Menu

Un demi milliard de personnes poussés dans la pauvreté à travers la COVID


Selon le rapport « Maroc égalitaire, taxation juste » d’Oxfam Maroc, la crise sanitaire n’a fait qu’engouffrer les populations dans la pauvreté. L’organisation internationale appelle à :

« Des mesures justes et durables pour rendre justice et dignité aux personnes les plus démunies »



L’ONG se base sur de nouvelles analyses économiques qui ont montré l’ampleur des effets de la crise sanitaire, mis à nu les défaillances de différents systèmes et relevé des conséquences socioéconomiques fâcheuses.  Ce qui en découle des inégalités extrêmes, persistantes, pouvant parfois être irréversibles, entre les différentes franges sociétales, surtout pour les personnes pauvres et dans des conditions de vulnérabilité.

Le poids des inégalités et de crise est porté, en cette période de pandémie, par les gens ordinaires, qui se sont retrouvés, sans revenu fixe et dans la pauvreté.


Prévisions d’Oxfam Maroc relatives à la pauvreté monétaire

 Après un bon parcours, la pauvreté monétaire a chuté, selon les statistiques du HCP : de 15,3% en 2001 à 4,8% en 2014. Cette baisse significative va monter en flèche et atteindre un point culminant, en cette période de pandémie. En effet, l’incidence de la pauvreté dans le Royaume commence sa hausse.

Selon les estimations de son indicateur composite :

« La proportion de personnes vulnérables pourrait passer, de 17,1% en 2019 à environ 19.87% en 2020. Soit,  1,058 million de personnes additionnelles sont susceptibles de tomber dans la pauvreté du fait de leurs conditions sanitaires et socio-économiques … »

 

Inégalités dans le champ de mire d’Oxfam

A travers son indicateur, elle mesure l’engagement des Etats dans la réduction de la pauvreté.

 Dépenses sociales pour ce qui est des services publics de base (éducation, santé, protection sociale) sont soupesées aussi bien que la fiscalité progressive, les Droits du travail surtout pour les femmes, des indicateurs pour évaluer les inégalités.

« Le Maroc se classe au 121ème  rang sur un total de 157 pays. Il se positionne au rang 103  pour ce qui est des sous-indicateurs de dépenses sociales, au rang 137sur la  taxe progressive et au rang 101 sur les droits des travailleurs»

 

« Tout est question de politiques publiques, inefficaces, et qui n’ont pas trait à toutes les composantes sociales ».

Leur impact est faible sur la population

Côté système sanitaire, le rapport  qui a été divulgué dans le cadre de la Journée Internationale de lutte contre la Pauvreté, a souligné certaines défaillances.

Le nombre de médecins, insuffisant, et qui, de plus, leur concentration est, à 50%, au niveau de Rabat -Casablanca et régions (selon le HCP),  soit 7,1 médecins pour 10000 habitants.

 
La justice fiscale

Essentielle pour corriger les inégalités, la justice sociale est un outil de cohésion sociale.

En marge de l’adoption finale du projet de loi de finance 2021, l’appel est lancé pour une équité dans le système social ; une justice au niveau des politiques publiques et sociales ;  la redistribution des richesses... Le tout  est pour un regain de dignité pour les plus démunis.









Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté