Menu

2021 : L’espoir et les planètes




Dr Samir Belahsen

« Ne pas confondre espoir et illusion, car si l'espoir fait vivre, les désillusions peuvent faire le désespoir »  
Angélique Planchette

Les tendances lourdes s’imposent. En ce début d’année 2021 et en pleine pandémie, elles se confirment, c’est ce que mon ami Abdellatif Mazouz président de l’alliance des économistes istiqlaliens a appelé l’alignement des planètes. (lien)

Elles se sont imposées aux pays du conseil de coopération du golfe (CCG). Les nécessités stratégiques qu’elles soient économiques ou sécuritaires dépassent les différences et les incompatibilités d’humeur.

Quand il s’agit de pétrole, de gaz, d’eau, de business ou de sécurité, les gros intérêts s’alignent aux petits et ils forment des tendances qui s’imposent. L’alignement des planètes est en fait la rencontre d’intérêts et de volontés.

Dans son article sur ces mêmes colonnes Mazouz a identifié et expliqué les cinq grandes forces caractéristiques du Maroc qui font son positionnement stratégique dans sa relation avec les acteurs en présence, autrement dit ses atouts stratégiques : 
1-Paix et stabilité
2-Concertation et dialogue
3-Diversification et loyauté
4-Anticipation et constance.
5-Ouverture sur le Monde et intégration régionale

Quel serait donc le rôle des différents pouvoirs publics et privés ?

Une fois les principales forces identifiées, il s’agit d’abord de les renforcer de manière à maintenir les avantages stratégiques acquis. Il convient en suite d’en explorer de nouveaux, tout en travaillant sur les points de faiblesse qui sont ou qui pourraient être handicapants. Bien entendu la définition des risques et des opportunités resterait essentielle.  

Renforcer les forces caractéristiques : Il s’agit d’abord de renforcer la construction démocratique, le respect des libertés, de crédibiliser l’Etat de droit en luttant contre l’impunité…En un mot d’appliquer avec rigueur la constitution.

Travailler sur les points faibles : Le premier point faible reste, selon moi, le système éducatif. Non seulement sa productivité économique est faible mais sa capacité à transmettre les valeurs démocratiques, le sens du devoir, la valeur du travail et les valeurs de tolérance est un vrai point noir. Le second point faible que je pourrais citer, dans le contexte actuel est le social. Les filets sociaux insuffisants depuis toujours constituent un vrai handicap pour la croissance comme pour la sécurité.

Sa Majesté a bien identifié et expliqué, elle a même targetté et fixé les échéances.

La définition des risques majeurs :

J’en citerais en premier lieu les risques géopolitiques de la région, l’Etat voisin qui se cherche encore, ça ne doit pas être une source de joie mais une source d’inquiétudes. Il ne faut pas oublier qu’il fait géographiquement rempart contre une zone à turbulences multiples.
J’ajouterais les risques liés au stress hydrique, à la dépendance énergétique et à l’immigration.

Nouvelles opportunités : 

La veille stratégique doit rester de mise dans un monde qui n’arrêtera pas de surprendre et de disrupter que ce soit au niveau des alliances politiques ou au niveau des chaines d’approvisionnement internationales.

L’actuel alignement des planètes géostratégique (diplomatique, économique et sécuritaire), est à saisir et à renforcer.

Les pouvoirs publics, les associations professionnelles et le secteur privé devraient ensemble consolider les partenariats commerciaux et industriels et développer une intelligence économique patriote.

L’Etat stratège devra évidement garder un regard permanent sur le tableau de bord général et surtout sur les signaux faibles pour anticiper et procéder aux actions correctives. C’est ainsi et ainsi seulement que nous transformerons l’essai.

L’alignement des planètes serait alors source de vrais espoirs et non de simples illusions.
 
Dr Samir Belahsen

 
 








Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté