comme en témoigne la deuxième vague de soulèvements qui s'est produite au Soudan, en Algérie, en Irak et au Liban huit ans plus tard.

Appauvrie, isolée et sans importance géostratégique, la Tunisie est néanmoins le dernier héritier vivant du Printemps arabe. Au cours de la dernière décennie, les mouvements démocratiques arabes naissants se sont effondrés les uns après les autres dans la guerre civile, l'inimitié sectaire islamiste et la résurrection de la tyrannie. Mais la Tunisie était le seul pays qui semblait trouver une voie à suivre - pour naviguer avec succès entre "le Scylla de l'État de sécurité nationale et le Charybde de l'islam politique", comme l'a décrit le journaliste libano-américain Hisham Melhem.

Un autre journaliste, Tallha Abdulrazaq, à écrit dans TRT World en date du 28 juillet 2021 un article intitulé : “Si la Tunisie tombe, la démocratie meurt dans le monde arabe (If Tunisia falls, democracy dies in the Arab world) “ :

“Si la démocratie en tant qu'idéologie est en train de mourir dans le monde arabe, cela ne signifie pas que les Arabes ont renoncé à leur liberté. Les dirigeants arabes doivent craindre la prochaine vague de protestations populaires, car leurs sujets sont désormais plus avisés et ne laisseront pas l'expérience du printemps arabe se reproduire. “

Donc l’espoir subsiste, toutefois, pour un avenir démocratique pour les peuples opprimés de l’Afrique du Nord et le Moyen Orient si ce n’est demain ce sera après-demain in châ’ Allah. Amen…
 
 
Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu



Samedi 7 Août 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Mai 2022 - 22:16 Dieu est plus Clément que ses serviteurs

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html














L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution


Chèr Monsieur, Chère Madame

Je suis le Web Master de L'ODJ Média,

j’ai le plaisir de superviser le nouveau média “L’ODJ” pour le groupe de presse Arrissala 
 

L’ODJ est un bouquet de publication en format presse numérique : (7)
 

Nous lire : Portail Web   & Magazine mensuel

Nous écouter : Web Radio   & Portail Radio   & APP Mobile

Nous voir : Web TV    & Portail vidéos replay   & Youtube

Nous suivre : Instagram   / FaceBook    / TiK To  K / Linkedin   / Twitter

 

“L’ODJ” c'est quoi ?: « L’opinion des jeunes » de 7 à 77 ans 

 

L’esprit : Faire revivre l’esprit de l’Opinion Des Jeunes, sans nostalgie aucune, ni c'était mieux avant,  mais bien pour la nouvelle génération connectée avide de plus de liberté responsable, de changement durable, d'horizon positif, d'avenir partagé, d'ouverture soutenue et de culture sans modération.
 

Le Bouquet L'ODJ n'est pas un simple canal d'actualités ou d'informations en continu, mais un bouquet multimédia et multi-canal pour du contenu à l’ordre du jour.

 

Contenu : À travers des articles, des podcasts, des vidéos, des émissions Web TV, notre couverture médiatique cible des thématiques qui intéressent la jeunesse marocaine (Bien être, Santé, Culture, Environnement, Digital, Economie, Politique, Sport, Lifestyle, Musiques  .....), sans pour autant être dans l'information éphémère ni soumis à la dictature de l'actualité immédiate.

 

Soit, une actualité durable qui ne suit d'autre ligne que la volonté d'éclairer et d'approfondir les enjeux d'un monde, devenu plus complexe et parfois difficilement compréhensible.
 

L’ouverture (liberté et responsabilité): Le challenge et la réussite du projet restent, avant tout, l’ouverture vers les internautes (propositions en ligne), des partenariats Win Win, et des chroniqueurs invités à travers essentiellement trois rubriques :
 

Quartier libre : https://www.lodj.ma/Quartier-libre_r4.html   
 

Chroniqueurs invités : https://www.lodj.ma/Chroniqueurs-invites_r20.html   
 

Coup de cœur : https://www.lodj.ma/Coup-de-coeur_r11.html  



Partager ce site