Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search









Variant Omicron : Le mot d’ordre est protéger, prévenir, préserver les acquis


D’un avis d’expert, la décision de fermer les airs pour faire face au nouveau variant « Omicron » est justifiée par la volonté de protection de la population mais aussi de la préservation des acquis du pays dans la lutte contre la pandémie Covid-19.



Le docteur Tayeb Himdi, chercheur en politiques et systèmes de santé, a affirmé dans un communiqué paru ce lundi 29 novembre, que la décision d'interdire les vols internationaux vers le Maroc pour une durée de deux semaines vise à préserver les acquis du Royaume en matière de lutte contre la pandémie "Covid- 19", notamment avec l'émergence du nouveau mutant "Omicron."
 
Dans ce texte, M. Himdi a expliqué qu'il manquait de nombreuses données sur le nouveau mutant Covid-19, dit "Omicron", apparu pour la première fois en Afrique du Sud, notamment la vitesse de sa propagation, sa férocité, le nombre de cas graves et de décès qui en résultent, et l'efficacité des vaccins contre lui...
 
Le chercheur a fait remarquer qu'un délai de deux semaines permettrait d’avoir les premières réponses sur la résistance du mutant aux vaccins utilisés ou non. Il a souligné que les laboratoires ont commencé à l’étudier pour parvenir à savoir si les vaccins utilisés au Maroc et dans le monde ont la même efficacité ou si celle-ci va diminuer.
 
Il a affirmé qu'une période de deux semaines est importante pour voir les données liées à la nouvelle mutation, pour que les autorités compétentes aient suffisamment de données pour gérer la période en fonction des nouvelles données, notant qu'en l'absence de celles-ci, tous les pays seront contraints de durcir les procédures internes de prévention.
 
Dans le même contexte, l'expert a expliqué que nous étions devant une équation dont nous n'avons pas beaucoup de données, et en ce qui concerne la propagation rapide, le monde dont notre pays, adaptera la gestion de la pandémie, en fonction aux nouvelles données sur la vitesse de propagation.
 
Il a ajouté qu’au regard du danger du mutant, de sa férocité et de sa résistance à l'immunité, « nous ne pouvons pas risquer de laisser ce mutant entrer dans le pays, alors que nous ne disposons pas de données qui nous permettraient d'adapter les mécanismes de combat et de résistance ».
 
Dr Himdi a insisté sur la nécessité d'une proportionnalité entre les procédures aux frontières et les procédures internes, une conjoncture qui dicte le respect des mesures préventives individuelles et collectives et la vaccination rapide avec les premières, deuxièmes et troisièmes doses.
 
Il a souligné dans ce contexte que les dernières données relatives au nouveau mutant « Omicron » indiquent sa capacité à se propager rapidement, notant que les nouvelles en provenance d'Afrique du Sud constatent également que les médecins, les professionnels de la santé et les experts qui suivent la situation ont enregistré qu'il est difficile d'affirmer que la vitesse de propagation n'est due qu'à cette mutation.
 
Concernant la virulence du mutant "Omicron", certaines observations préliminaires en provenance d'Afrique du Sud ont fait le constat que les jeunes sont plus touchés par le virus, considérant que c'est logique car le nouveau mutant affecte des groupes sociaux actifs qui ne respectent plus les mesures préventives.
 
« il est également préoccupant que les hôpitaux d'Afrique du Sud aient commencé à recevoir des cas, de modérés à graves, parmi les jeunes plus que par le passé » poursuit le communiqué, notant que ces observations ne sont que préliminaires et non définitives.
 
Les premières observations confirment que la majorité des personnes qui ont contracté le virus ne sont pas vaccinées, les deux tiers d'entre elles ne sont pas été vaccinées, tandis que la plupart des personnes infectées du tiers restant n'ont reçu qu'une seule dose du vaccin.
 
 En conclusion, selon Dr Himdi, « c’est un message clair confirmant que résister à la propagation du virus passe par la nécessité de l'engagement des citoyens et du retour au respect des mesures de précaution telles que le port du masque, assurer la distanciation sociale et se faire vacciner très rapidement, que ce soit la première, la deuxième ou troisième dose pour assurer la préservation des acquis réalisés par le Royaume ».
 
 
 
 

Lundi 29 Novembre 2021


Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Mai 2022 - 20:33 Intelaka : Bilan et suivi

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.