Menu

Astuces pour bien aérer son intérieur


En ces temps de confinement et de télétravail, renouveler l'air est même indispensable. Pourtant, la pollution intérieure est souvent ignorée, bien qu'elle soit la cause de dizaines de milliers de morts. Que faire pour l'améliorer ?



A lire ou à écouter en podcast :

astuces_pour_bien_aerer_son_interieur.mp3 Astuces pour bien aérer son intérieur.mp3  (3.39 Mo)

La pollution intérieure est principalement issue des produits que l'on utilise pour désodoriser notre intérieur tels qu'encens, bougies ou encore huiles essentielles. Mais aussi des produits ménagers, déodorants, laque ou vernis. Maintenant, avec le télétravail, on passe plus de 80% du temps à l'intérieur, il serait judicieux de s'y intéresser.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, et à moins que l'on vive en centre-ville, l'air à l'intérieur est souvent plus pollué que celui du dehors. Le magazine de consommation "60 Millions" rappelle que l'air intérieur est sept fois plus pollué que l'air extérieur. En moyenne, il y flotte des centaines de produits chimiques différents. 
 
La première source de pollution - et la plus dangereuse puisque, à forte dose, elle peut même être cancérigène - vient des substances volatiles et issues des produits ménagers, des bougies ou encore des matériaux de construction. Une autre source de pollution est la poussière fine qui se dégage en passant l'aspirateur, lorsqu'on s'écrase sur le canapé ou que l'on marche sur une moquette. Un dernier genre de polluant est lui d'origine animale ou végétale. Ces polluants biologiques peuvent être des bactéries, des virus, des moisissures, mais aussi des poils d'animaux ou du pollen. Ces dernières sont autant de substances qui peuvent provoquer des réactions allergiques ou des irritations des yeux ou du nez et peuvent aggraver ou faire apparaître l'asthme ou des infections.

Il est à noter que cette pollution intérieure n'entraîne pas directement la mort, mais sert de facteur aggravant à des maladies déjà présentes.


Comment purifier son intérieur?
Le plus simple est d'aérer un maximum et au bon moment. Cela permet d'enlever l'air pollué produit par notre activité et de limiter les maux de tête. Mais aussi de rendre la vie plus difficile au virus. L'aération est même l'un des gestes barrières, comme se laver les mains peut l'être. Cela doit être fait tout au long de l'année. En calfeutrant tout, on a l'impression de garder la chaleur, mais il n'en est rien. En réalité, cela augmente le taux d'humidité. Ce qui à son tour rend paradoxalement la maison plus difficile à chauffer et cela favorise la multiplication de microbes et des moisissures dans l'air et sur vos murs.

L'idéal est d'aérer en ouvrant en grand les fenêtres entre 5 et 15 minutes. Au minimum une fois par jour. On peut le faire le matin avant 10 h ou le soir après 19h. Deux moments où l'air extérieur est moins pollué.

Les purificateurs d'air sont souvent équipés par de filtres dits "hepa" qui captent les particules de plus de 0,3 micromètres. Leur efficacité varie de 85 à 99,99 %. Il présente par contre le désavantage qu'il faut remplacer le filtre régulièrement et que le filtre sale doit être traité avec la plus grande prudence. Ces derniers aident à purifier une pièce.

Les plantes sont une source de bien-être. Avoir un peu de verdure sur son lieu de travail par exemple donne un sentiment d'apaisement. Elles peuvent, également aider. 

Weekend le vif
 

Mercredi 10 Février 2021

Rédigé par Rokia Dhibat le Mercredi 10 Février 2021


Dans la même rubrique :
< >



Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté

Magazine créé avec Madmagz.