Menu

Un champignon marocain pour terrasser le cancer du sein

Découverte du Dr Ahmed Chadli, biochimiste au Département de médecine de l’Université Augusta


Un scientifique marocain a découvert un remède contre une forme agressive de cancer du sein. Le composant en question est issu d’un champignon qui vit en symbiose avec une fleur de l’Atlas.



Rédigé par Oussama ABAOUSS le Dimanche 14 Mars 2021 sur lopinion.ma

Aristoloche à nervures peu nombreuses. Un nom d’oiseau porté par une fleur carnivore marocaine qui, actuellement, se trouve sous les feux des projecteurs de la recherche biomédicale. La particularité de cette fleur ?

Sous nos cieux, elle vit en symbiose avec un champignon (fusariumtricinctum) à partir duquel un scientifique marocain a pu isoler un composant qui a montré des résultats prometteurs en tant que remède puissant contre le cancer triple négatif agressif du sein.

La découverte du Dr Ahmed Chadli, biochimiste au Département de médecine de l’Université Augusta (Géorgie, Etats Unis), a été relayée dans plusieurs médias spécialisés et notamment dans ceux de l’American Association for the Advancement of Science et du News Medical Life Science. L’engouement autour de cette découverte s’explique en grande partie par l’absence actuelle de thérapie ciblée pour le cancer triple négatif du sein qui est, par ailleurs, considéré comme une forme des plus agressive représentant 10 à 20 % des cancers du sein.

Attaque et contre-attaque

Pour éviter les attaques du système immunitaire, le cancer détourne un « chaperon moléculaire » connu sous le nom de HSP90 qui est, en temps normal, un puissant protecteur cellulaire naturel qui aide les cellules à survivre au stress. Ce détournement permet au cancer de perpétuer sa croissance sauvage en évitant aux cellules cancéreuses d’être ciblées par les moteurs de la réponse immunitaire. Pour casser ce cycle vicieux, les chercheurs tentent d’inhiber la HSP90 détournée. « Les inhibiteurs actuels de la HSP90 se sont révélés prometteurs, mais n’ont pas vraiment permis de traiter efficacement le cancer avec des effets secondaires tolérables », explique le Dr Chadli dans un article publié sur le site web de l’Université Augusta. C’est à ce niveau que le composant (le peptide EnnA) isolé à partir du champignon marocain entre en jeu. « EnnA permet au système immunitaire de faire ce qu’il doit faire en mettant la HSP90 hors d’état de nuire. Nous sommes très enthousiastes quant à l’effet de ce composé sur les tumeurs », se réjouit le biochimiste marocain.

« Un tueur efficace »

Le champignon et la plante sur laquelle il pousse ont déjà été considérés par le passé comme ayant des vertus médicinales. Le Dr Chadli a cependant la preuve, à la fois dans des cultures cellulaires et dans un modèle animal de cancer du sein agressif triple négatif, que le composé EnnA est « le type de tueur de tumeurs efficace » qu’il recherchait. Lorsque le biochimiste examine les images microscopiques de la tumeur du cancer du sein 15 à 20 jours après le traitement par EnnA, la masse tumorale du sein, normalement dense, est littéralement criblée de trous et une foule de cellules immunitaires semblent installées. «Le système immunitaire commence à reconnaître les cellules cancéreuses comme étrangères et va les détruire», explique-t-il. C’est l’illustration tangible d’un mécanisme de destruction des tumeurs que les scientifiques appellent «mort cellulaire immunogène». «Nous avons constaté que les cellules tuées par EnnA semblent également s’immuniser contre les attaques ultérieures des cellules cancéreuses», affirme le chercheur.

Une recherche à finaliser

Pour explorer le potentiel manifestement très prometteur d’EnnA, le biochimiste marocain a reçu une subvention de 1,8 million de dollars de la part du National Cancer Institute. Si le chercheur et son équipe n’ont à ce jour pas constaté d’effets secondaires évidents d’EnnA, ils continuent d’étudier les paramètres de toxicité et de dosage du composé afin de pouvoir passer à l’étape d’utilisation clinique chez des patients humains. Les chercheurs disposent par ailleurs de « quelques preuves » que le composé pourrait être plus largement applicable à d’autres types de cancer du sein ainsi qu’à d’autres types de tumeurs solides comme le mélanome. À noter que le site de l’Université de Augusta a souligné que Pr Chadli a fait sa découverte après une rencontre (et plus tard collaboration) avec le Dr Abdessamad Debbab, chimiste médicinal à l’Institut de biologie pharmaceutique et de biotechnologie de l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, il y a quelques années, lors d’une réunion de la Société Marocaine de Pharmacologie.

Oussama ABAOUSS

Lu 56 fois
Samedi 17 Avril 2021




La rédaction

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.


Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





Magazine créé avec Madmagz.




L'ODJ WEB MAG




Partager ce site