Menu

Vous voyagez en avion et vous souffrez d’allergies

Principaux conseils pratiques


Les urgences respiratoires sont la 3ème cause d’incidents graves pendant un vol par avion. Un voyage en avion est contre-indiqué juste après une crise d’asthme aiguë. Quelque votre forme d’allergie chronique, Garder la trousse d’urgence en cabine, avec votre ordonnance médicale. Il y va de votre vie.



Par Dr Anwar CHERKAOUI

Plusieurs études scientifiques rapportent qu’entre 15 à 64 % des voyageurs sont généralement porteurs de maladies chroniques, notamment les allergies.
 
Malgré cette période de restriction, on continue de voyager. Voyager implique des changements d'environnement et de mode de vie et donc, un contact possible avec de nouveaux allergènes respiratoires, cutanés ou alimentaires ou un contact avec des allergènes auxquels le patient est déjà sensibilisé mais hors saison et à des concentrations plus importantes. Le voyageur peut être également exposé à des sensibilités croisées.
 
De ce fait, le risque d'avoir un accident allergique est plus élevé lors des voyages, et sa gravité peut être augmentée en cas d'isolement. Plusieurs allergologues marocains le confirment : « Lorsque l'allergie est alimentaire et que l'on se trouve à l'étranger en vacances ou loin de l’environnement dans lequel on a l’habitude de vivre, on maîtrise moins, on ne connaît pas toujours les plats" . "Les adultes se relâchent et les enfants allergiques ne sont pas forcément avec leurs parents. La situation est à risque »
 
 
En cas d'allergie respiratoire
 
Selon des études scientifiques reconnues, environ 5 % des voyageurs qui prennent l'avion souffrent de maladies chroniques dont l'asthme. Les urgences respiratoires sont la 3ème cause d'incidents graves en vol, en raison des changements de la qualité de l'air (présence de contaminants ou d'allergènes), de la ventilation, des changements de pression et de la climatisation, stress… autant de facteurs qui peuvent nuire aux patients ayant un asthme allergique.
 
Cependant, les voyages en avion ne présentent généralement pas de risque chez les asthmatiques bien contrôlés, parce que l'air des cabines est filtré et contient peu d'impuretés. De plus, l'air respiré dans les cabines est peu humide, donc peu propice aux acariens, et ne contient pas de pollens.
 
Pour bénéficier d'un air le plus pur possible, il est conseillé de se placer en avant de l'avion, car le système de pressurisation injecte l'air à l'avant et la vanne de décharge est située à l'arrière. Il est aussi conseillé de fermer les bouches de ventilation orientable.
À noter que le stress lié au voyage aérien peut, chez certains patients, être un facteur déclenchant de crise d'asthme.
 
En pratique, et par mesure de précaution, un voyage en avion est contre-indiqué juste après une crise d'asthme sévère ou si la maladie n'est pas bien contrôlée.
 
De façon générale, Il est conseillé de garder les traitements en cabine : le bronchodilatateur d'action rapide doit être à portée de main en cas de crise. Les aérosols-doseurs ne peuvent pas être entreposés en soute car ils se vident à cause de la dépressurisation. Il est donc impératif d'avoir son ordonnance sur soi pour pouvoir justifier de la présence de l'aérosol avec soi dans la cabine.
 
En cas d'allergie alimentaire
 
Prévenez votre compagnie aérienne en cas d'allergie alimentaire. Parfois des plateaux-repas sont proposés aux personnes allergiques.
 
Il existe peu de données dans ce domaine en partie parce que les accidents allergiques sont souvent gérés par les patients sans être déclarés au personnel de cabine et les évacuations en urgence sont exceptionnelles. Les allergènes les plus fréquents sont l'arachide (73 %), les fruits à coque (8 %) et les graines (sésame 4,5 %).
 
En pratique, il est conseillé aux personnes ayant une allergie alimentaire de se renseigner avant le départ sur les médicaments nécessaires en cas de réaction et si la compagnie a un protocole d'intervention en cas de réaction sévère.
 
Tout patient doit en outre garder la trousse d'urgence en cabine : antihistaminique, corticoïdes, bronchodilatateur, deux kits d'adrénaline auto-injectable (avec attestation médicale en anglais). Interrogez votre médecin sur les conditions d'utilisation et de conservation de cette substance.
 
Enfin, il est recommandé d'informer le personnel de bord et surtout d'avertir à la moindre réaction allergique. Une crise allergique banale peut s’aggraver rapidement en cas de non intervention rapide

Lu 228 fois
Jeudi 5 Août 2021




Dr Anwar CHERKAOUI

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG